Le mot Hamas dans la parasha de Noé par Rachel FRANCO

Publié le 28 Octobre 2011

hamas kids

 

Il faut garder la force de l'étonnement et s'essayer à poser un regard neuf sur les mots hébraïques de la Bible ; il le faut, car alors, nous ne pouvons qu'être époustouflés devant les enseignements que nous dévoilent la langue hébraïque.

Le mot Hamas apparaît plusieurs fois dans la parasha de cette semaine :

 "Or, la terre s'était corrompue devant Dieu, et elle s'était remplie d'iniquité (Hamas)".

 " La terre est remplie de violence, iniquité (Hamas) ".

Ainsi la Bible utilise le mot Hamas pour dire la violence, l'injustice et le "vol avec violence" selon Rashi.

Des millénaires avant qu'un groupe de fanatiques islamistes ne fondent un mouvement de guerre dont l'idéologie est une idéologie de mort et qu'ils décident de nommer ce mouvement Hamas, sans rien savoir de l'hébreu biblique, la Bible nous le dit : ils sont idolâtres,  adorateurs de morts et ils apportent la mort dans le monde; Ils sont violence et engrangent la violence; ils sont menteurs et ils trompent le monde.

Selon un enseignement du Baal Hatourim, le mot Hamas a la même valeur guématrique que le mot "Guehenom", c'est-à-dire Enfer.

Et comment en douter?

Voici un mouvement terroriste qui endoctrine les enfants dans des camps de vacances pour en faire de futurs "activistes", c'est-à-dire des terroristes qui jubilent de répandre la mort autour d'eux.

Le Hamas diffuse son enseignement de haine aux jeunes enfants dans des programmes de télévision et leur apprend des chansonnettes qui glorifient la mort des "martyrs", c'est-à-dire des illuminés de la mort. 

Le Hamas invite ces enfants, leurs enfants, par le biais des dessins animés séducteurs et mignonnets à venir se suicider pour la gloire d'Allah, c'est-à-dire à mourir pour que le mal retombe sur Israël, et qu'ainsi renaissent des cendres juives, le mythe du Juif assassin d'enfants.

Voici une idéologie, à ce point perverse, que les mères déclarent :

« Lorsque j’ai entendu que mon fils était devenu un martyr, je ne savais plus comment réagir tellement j’étais heureuse. Je suis sortie de la maison, j’ai achetée des friandises et des gâteaux et je les ai distribués dans tout le village. Ce fut une grande joie et un grand honneur pour moi et pour tout le peuple palestinien. »

Oui, le Hamas est bien le Mal absolu, l'enfer sur terre qui ne vit que pour la mort et en jouit de manière maladive.

Et c'est avec le Hamas, que certains osent nous demander de progresser sur le chemin de la paix ?

La violence du Hamas ne se trouve pas seulement à Gaza. Elle se diffuse dans tous les lieux où la violence est devenue la norme, où le vol et l'injustice règnent en maîtres, que ce soit dans les banlieues ou dans les villes, dans les quartiers pauvres ou les quartiers riches.

La violence du Hamas est une idéologie qui prône la haine et la mort.

Toute la question est alors de savoir comment chacun et chacune se positionne et réagit :

  • Se cache t-il comme Adam lorsqu'il entend la voix et qu'il ne sait assumer ses responsabilités?
  • Accuse t-il l'Autre sans reconnaître une quelconque part de responsabilité comme lorsque Adam répond " c'est la femme que tu as mis près de moi ", ou lorsque Hava retourne la faute sur celle du serpent?
  • Laisse t-il la jalousie prendre place dans son cœur comme Caïn dont le visage s'est affaissé? 
  • Rejette t-il toute prémisse de fraternité comme Caïn qui déclare " Suis-je le gardien de mon frère ? "

La question réelle et fondamentale est celle de savoir ce que l'on choisit :

Le silence complice face au terrorisme du Hamas, du Hezbollah et autres mouvements terroristes pour lesquels la violence et l'iniquité sont la norme ?

