Le nazislamisme à l'oeuvre en Arabie Saoudite. Par Lise Ravary

Publié le 25 Juillet 2012

Lise Ravary (une blogueuse du Quebec)

L’image de ces femmes sur une plage en Égypte nous montre une réalité barbare. Pourquoi l’islam modéré ou laïc en Occident semble accepter, voire défendre l’inacceptable ? Réflexe contre un racisme perçu ou réel ? Réaction identitaire ? Peur des radicaux ? Un peu tout ça ? Les musulmans parmi nous ont le devoir de dénoncer ce qui est inacceptable d’un point de vue des droits de la personne dans une société comme la nôtre.

femmes niqab

Cette photo m’a déclenchée. Elle vient du torontois Tarek Fatah, fondateur du Congrès musulman canadien, un organisme pro-Occident, et qui se bat contre l’islamisme, même au péril de sa vie.

Pas contre l’islam. Contre l’islamisme. L’islam radical. C’est pas la même chose, même si la souche est commune. Du moins, je veux continuer de croire que ce n’est pas la même chose.

Ces femmes sont égyptiennes. J’imagine que la nouvelle première dame du pays, qui porte l’abaya noire, doit se baigner ainsi. Si elle se baigne.

Avancez en arrière !

Avancez là où les rebelles islamistes à Tombouctou, ceux qui ont détruit au cours des derniers jours une partie du patrimoine culturel de l’humanité, au nom la charia, veulent mener le monde. Prenant exemple sur les Talibans qui ont fait exploser les Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan. Pour faire plaisir à Allah.

Avancez en arrière, là où veut mener le monde ce Norvégien converti à l’islam qui s’entraînerait en ce moment au Yémen pour «planter» un avion de ligne américain au milieu du stade olympique de Londres. Une nouvelle rapportée hier par le sérieux Sunday Times.

Avancez en arrière avec les Frères musulmans. La charia. La polygamie. Et le moratoire sur la lapidation proposé par Tariq Ramadan.

Avancez là où des islamistes africains qui vont brûler des églises remplies de chrétiens veulent nous mener. C’est la nouvelle mode.

La semaine dernière, sur Facebook, j’ai fait un commentaire sur la nature barbare de certaines coutumes inspirées ou dictées par la religion. J’ai cité les femmes hindoues qu’on fait brûler sur le bûcher de leur mari décédé, les Sati. Bien qu’interdite, cette coutume existe encore en Inde.

Et certaines pratiques de l’islam, pointant du doigt la lapidation en exemple.

Le ciel s’est ouvert sur ma tête. J’ai plusieurs amis FB d’origine algérienne. Des gens modernes, ouverts. Intégrés à la vie québécoise. Des journalistes. Des gens qui ont vu, dans leur pays d’origine, pendant la «Décennie noire», tout le mal, toute la barbarie, dont l’islamisme est capable.

Des dizaines de milliers de femmes et d’enfants ont eu la gorge tranchée au beau milieu de la nuit.

La réaction d’un Algérien que je connais et que j’aime bien à mon commentaire: «Barbare ? Quoi ? Selon qui ?»

J’ai oublié de respirer en lisant ça.

Je suis triste de le constater, mais trop de musulmans modérés ou laïcs se mirent dans un angle mort quand vient le temps de regarder la réalité islamiste en face.

Comme l’a écrit Tarek Fatah, il est temps que les musulmans modérés disent haut et fort: «Houston, we have a problem».

L’image de ces femmes sur une plage en Égypte nous montre une réalité barbare. Détruire les tombeaux et la mosquée de Sidi Yahia (15e siècle) au Mali parce que selon la charia, une tombe ne peut dépasser de plus de 15cm du sol, c’est barbare. Vouloir faire écraser un avion dans un stade bondé, c’est barbare. Le 11 septembre, c’était barbare. Interdire à ta propre mère d’assister à tes funérailles parce qu’elle une femme (une exigence de Mohammed Atta, boss du 11 septembre), c’est barbare. Couvrir les femmes d’abris Tempo en tissu noir sous des climats où il fait 50 degrés à l’ombre, c’est barbare. Des mariages collectifs organisés par le Hamas à Gaza et auxquels les mariées ne sont pas invitées, c’est barbare (une nouvelle de Radio-Canada qu’on ne peut accuser d’être pro-Israël).

N’y pensez même pas: J’en ai assez qu’on nous réserve le passé pas toujours brillant des autres religions monothéistes. Ou se faire dire ce que font les Américains dans le monde, c’est pire. Ou prendre en exemple de notre barbarie les fous racistes comme Breivik.

Le sujet aujourd’hui, c’est l’islam radical. Les comparaisons n’excusent pas l’inacceptable.

Oui, il y a des choses barbares dans l’Ancien testament mais a-t-on remarqué qu’il y a quelques milliers d’années que ce n’est plus pratiqué ? Et que l’Inquisition catholique, c’est terminé depuis très longtemps ? Qu’il y a belle lurette en Amérique qu’on ne brûle plus les sorcières ?

Pourquoi nous sentons-nous obligés de répéter ces évidences ? C’est pas normal.

De grâce, arrêtons de voir des équivalences culturelles où il n’y en a pas. Tout n’est pas égal.

Mon objectif aujourd’hui n’est pas de faire la liste de ce qui est barbare dans la religion ou ce qui ne l’est pas. Mon but c’est de poser la question: «Pourquoi l’islam modéré ou laïc en Occident semble accepter, voire défendre l’inacceptable ? Est-ce un réflexe contre un racisme perçu ou réel ? Une réaction identitaire ? La peur des radicaux ? Un peu tout ça ?»

Quoi qu’il en soit, à mes yeux, les musulmans parmi nous ont le devoir de dénoncer ce qui est inacceptable d’un point de vue des droits de la personne dans une société comme la nôtre.

Sans cela, leur intégration sera un échec. Et leur silence, ou la rationalisation des faits, une caution de l’inacceptable.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article