Le MES, ce monstrueux traité que Sarkozy-Merkel et Bruxelles veulent imposer aux pays européens !

Publié le 22 Février 2012

Signalé par Nancy VERDIER 

 

La France doit prochainement ratifier le MES (Mécanisme Européen de Stabilité), un traité présenté à l’Assemblée Nationale ce 21 février 2012 concernant 2 projets de loi, le premier ratifiant la décision du Conseil Européen de modification de l’article 136 du TFUE (2e partie du traité de Lisbonne) et le second ratifiant le traité instituant le Mécanisme Européen de Stabilité signé par le Ministre des Finances de la zone euro et en cours de ratification par les différents états membres.

 

 

Le texte définitif du traité instituant le MES a été adopté par les représentants des Etats membres de la zone euro le 2 février dernier.

 

 

Ce sera au MES de décider des prêts aux différents pays de la zone euro afin de préserver sa stabilité. Or, les pays demandeurs de ces prêts devront accepter toutes les dispositions sur l’austérité budgétaire du TSCG, Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance de l’Union Economique et Monétaire signé par N. Sarkozy et A. Merkel et qui oblige les pays demandeurs à respecter l’équilibre budgétaire.

 

 

Le MES (au capital de 700 milliards d’euros dont 142 milliards de contribution de la France et dont même la Grèce devra fournir 19 milliards) est une institution financière internationale comme la BCE et le FMI qui n’aura de comptes à rendre ni au Parlement Européen, ni aux parlements nationaux, ni aux peuples, ni aux nations, ni aux citoyens et ne pourra en aucun cas faire l’objet de poursuites. Avec le MES et le TSCG, les peuples perdront tout pouvoir en matière budgétaire.

 

 

 

De même, les locaux et les archives du MES seront inviolables et ne pourront faire l’objet d’aucune vérification ni enquête, ses biens, fonds et avoirs jouiront également d’une totale immunité judiciaire, cette institution étant exemptée de toute obligation imposée par la législation des états membres.

 

Cette institution sera dirigée par les différents ministres des finances des état membres appelés « gouverneurs » qui seront habilités à prendre toutes les décisions. Chacun des membres sera tenu au secret professionnel et bénéficiera de l’inviolabilité de ses documents et ne pourra faire l’objet d’aucune poursuite quelle qu’elle soit.

 

Les états membres s’engagent de « manière irrévocable et inconditionnelle » (sans l'avis des peuples! preuve s'ile fallait une que le candidat Nicolas sarkozy nous ment sur l'idée des référendum! Qu'hollande nous ment puisqu'il ne dénonce pas! Ndlr Gérard Brazon) à fournir leur contribution au capital du MES et s’engagent à verser les fonds demandés dans les 7 jours suivant la réception de la demande, ce qui avec les délais de virement ramène la durée à 4 jours seulement. Le MES peut à tout moment modifier le montant de la contribution sans consultation préalable, un peu comme si le montant de votre crédit passait tout d’un coup de 900 euros à 2 000 euros sans qu’on vous explique ni pourquoi ni comment.

 

Lorsqu’un état membre sollicite une demande, c’est à la Commission Européenne associée à la BCE et au FMI de décider de sa recevabilité avec une négociation inscrite dans le respect du TSCG.

 

Désormais les peuples sont cadenassés et emprisonnés par les financiers qui s’en mettent plein les poches sur leur dos et assassinent sans aucun état d’âme les démocraties et les peuples dont ils pillent sans vergogne les biens, la citoyenneté, la souveraineté nationale et le pouvoir.           

 

Pour rappel l’article 3 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ».

 

 

Pour signer la pétition et exprimer bruyamment votre refus de vous faire dévorer sans pouvoir réagir :

 

 

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=MES2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

Colbert 23/02/2012 09:21


Avant même d'exister ce "machin" nous prévient qu'il aura une totale immunité !!!


Qu'est ce que nous préparent ces salopards là ???

mfh 22/02/2012 23:02


 quelle horreur:on  decouvre de jours en jours  que vraiment rien n a ete laisse  au  hasard......;mais depuis quand???avant meme le choc petrolier de 73???mai 68 fut
sans doute le coup d envoi afin faire baisser la vigilance:mf

Marie-Claire Muller 22/02/2012 21:31


La pétition est signée et notre sort est entre nos mains,car le temps joue contre nous et contre tous les peuples européens.ON SAIT désormais qu'il y a complot afin de nous soumettre non
seulement par la finance, par le mètissage et aussi ce que je viens de découvrir si le peuple se révolte par une force diligentée par: l'UE ET LA TRAITRESSE D ALLIOT MARIE!!


