Le peuple oublié - par Nicolas Pralude des Nouvelles de France

Publié le 4 Juin 2013

 

Qu’on se le dise, le Français est un homme éminemment politique. On le voit d’ailleurs à chaque tentative de réforme sociale et/ou économique : il est présent, dans la rue ou ailleurs, pour protester ou pour soutenir. Les mêmes réformes chez nos voisins ne suscitent pas autant de réactions, tout du moins, pas autant d’engagement.

 

Mais voilà, le texte de loi que Hollande et Taubira ont souhaité faire passer de force, avec le soutien des gorilles de Valls, n’est pas du goût de tout le monde, surtout après trois manifestations qui ont réuni la deuxième et troisième fois plus d’un million de personnes, et où les sondages sont majoritairement en défaveur de cette loi inique récemment promulguée.

 

Cet engouement, que dis-je, cet engagement, amène tout un peuple (« Nous sommes le peuple » est un slogan phare, et à raison) à sortir dans la rue en manifestant son mécontentement de différentes manières. Chaque fois, c’est le même mépris et la même politique de l’autruche. Les chiffres officiels baissent mais le nombre de policiers déployés augmente de manière exponentielle. 4 500 membres de forces de l’ordre mobilisés pour la manifestation du 26 mai : c’était Notre-Dame-des-Landes sur le terrain des Invalides.

 

Remarquez, quoi de plus beau que des jeunes et moins jeunes d’ailleurs, qui chargent en chantant La Marseillaise devant le monument des Invalides !

 

Depuis samedi soir, et l’épopée du blocage des Champs-Élysées, c’est-à-dire en cinq jours, il y a eu près de 600 interpellations et plus de 300 gardes à vue (dont plus de 240 gardes à vue rien que dimanche) et je ne compte pas les interpellations qui ont eu lieu au Louvre avec le déplacement d’Angela Merkel !

 

J’ai alors décidé de contacter Amnesty International, Reporters sans frontières, la Ligue des droits de l’homme ou encore Human Rights Watch. A chaque fois la même réponse, ils en ont entendu parler mais ne font aucune campagne à ce sujet, préférant saluer le mariage homosexuel (sur Human Rights Watch) ou encore défendre la cause des Roms. « Envoyez-nous un mail » dirent-ils tous d’un air désabusé.

 

À part un ou deux journaux, qui en parle ? Personne.

 

Nous avons vraiment l’impression que toutes ces personnes arrêtées, il faut le rappeler de manière totalement arbitraire (gardes à vue non justifiées, non respect des droits de la défense, suppression de la liberté d’expression, suppression de la liberté d’aller et venir, restriction de la liberté de culte, voies de fait, coups et blessures volontaires d’agents de police sur des manifestants non violents, menaces, intimidations, etc.) sont complètement occultées par les médias dominants et par les thuriféraires des droits de l’homme.

 

Tout le monde se fout de ce peuple besogneux, respectueux des lois, qui paie ses impôts (puisque c’est cela qui intéresse le plus nos gouvernants…), et qui, face à l’injustice ose descendre dans la rue pour finalement se faire embarquer. Devant le lycée Buffon, un prêtre, une femme enceinte et un aveugle ont été interpelés (parmi la centaine de personne emmenées dans le panier à salade). Le cortège policier du président est devenu aussi important qu’un dictateur en balade…

 

C’est ce peuple qui, constituant l’essence même de notre pays, est en train d’être volontairement oublié, et méprisé.

 

Ne l’oublions pas, entre les « pro et les anti », la rupture est consommée. Les points de vue sont irréconciliables. Ceux qui sont au pouvoir, non seulement ne sont pas d’accord avec nous, mais de plus haïssent tout ce que nous représentons : l’équilibre, les traditions, les valeurs. Ils ne veulent pas nous faire taire, ils veulent nous supprimer.

