Le politologue Abdel-Samad sur le déclin inévitable du monde musulman

Publié le 2 Août 2011

Un universitaire égyptien prédit l’effondrement du monde musulman. Hélios d’Alexandrie a traduit de l’arabe cet article paru le 1er décembre 2010 dans le journal Al Marsd au sujet d’un livre du politologue allemand d’origine égyptienne, Abdel-Samad.
Abdel-Samad avait prédit, avant le déclenchement des révolutions arabes, l’effondrement du monde musulman sous le poids d’un islam incapable de prendre le virage de la modernité, et l’immigration massive vers l’Occident qui s’en suivrait.

L’Occident a intérêt à soutenir les forces laïques et démocratiques dans le monde musulman. Et chez nous, il faut encourager la critique de l’islam au lieu de la réprimer sous prétexte de discours de haine. En apaisant les islamistes et en accommodant leurs demandes obscurantistes dans nos institutions, on ne fait que retarder un processus qui serait salutaire pour les musulmans eux-mêmes, et pour l’humanité. On se comporte comme l’orchestre du Titanic…

***********************************


Le politologue Abdel-Samad sur le déclin inévitable du monde musulman
Félicitations aux islamistes !, par Abdallah Abou Sharkh


Hamed Abd el Samad , chercheur et professeur d’université résidant en Allemagne, a publié en décembre 2010 un ouvrage qu’il a intitulé «la chute du monde islamique». Dans son livre il pose un diagnostic sans concessions sur l’ampleur de la catastrophe qui frappera le monde islamique au cours des trente prochaines années.
Abdel-samad-3 L’auteur s’attend à ce que cet évènement coïncide avec le tarissement prévisible des puits de pétrole au Moyen-Orient. La désertification progressive contribuerait également au marasme économique tandis qu’on assistera à une exacerbation des nombreux conflits ethniques, religieux et économiques qui ont actuellement cours. Ces désordres s’accompagneront de mouvements massifs de population avec une recrudescence des mouvements migratoires vers l’Occident, particulièrement en direction de l’Europe.
Fort de sa connaissance de la réalité du monde islamique, le professeur Abd el Samad en est venu à cette vision pessimiste. L’arriération intellectuelle, l’immobilisme économique et social, le blocage sur les plans religieux et politiques sont d’après lui les causes principales de la catastrophe appréhendée. Ses origines remontent à un millénaire et elle est en lien avec l’incapacité de l’islam d’offrir des réponses nouvelles ou créatives pour le bénéfice de l’humanité en général et pour ses adeptes en particulier.
À moins d’un miracle ou d’un changement de cap aussi radical que salutaire, Abd el Samad croit que l’effondrement du monde islamique connaîtra son point culminant durant les deux prochaines décennies. L’auteur égyptien a relevé plusieurs éléments lui permettant d’émettre un tel pronostic :
Absence de structures économiques assurant un réel développement
Absence d’un système éducatif efficace
Limitation sévère de la créativité intellectuelle
Ces déficiences ont fragilisé à l’extrême l’édifice du monde islamique, le prédisposant par conséquent à l’effondrement. Le processus de désintégration comme on l’a vu plus haut a débuté depuis longtemps et on serait rendu actuellement à la phase terminale.
L’auteur ne ménage pas ses critiques à l’égard des musulmans : «Ils ne cessent de se vanter d’avoir transmis la civilisation grecque et romaine aux Occidentaux, mais s’ils étaient vraiment porteurs de cette civilisation pourquoi ne l’ont-ils pas préservée, valorisée et enrichie afin d’en tirer le meilleur profit ?» Et il pousse le questionnement d’un cran : «Pourquoi les diverses cultures contemporaines se fécondent mutuellement et s’épanouissent tout en se faisant concurrence, alors que la culture islamique demeure pétrifiée et hermétiquement fermée à la culture occidentale qu’elle qualifie et accuse d’être infidèle?» Et il ajoute : «le caractère infidèle de la civilisation occidentale n’empêche pas les musulmans de jouir de ses réalisations et de ses produits, particulièrement dans les domaines scientifiques, technologiques et médicaux. Ils en jouissent sans réaliser qu’ils ont raté le train de la modernité lequel est opéré et conduit par les infidèles sans contribution aucune des musulmans, au point que ces derniers sont devenus un poids mort pour l’Occident et pour l’humanité entière.» 
L’auteur constate l’impossibilité de réformer l’islam tant que la critique du coran, de ses concepts, de ses principes et de son enseignement demeure taboue ; cet état de fait empêche tout progrès, stérilise la pensée et paralyse toute initiative. S’attaquant indirectement au coran. l’auteur se demande quels changements profonds peut-on s’attendre de la part de populations qui sacralisent des textes figés et stériles et qui continuent de croire qu’ils sont valables pour tous les temps et tous les lieux. Ce blocage n’empêche pas les leaders religieux de répéter avec vantardise et arrogance que les musulmans sont le meilleur de l’humanité, que les non-musulmans sont méprisables et ne méritent pas de vivre ! L’ampleur de la schizophrénie qui affecte l’oumma islamique est remarquable.
L’auteur s’interroge : «comment l’élite éclairée dans le monde islamique et arabe saura-t-elle affronter cette réalité ? Malgré le pessimisme qui sévit parmi les penseurs musulmans libéraux, ceux-ci conservent une lueur d’espoir qui les autorise à réclamer qu’une autocritique se fasse dans un premier temps avec franchise, loin du mensonge, de l’hypocrisie, de la dissimulation et de l’orgueil mal placé. Cet effort doit être accompagné de la volonté de se réconcilier avec les autres en reconnaissant et respectant leur supériorité sur le plan civilisationnel et leurs contributions sur les plans scientifiques et technologiques. Le monde islamique doit prendre conscience de sa faiblesse et doit rechercher les causes de son arriération, de son échec et de sa misère en toute franchise afin de trouver un remède à ses maux.
Le professeur Abd el Samad ne perçoit aucune solution magique à la situation de l’oumma islamique tant que celle-ci restera attachée à la charia qui asservit, stérilise les esprits, divise le monde entre croyants musulmans et infidèles non-musulmans ; entre dar el islam et dar el harb (les pays islamiques et les pays à conquérir). L’auteur croit qu’il est impossible pour l’oumma islamique de progresser et d’innover avant qu’elle ne se libère de ses démons, de ses complexes, de ses interdits et avant qu’elle ne transforme l’islam en religion purement spirituelle invitant ses adeptes à une relation personnelle avec le créateur sans interférence de la part de quiconque fusse un prophète, un individu, une institution ou une mafia religieuse dans sa pratique de la religion ou dans sa vie quotidienne.
Source : أستاذ جامعي مصري يتنبأ بسقوط العالم الإسلامي خلال 30 سنة, Al-Masrd, 1 décembre 2010. Traduction de l’arabe par Hélios d’Alexandrie pour Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