Ou bien :

L'engagement aux côtés d'Israël, petite île démocratique du Moyen Orient qui se bat pour sa survie et dont les normes de vie sont la responsabilité et la fraternité humaines?

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : 
© Rachel Franco pour www.Dreuz.info

Israël, le 27 Octobre 2011

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 28/10/2011 20:16



Non cette fois le Juif ne courbera pas l'échine,il n'est plus errant et a une patrie(Le salut vient des juifs:Jean 4:22) je me permet de mettre cet article paru sur Liberty vox et qui confirme
bien ce que Rachel dit:





Retour à la Une  





Le combat des fils de Caïn











Tu fondras comme l’éclair sur tous les peuples qui t’agressent. Tes yeux seront sans pitié pour eux. Un article de François Célier.











Cet article a fait l’objet d’une version « Audio » enregistrée le 6 septembre 2011 par François Célier.


http://www.libertyvox.com/files/Francois_celier_Le_combat_des_fils_de_Cain_LibertyVox_110906.mp3


Texte de l’enregistrement.


Conscient du peu de probabilité d’être lu par les Autorités Politiques de l’Union Européenne auxquelles je m’adresse, l’écho de cette missive peut néanmoins susciter quelque intérêt auprès de
ceux qui vont la filtrer au passage d’Internet, puis la ranger dans le coffre à oubli des citoyennetés d’en bas dont je suis.


Caïn, fut le premier criminel de l’espèce humaine ayant conscience du bien et du mal. Après lui, au cours des millénaires et des civilisations successives, sa postérité se répandra jusqu’à nos
jours. Il est remarquable d’observer que toutes nos aléatoires mutations historiques d’Empires, de Royaumes et de Nations demeurent profilées en type pyramidal, selon le schéma initial de ce
premier meurtre matriciel. De lui seul déclineront toute exemplarité, puissance et modus vivendi par transmission psychogénétique, par mimétisme naturel et par diffusion didactique sur des
peuples assujettis. Le Pouvoir d’autonomie politique, plus ou moins clérical dans l’ombre des clochers, temples ou mosquées, représentera une constante de l’Autorité dominante sur toute croyance
relevant de l’attrait fétichiste idéologico-religieux du genre humain.


Peur sous-jacente de mourir idiot. Chaque génération engendrera des hommes éclairés par la lumière de la connaissance, bien que celle-ci comportât une face obscure, pour lutter contre le pouvoir
des politiques. Ce dernier est fondé sur la violence criminelle, la ruse des traqueurs de tout opposant et le secret désir de revenir vers des antériorités primitives archaïques et
omnipuissantes. De jure et de facto sera la contingence d’une lutte sans fin, se déroulant entre le bien et le mal, entre l’éthique de la vie et la culture de la mort, telle celle des islamikazes
actuels.


En observant les domaines d’influences négatives et conflictuelles qui font trembler la peau du monde, cette lutte est foncièrement récurrente, quel que soit le degré de civilisation
atteint. Si philosophiquement éclairé paraisse-t-il, seul un très faible pourcentage de personnes inclinent à se ranger loyalement sous la bannière du bien de son prochain. Métaphysiquement.
Autrement dit, conscient d’être sous le regard de l’Eternel et d’agir au mieux de l’entendement de la Parole qu’il adresse patiemment aux hommes, par la torah et les évangiles. Par contre, un
pourcentage infiniment élevé d’individus auto-suffisants, arrogants, verbeux ou vociférant, se vouent à la violence d’un pouvoir mortel, tels les amants d’un mal humain qui les ronge. Pris en
sandwich entre ces deux rapports disproportionnés, d’innombrables pleutres et passifs sont terrés en eux-mêmes. Quand bien même s’estimeraient-ils gens de bien, leur lâcheté à ne rien dire de la
criminalité qui les environnent font leur indignité. A l’étalon de mesure biblique, ils se mettent hors-la-foi et l’espérance, minés par le ressentiment et la jalousie qu’ils manifestent, à
l’encontre notamment d’Israël. Par exemple, en optant  pour un pseudo peuple palestinien inventé de toute pièce par les services du colonel Nasser et par le KGB des années de 1960. Leur
adhésion à cette énorme escroquerie intellectuelle et politique les conduit à se ranger sous la bannière de la désinformation, par amour du mensonge qui les habite. Ils savent fort bien que les
juifs, dont Jésus demeure l’excellence, sont les témoins gênants de l’existence de l’Eternel. Dès lors, ils se rangent, irrationnellement, comme étant de la postérité de Caïn.  Celle-ci
représente l’engeance majoritaire qui gangstérise le développement des sociétés contemporaines, gangrène et piétine sans vergogne toutes les pages historiques et géopolitiques valeureuses.