 

 

Alors n’hésitez pas, activez vos réseaux, continuez à militer, et si vous le pouvez, contactez les médias étrangers pour organiser une mobilisation internationale : la répression sur les Champs-Élysées a été vue aux États-Unis et elle dérange, continuons en ce sens et préservons ce beau peuple de France qui, devant la police politique, gonfle le torse et marche tête haute !

Nicolas Pralude
Nouvelles de France

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 05/06/2013 17:24


Les manifestants contre le mariage pour tous, qui dans leur immense majorité, votent pour l'UMPS, font aujourd'hui les frais de leur aveuglement politique.


Ils sont tellement aveugles que certains ont demandé à des musulmans participant à la manifestation de se joindre à eux !

Marie-claire Muller 04/06/2013 19:14


Exactions commises sur ordre de Valls



Par France Presse Infos - Le Gaulois











Sur ordre de Valls, en plus des interpellations, des blessés notamment par flash ball





COMMUNIQUÉ de Presse de l’Action Française : APRES LA MATRAQUE, LES RAFLES !







C







haque année l’Action Française rend hommage aux étudiants patriotes qui ont bravé l’interdit de
l’occupant allemand, le 11 novembre 1940.





C’est toujours avec une certaine émotion que nous imaginons ces étudiants et lycéens, mains nues devant l’envahisseur nazi.
Bon nombre d’entre eux étaient d’Action Française, et nous avons encore des aînés chez nous pour témoigner de ce premier acte historique de résistance à l’occupant.


Dimanche soir, le 26 mai, c’était aussi et surtout des étudiants et lycéens qui faisaient face aux forces du régime. On est
libre de ne pas me croire, mais j’affirme qu’il y a eu plus de blessés le 26 mai 2013 que le 11 novembre 1940. Valls a lâché les chiens (policiers) sur les Français, comme jadis le
gouverneur teuton du « Groß Paris ».¢


 





L’Action Française toujours consciente des risques que faisaient courir aux manifestants les grossières provocations
policières, a ciblé (avec quelques succès) dans les échauffourées des Invalides, les policiers en civil qui tantôt faisaient mine d’agresser les CRS et tantôt mettaient prestement leurs
brassards en sortant les matraques télescopiques pour exfiltrer avec une rare violence des manifestants un peu isolés.











Plusieurs manifestants ont été blessés
par des tirs de flash ball





E
Bilan : 17 interpellations et
mises en garde à vue dans les seuls rangs de l’Action Française et plusieurs blessés notamment par « flash ball » dont deux grièvement, poignets cassés et côtes fêlées, encore hospitalisés à
l’heure où j’écris.



Cela continue, hier, lundi 27 mai 2013, à Buffon des manifestants qui voulaient pacifiquement interpeller Hollande venu
célébrer la Résistance -un comble !- se sont fait embarquer manu militari par des CRS au seul motif qu’ils portaient sur eux le polo de La Manif Pour Tous.



Parmi eux, beaucoup de mères de famille.



Les Kapos de la « Reich-publique » s’affolent, frappent, traquent, raflent.



Le pouvoir rend fou, et, avec leur police, ses détenteurs se croient tout permis. Nos enfants dans les crèches et dans les
écoles sont réellement en danger de viol idéologique, demandez à Bertinoti, Vallaud-Belkacem et Peillon, ce qu’ils en disent.



À la violence aveugle d’un pouvoir sectaire aux abois, nous répondrons avec la force tranquille d’un peuple en
marche, sûr de la victoire finale.¢ 


Olivier Perceval

Marie-claire Muller 04/06/2013 16:40


IL EST DANGEREUX LE MOU AINSI QUE  TOUS SES SBIRES .  LE POUVOIR LEUR MONTE A LA TÊTE MAIS ILS OUBLIENT QUE LE PEUPLE DE FRANCE PEUT SE REVEILLER ET CA PEUT FAIRE TRES MAL
!!!!NOUS NE VOULONS PLUS CES GENS QUI NOUS TRAHISSENT ET NOUS PERSECUTENT EN PRIVILEGIANT CEUX QUI VEULENT NOUS REMPLACER!!!!!!!!!!!


