Le mur fait par des cons. Par Christian Vanneste

Publié le 27 Avril 2013

Tribune libre de Christian Vanneste*

Au mur, les salauds !Chaque époque a son mur symbolique de ce qu’elle est. Le mur des Fédérés pour la guerre sociale, celui des fusillés pour la Résistance, celui de Berlin pour l’oppression communiste, et celui des Lamentations pour un peuple au destin tragique, qui peut enfin y prier. Ces murs appartiennent à l’Histoire. Le nôtre appartient à la petite histoire, celle d’une époque envahie par une cancéreuse médiocrité. Ce mur est celui « des cons » constitué par les photos des politiques ou des journalistes « fichés » par des membres du Syndicat de la Magistrature. Certains rêvent de la Légion d’Honneur. Depuis qu’elle est donnée, comme le mariage, à n’importe qui, elle ne me fait guère frétiller. Mais de se retrouver sur le « mur des cons », quelle émotion ! Même le fait d’être sous « Hortefeux, l’homme de Vichy », n’a pas gâté mon plaisir. Couteline disait : « Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet ». Le cher homme ne pouvait mieux dire !

« Voilà des magistrats qui vont condamner au nom de l’égalité et de la lutte contre la dicrimination des justiciables, qui auront été a priori discriminés par eux comme cons. Au secours, l’ex-Halde ! »

Il y a dans la réalisation de ce mur une telle concentration de bêtise que ses auteurs pourraient être champions du monde et invités d’honneur au « dîner de cons ». Ils pourraient expliquer quelle étincelle les a amenés à vendre une mèche qu’ils aiment tant allumer. Alors, Monsieur le juge, on a ses têtes ? On n’est pas impartial ? On est même carrément orienté ? Ils pourraient nous dire ce qu’ils entendent par « con ». Ils nous apprendraient que ce sont les gens qui ne partagent pas les idées du Nouvel Obs et de Libé, la vulgate gauchiste des soixante-huitards, qui n’ont rien appris, ni oublié depuis 45 ans, et qui étalent prétentieusement leurs préjugés. À force de se croire « intellos », par paresse ils ont remplacé la réflexion par le réflexe, le raisonnement par l’injure, le jugement par le parti-pris. Ennuyeux quand même lorsqu’on juge au nom du Peuple Français, qu’on revendique sa neutralité souveraine et son indépendance… Voilà des magistrats qui vont condamner au nom de l’égalité et de la lutte contre la dicrimination des justiciables, qui auront été a priori discriminés par eux comme cons. Au secours, l’ex-Halde ! On a oublié de mettre la race des cons honnis des gauchistes parmi les communautés à protéger ! Soyons honnêtes (c’est préférable avec des magistrats !), ils ne pouvaient pas davantage nous faire plaisir : ils sont passés aux aveux : oui, nous sommes partiaux ! Oui, nous rendons une justice politique ! Oui, nous servons notre idéologie et n’avons que faire des lois « de droite » ou de la République (surtout la Ve) ! Mais alors, poussons la logique : plutôt que d’être des fonctionnaires hissés à l’issue d’un concours jusqu’au privilège d’enrober, au propre et au figuré, vos préférences partisanes d’une indépendance aussi fallacieuse que protectrice, faîtes vous élire ! Le peuple pourra alors juger sur votre programme et sur votre bilan, de votre légitimité…

« Ils ne pouvaient pas davantage nous faire plaisir : ils sont passés aux aveux : oui, nous sommes partiaux ! Oui, nous rendons une justice politique ! Oui, nous servons notre idéologie et n’avons que faire des lois « de droite » ou de la République (surtout la Ve) ! »

Cela éviterait que des magistrats dont les préjugés sociaux ont suscité l’épouvantable erreur judiciaire d’Outreau ne continuent à sévir même à une autre place. Récemment a été remise en cause la présence de citoyens dans les cours corrrectionnelles expérimentée par le gouvernement à la demande de la Droite populaire. Aux Assises, ils ne délibèrent que sous l’autorité des juges professionnels. Ce n’est pas le cas partout… Certes, beaucoup de magistrats accomplissent leur mission avec compétence, talent et courage. Ils ne sont ni des inquisiteurs, ni des Fouquier-TinvillePhilippe Bilger en est un excellent exemple, comme en témoigne la liberté de son blog. Mais sur son mur, le SM devrait en contrition afficher cette pensée dePascal : « Nos magistrats ont bien connu ce mystère. Leurs robes rouges, leurs hermines. S’ils avaient la véritable justice… ils n’en auraient que faire »…

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

Claude Germain V 27/04/2013 11:23


Des LISTES !!!!! DES LISTES !!!! DES NOMS !!!! sans aucun complexe .....les petis oiseaux en jupettes rouge comme leur ideologie ........et de surcroit sans
quequette ......DES NOMS !!!! UNE LISTE A CONSERVER PAR LES HONNETES CITOYENS , POUR SAUVER L'HONNEUR D'UNE FRANCE ENCORE PROPRE ......DES NOMS !!!!!!

mika 27/04/2013 11:00


Et la LICRA...La voilà t'y pas qu'elle nous la fait à l'envers ! HUMMM ça sent la vieille consigne du gouvernement


http://www.20minutes.fr/societe/1145967-20130426-proces-racisme-anti-blanc-ouvert-a-paris

LA GAULOISE 27/04/2013 10:29


FINALLEMENT SI ON REFLECHIT BIEN , ETANT DONNE LA CRETINERIE NOTOIRE ET LA MAHONNETETE DE CES PAUVRES TYPES QUI ONT FAIT CE MUR , JE CROIS QUE C EST UN HONNEUR D Y FIGURER  CAR CELA
VEUT DIRE QU ILS NE FERONT JAMAIS PARTIE DES LECHES C--S DE CE MINABLE GOUVERNEMENT...

DURADUPIF 27/04/2013 10:05


Des cons qui ont dépassé le mur du con, mais aussi le mur du son. Un sérieux coup de griffe au syndicalisme fusse-t'il celui de la magistrature,  mais aussi et surtout à celui d'un pilier de
la République : La Justice au nom du Peuple.