"Le monde arabe hait les femmes"! Par Mona Eltawahy

Publié le 18 Mai 2012

Egypt_fgm_unicef_spotDans un article choc intitulé Le monde arabe hait les femmes, la journaliste égyptienne Mona Eltawahy déplorait le fait que 90 % des Égyptiennes mariées ont été excisées au nom de la décence. Elle cite Qaradawi, la plus haute autorité « morale » de l’islam sunnite, qui emploie le terme «circoncision», un euphémisme : «Personnellement, je soutiens cette pratique vu les circonstances du monde moderne. Quiconque estime que la circoncision est le meilleur moyen de protéger ses filles devrait le faire», a écrit Qaradawi, en ajoutant: «L’opinion modérée favorise la pratique de la circoncision pour diminuer la tentation

 

Des groupes de défense des droits humains ont demandé au Procureur général Abdel Meguid Mahmoud d’enquêter sur des plaintes d’habitants du village d’Abu Aziz dans le gouvernorat de Minya au sud du Caire contre le Parti de la liberté et de la justice, l’aile politique des Frères musulmans.

Ces plaintes allèguent qu'un grand convoi médical organisé par le Parti sillonne les rues et procède à des traitements médicaux, y compris des excisions en violation de la loi égyptienne, des conventions et des traités signés par l’Égypte. Selon la loi égyptienne, l’excision est un délit pénal, tout comme la tentative, par un médecin, de convaincre une famille de la nécessité de faire exciser leur fille pour « préserver sa chasteté ».

La requête au Procureur général demande que Mervat Tallawy, présidente du Conseil national  de la femme, le major général Seraj El Din El Rouby, gouverneur de Minya, et Nasr El Sayed, ministre adjoint pour les soins de santé primaires, la médecine préventive et la planification familiale, mettent fin à cette « propagande burlesque en faveur d’excisions gratuites organisée par l’un des partis politiques du gouvernorat de Minya, dans le but de promouvoir l’excision ».

Le Conseil national de la femme a dénoncé les déclarations sur l’excision du Secrétaire du Parti de la liberté et de la justice à l'Assemblée populaire, rappelant que la promotion de l’excision expose son auteur aux sanctions prescrites par la loi, l’excision étant une violation du code pénal ainsi que des droits de la personne en général et des droits de la femme en particulier.

Le Conseil a annoncé qu'il ne resterait pas les bras croisés et qu’il allait « lutter contre ces appels à l’excision qui sont un affront aux femmes égyptiennes, surtout depuis la pénalisation de cette pratique », se référant à ceux qui tentent de passer outre à cette loi et réclament son abrogation

Le Conseil a indiqué qu’il lancerait dans les différents gouvernorats d’Égypte une campagne de sensibilisation aux graves conséquences de l’excision et il a appelé les citoyens, particulièrement les femmes, à « ignorer l’incitation à pratiquer cet acte illégal qui bafoue les droits et la dignité des femmes » ; il a également demandé aux députés de « respecter la loi et de se pencher sur cette campagne de propagande proposant des excisions gratuites ».

Source : Egypt’s Brotherhood mobile FGM convoys condemned by women’s group, BikyaMasr, 14 mai 2012. Extrait traduit par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article