 


TRIBUNE LIBRE  


*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***


Vous aimez : partagez alors…!





 Il était une fois HOLLYLAND© 


Il était une fois Hollyland©, le pays des rêves,
Pour des français anesthésiés par tant de mots
Qu’ils croyaient bien qu’enfin ils auraient du pot
Pour au matin voir que tout s’achève


Cette histoire commence dans la Corrèze profonde,
Occupé à ruiner sa terre d’élection,
Hollande rêvait déjà de la France et du Monde,
D’appauvrir maintenant le reste de la nation.


C’est qu’il aimait les pauvres, cet enfant de notable,
Il les aimait tellement, qu’il en voulait encore,
C’est qu’il mesurait bien qu’une voix est changeable,
Contre l’espoir vain d’une vie de confort.


Voilà notre Pépère, l’absent des ministères,
Se rêver dans la peau des grands hommes de la France,
Pensant que cette terre, plusieurs fois millénaire,
Méritait maintenant une nouvelle espérance.


Alors il entama sa marche triomphale,
Promit le changement et la justice partout,
Il mentait tant et tant, qu’à une heure vespérale,
D’un mois de mai maudit, la France choisit le mou.


La Bastille envahie de drapeaux étrangers,
Les artistes généreux avec l’argent public,
Le retour à Paris à bord de jets privés,
Lançaient le quinquennat du petit boulimique.


Et celui qui voulait rassembler le pays,
Soignant son premier geste au sommet du perron,
Méprisa le vaincu et la France avec lui,
Présenta son séant en tournant les talons.


Les choses était lancées et l’euphorie passée,
Hollande découvrit les ficelles du métier,
La crise que jusqu’alors il ne voulait pas voir,
Nourrissait ses journées jusque dans ses cauchemars.


Le monde a bien bougé depuis 81,
Mais cette gauche momifiée ne veut pas changer d’ère,
Il reste une unique chose quelle sait faire très bien,
C’est détruire les emplois et semer la misère.


En 10 tous petits mois, en moins d’un an seulement,
Ils auront réussi avec un grand talent,
A reléguer la France dans le camp des perdants,
Tout en scandant encore « le changement c’est maintenant ».


Mais sur ce point au moins ils n’auront pas menti,
Le changement est criant depuis ce jour maudit,
Où le peuple berné, a porté au pouvoir,
Le chef le plus mauvais de notre longue histoire.


Lui Président voulait rompre avec le passé,
Prendre de la hauteur, montrer sa dignité
Et se vautra très vite dans la médiocrité,
Montrant qu’il avait feint son souci d’unité.


Lui Président voulait incarner le pouvoir,
De sa normalité avait fait un devoir,
La France découvrit que ce très grand flemmard,
Ne gouvernait même pas dans son propre plumard.


Lui Président voulait rompre avec ces années,
Où la France était forte, écoutée des alliés,
Il réussit l’exploit d’un revers de la main,
De fâcher notre France et son voisin germain.


Lui Président voulait être proche des gens,
Se faire aimer aussi des petits et des grands,
Mais sa légèreté aux affaires de l’État,
Dans l’abîme sondagière pour longtemps le plongea.


Lui Président voulait conduire de grands débats,
Mais le mariage pour tous que la France ne veut pas,
Devra passer quand même et si le peuple gronde,
C’est qu’il est vérolé par des idées immondes.


La machine est en panne, l’économie en crise,
La croissance un souvenir, ils n’ont plus la maîtrise,
Et si en mai dernier, les Français ont choisi,
Ceux qui vont nous ruiner, c’est qu’ils avaient menti.


Alors ne laissons pas ces vendeurs de misère,
Détruire plus encore le pays des Lumières,
Faisons jaillir la flamme, rallumons cette braise,
Renvoyons au plus vite, Pépère dans sa Corrèze


Le Poète Anonyme


*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***