Le Pape poignardé dans le dos par un cardinal. Par Michel Garroté

Publié le 24 Novembre 2012

Cardinal Ravasi

Michel Garroté. A propos du récent conflit Israël / Gaza, le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture, ose cette déclaration ahurissante : « c’est un cri universel, qui résonne encore de nos jours. Les enfants meurent à Gaza et le cri des mères est le cri continuel ».

(Nous avons des dirigeants des Eglises chrétiennes qui sont devenu la honte des Chrétiens. Cette façon de se coucher devant le hamas, des terroristes islamistes, l'islam d'une manière générale est écoeurante! Car ps un mot pour les chrétiens du Moyen Orient, d'Orient et d'Asie. Ndlr Gérard Brazon)

Le cardinal ose cela lors de la présentation officielle du troisième tome de « Jésus de Nazareth » de Benoît XVI. Assistent à cette présentation, outre le cardinal Gianfranco Ravasi, d’une part la théologienne Maria Clara Bingemer ; et d’autre part, le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Cela se passe en novembre 2012 au Vatican. L’on retiendra que pour faire la promotion du livre de Benoît XVI, le cardinal Gianfranco Ravasi ne trouve rien de mieux que le Hamastan : en alléguant que les Juifs Israéliens assassineraient des enfants. Au même moment, des enfants meurent dans des dizaines de pays totalitaires et/ou miséreux. Mais le seul exemple qui vient à l’esprit du cardinal, ce sont les boucliers humains utilisés par le régime terroriste de Gaza, et cet exemple, il l’utilise pour incriminer l’Etat hébreu.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et source :

http://www.zenit.org/article-32602?l=french

-

-

-

-

-

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Banro 26/11/2012 15:38


Avant de faire cette déclaration ahurissante, le Cardinal aurait du aller à gaza dans une école ou un hôpital, il aurait vu
alors pourquoi des enfants étaient tués, car c'est là que le Hamas a installé ses champs de tirs en prenant pour otage des enfants et des malades et sachant que 20 à 30% des roquettes
explosaient sur place, les victimes n'étaint pas du seulement aux tirs des Israéliens.