La première déficience de notre espèce provient du crime primordial (typologie de Caïn) ; la seconde, celle de l’appât du gain des couleurs de l’argent de Mammon qui le distribue aux cupides
; la troisième concerne le désir de corrompre tout ce qui est juste et méritoire ; la quatrième est le goût du secret et des manigances tissées à nœuds serrées. Ayant rejeté l’Eternel du haut des
cathédrales de l’orgueil, des mosquées aux doctrines gothiques et des buildings contemporains crevant le ciel symboliques de Babel, d’arrogants bonimenteurs cathodiques Babéliens distillent des
menteries à leurs audimats chloroformées. En fait, victimes innocentes ou complices, tous ont opté pour une autre paternité : celle du Malin, alias le Diable. Occultant sa nature
meurtrière ; sachant qu’il ne peut supporter un iota de vérité, sa personnalité leur paraît appropriée à leurs appétences. Ainsi, sachant que le Malin profère le mensonge par sa seule
respiration d’être, ses féaux ne sont pas sans ignorer qu’IL parle de sa propre essence. Au fond des consciences génétiquement altérées, personne n’ignore désormais qu’il est le Père du mensonge.
Bref, il plaît au plus grand nombre. Par ce choix volontaire, ce joueur de flûte les oriente vers le monde de l’obscur. (2) Jean 8, 44 


L’autonomie et la puissance du Pouvoir politique apparaissent prédominées par le crime. Très tôt, l’Eternel Créateur, qualifia Rois, Chefs d’Etats, Potentats et Tyrans de :
Criminels ! Depuis lors, justifiant cet attribut tranchant, d’innombrables témoins s’empressent d’agir, à l’exemple d’Autorités criminelles comme modèles référentiels. Sans vergogne, ils
dénaturent toute justice reposant sur le Droit naturel de la vie, jusqu’à parvenir à l’inverser : crimes rituels archaïques ; crimes de raison d’Etat (collatéralisés et cautionnés
par des décrets et artifices spécieux) ; crimes d’honneur et d’horreur à l’encontre des femmes ; crimes de foi mystique (dédouanés par l’Eglise moyenâgeuse ou le Coran mahométan) ;
crimes conceptuels d’intellectuels schizophrènes par livres rouges ou verts-croissants d’idéologies sanguinaires. Ils en fut toujours ainsi pour les adeptes de croyances aux dominations de dieux
mythologiques ou de dieux vivants. Mages et Mystères, Pharaons et Califes, Führers imprécateurs et dictateurs tyrannosaures.


Une mondialisation politico-économique de la planète s’ordonnance sous nos yeux. Bien qu’ils soient rarement entendus, il y eut toujours des hommes vigilants et patriotes pour dénoncer la mise en
pièces des anciennes nationalités et identités culturelles. Ils nous alarment sur cette planétisation forcée de populations vouées à la soumission d’un homme fort qui apparaîtra tantôt,
selon les Ecritures bibliques ou coraniques (Califat mondial). Ils discernent les manœuvres d’universalisation matérialiste, technolog



Epicure 28/10/2011 19:08



Comme avec les Hitler, Staline (ou Pol Pot) la seule réponse possible est, hélas,  la GUERRE à Mort, et leur Capitulation sans Conditions...


Alors?


Qui se prépare ?


Cette fois, le Juif va être de toutes façons un peu dur sous la dent....  !!!!!!!!!!