Le monstre qui va nous dévorer.Par Nancy Verdier

Publié le 15 Septembre 2012

Le monde islamique s’embrasse.  2ème mise au point.

Préface de Nancy Verdier

 

 

photo 5281BTandis que Barack Hussein Obama en campagne électorale martelait ses «grandes réussites» : "Oussama Ben Laden is dead and General motors is alive", en ce 11 septembre 2012, onze ans après l’attaque des Tours Jumelles, les Etats-Unis se trouvaient à nouveau confrontés à un acte de guerre : L’attaque préméditée et orchestrée par Al Qaïda de leur représentation à Benghazi et l’assassinat de l’ambassadeur Christ Stevens qui venait d’être appelé sur place.

On sait à présent que l’attaque de Benghazi  n’était pas spontanée, mais un projet conduit par le chef d’Al Qaïda Ayman Al Zawahiri et vingt hommes dûment entraînés, tous libyens qui se sont habilement mêlés à la foule des premiers manifestants contre le film sur l’islam. Dans l’opération, l’ambassadeur était la cible, lui, l’ami des islamistes, fut froidement abattu à bout portant.

Le monde islamique s’enflamme : les ambassades américaines ou occidentales sont attaquées sauvagement partout et on compte plusieurs morts parmi les manifestants : en Tunisie, au Soudan, en Egypte, au Yémen, à Gaza, à Jérusalem, au Liban, en Syrie, en Irak, il y a même des répercussions en Afghanistan (le Prince Harry serait une cible), au Cachemire, au Bengladesh,  en Indonésie, en Malaisie…

Les musulmans dits « modérés » d’occident ou dans les représentations à l’étranger, ceux que l’on côtoie parfois, peuvent toujours tenir le discours suivant : ceux qui ont fait cela (qui ont tué Christopher Stevens) et qui manifestent comme des fous furieux, ne sont pas représentatifs de la majorité des musulmans et de l’islam. Mais aux cris de Allahu Akbar, les avocats, juges, magistrats et juristes du Cachemire sont descendus dans les rues, en hurlant qu’ils voulaient défendre le Coran et Mohammed et l’islam tous se sentant insultés par ce film. Ces juristes sont-ils représentatifs de quelque chose en rapport avec le monde musulman ?

Arrêter cette folie, c’est demander à  Barack Hussein Obama d’éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. C’est demander aux occidentaux d’arrêter de croire que l’on peut tendre la main et se donner comme modèle à des populations pour qui la religion est tout au regard de ce qu’elles considèrent comme des valeurs creuses et que nous nous considérons comme des valeurs fondamentales: la main tendue, la bienveillance, la charité, le droit, la démocratie, la liberté d’expression, la liberté, la vie.

« Obama, Obama, nous sommes tous des Oussama » scandent les manifestants de Tunis à Benghazi.

Le Pape en a remis « une couche » en critiquant le film. Une manière de tendre la main, tout le contraire de ce qu’il faut faire. Il s’est rattrapé un peu plus tard, en demandant aux responsables politiques de combattre les islamistes, les extrémistes…… Il aurait pu davantage marteler que le sort réservé aux chrétiens d’orient était inadmissible, cruel et insupportable aux occidentaux.

L’auteur du film qui vit en Californie et qui semble être copte, considère que les Etats-Unis ne peuvent être rendus responsables du film. Ce qui est juste.

 Il serait juste aussi que l’on cesse de faire porter à cet extrait de film la responsabilité de ce déclenchement de folie. La folie est une maladie qui utilise n’importe quel prétexte pour se manifester. Quand on parle des islamistes, il vaudrait mieux parler de maladie mentale, de réactions incontrôlées, de folie meurtrière, de conditionnement maléfique, de manipulation, de volonté de dominer le monde.

J’en appelle aux « sages » ou aux spécialistes du cerveau…. pas au Pape, ni aux politiques, ni aux USA. C’est trop tard. Le mal est fait. Comme l’a souligné à maintes reprises Raymond Ibrahim, en laissant les islamistes prendre le pouvoir en remplacement des dictatures laïques et pro-occidentales, on a fait sauter le bouchon et le « Génie » s’est libéré.

Hillary Clinton lors des obsèques de l’ambassadeur a essayé d’endiguer le courant dévastateur de la politique conduite par Obama : « Les pays arabes n’ont pas troqué la tyrannie d’un dictateur pour celle des foules », tout en maintenant le sens général, tout aussi désastreux de la politique américaine: « les Etats-Unis doivent continuer à être le leader du monde »….On voit où cela nous a conduit.

Il y a trente ans, j’avais fait un voyage d’étude en Californie. A l’Université de Berkeley, je discute avec un bel étalon, un juriste, en fin d’études. « Je viens de France » lui dis-je. « Où ça ? » me répond-il ?  « Je suis de Paris !!! » lui-dis-je. «J’ai entendu parler de Paris, la France je ne sais pas bien la situer sur une carte »

J’espère qu’ils ont fait des progrès depuis…… En tous cas, pour ce qui est du monde musulman, ils n’ont toujours rien compris et Obama est en train de creuser le tombeau de l’Amérique et le nôtre par la même occasion.

 Nancy Verdier

 

 

 

 

 


 

 

 


 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

jp 15/09/2012 16:19


polux ne pas faire de jaloux,une dans chaque capitale de ses pays,pour commencer.

mika 15/09/2012 14:52



Le film sert de levier aux manipulateurs qui ont l'art de soulever des populations en mal de tout et en attente
de rien. Il n’y a que les journaleux pour s'en étonner tant ils sont habitués en France à voir des films antichrétiens qui sont sans
conséquence et ne présentent aucun danger…Il suffit de choisir parmi nos intermittents au chômage un réalisateur et quelques BobosActeurs
 pluôt « Bankables » et roule ma poule…. http://www.youtube.com/watch?v=LXQvxalESBQ

Polux 15/09/2012 13:36


Il faut les éradiquer, atomiser et vitrifier la zône !!!