Horizons et débats N°5, 8 fevrier 2010


Qu’est-ce qui se cache derrière Eurogendfor et son droit d’occupation ?


TROUPE SECRETE DE L’UE D’INTERVENTION CONTRE LES PEUPLES


mercredi 8 février 2012, par Comité Valmy









A propos d’armées secrètes ou de troupes d’intervention policière secrètes. Elles existent depuis longtemps dans l’UE, mais peu de gens le savent.


La troupe policière de l’UE existe depuis longtemps – et elle dispose de larges pouvoirs ! Actuellement, c’est une « troupe d’intervention spéciale » forte de
3000 hommes ( !) sous le sigle difficile à prononcer « Eurogend­for » (European Gendarmerie Force/troupes de police européennes). Le commandement se trouve à Vincenza en Italie,
loin du siège de l’UE !


Ce corps de police a été créé à l’initia­tive de l’ancienne ministre de la Défense française Michèle Alliot-Marie, pour réprimer à l’avenir plus facilement les
manifestations qui dégénèrent toujours à nouveau dans les villes françaises.


Le grand problème est le suivant : Eurogend­for va à l’avenir réduire au niveau européen le droit national et la souveraineté natio­nale des Etats-membres de l’UE ! Un « conseil
de guerre », qui se compose des ministères de la Défense et de la Sécurité des pays de l’UE participant à l’Eurogendfor et du pays concerné, décidera de l’intervention dans un Etat-membre
de l’UE – voilà comment est réglementée la nouvelle troupe policière de l’UE dans le « document constitutif » dé­nommé Accord de Velsen (NL).


Cela représente pour les observateurs un droit d’occupation par l’UE. Car, si une intervention à l’intérieur d’un pays « ami », membre de l’UE, est une fois décidée, tous les
bâtiments et zones occupés par des unités d’Eurogendfor, jouissent de l’immu­nité et ne sont plus accessibles pour les autorités du pays concerné. En fait, il s’agit d’un droit d’occupation par
l’UE. Mais il y a pire : l’Eurogendfor ne dispose pas seulement dans le cas particulier de compétences policières mais aussi de compétences qu’ont les ser­vices secrets et elle a le devoir
de réinstaller l’ordre et le calme dans la zone d’intervention concernée en collaboration étroite avec l’armée ( !). En cas de besoin, les troupes doivent avoir à disposition toutes les
autorisations et tous les moyens pour remplir leur mandat.


Eurogendfor résout divers problèmes pour les gouvernements européens. A l’avenir, ils pourront, lors de troubles sociaux ou de manifestations majeures de longue durée, utiliser des armes à feu
contre leurs populations, mettre des zones entières sous quarantaine militaire et retirer les meneurs de la circulation sans avoir à engager leurs propres forces militaires ou policières qui
pourraient éventuellement se solidariser avec les manifestants. L’Eurogendfor de son côté, ne pourra pas être poursuivi en justice grâce à ses autorisations exceptionnelles, civiles et
militaires.


Notons que ce n’est que grâce au Traité de Lisbonne – qui n’est rien d’autre que l’ancienne « Constitution européenne » controversée sous un nouveau titre – qu’une telle situation
incroyable à pu être instaurée. Grâce au jugement du Tribunal constitutionnel su­prême, les politiques allemands, qui ont soutenu ce traité douteux à la quasi-unanimité au Bundestag, auront à
l’avenir le droit d’être entendus. Un homme politique allemand, ramené à la réalité, déclare lors d’un entretien privé : « On s’amusera bien au sein de l’Eurogendfor quand à l’avenir
l’état d’urgence sera imposé dans les centres chauds de Bottrop ou Neukölln en Allemagne fédérale. »


Source : Vertraulicher Schweizer Brief du 23/1/10


(Traduction Horizons et débats)



Voir sous EUROGENDFOR


C EST CETTE MEME FORCE QUI EST INTERVENUE LORS DES EMEUTES EN GRECE


VOIR SUR /GREEC CRISIS: ATHENES CS 199