isabelle 03/08/2011 05:29



C'est vrai que les pays où sévit l'islam ne débordent ni de joie de vivre ni de bouillonnement intellectuel ni de créativité...


L'auteur voit ce déclin d'ici deux décennies. Je crains fort qu'il ne soit optimiste.



island girl 02/08/2011 22:55



Cete ..."religion"....enferme réduit condamne ,englue ...les humains apprecient la liberté ,la joie ,la vie ....et l'islam c'est obscure,et triste,INTERNET va permettre une prise de conscience
des jeunes et des femmes et une révolte brutale contre ce fanatisme qui conduit à la mort.



Nancy VERDIER 02/08/2011 20:33



FELICITATIONS pour cette volonté de changement.. Mais je crois que cela prendra des siècles avant qu'un changement ne s'opère au niveau de la critique du Coran. 
Et l'effondrement économique ne fait pas peur aux Musulmans: dans les contrées maghrebines, sahariennes et désertiques qui furent islamisées, c'est déjà l'effondrement depuis des siècles. Au
peuple, on a donné le Coran pour nourriture. On voit bien ce qui se passe aujourd'hui après les soit disants Printemps arabes.....Ce sont les Islamistes qui reviennent au galop....
Il faudrait surtout éloigner cette plaie que représente l'islam et la Charria de nos contrées européennes, car l'infection est en train de prendre avec la connivence de nos dirigeants et
c'est nous qui irons vers l'effondrement.
Mais je me demande si ce n'est pas le souhait de nos dirigeants et ceux de Bruxelles : nous ruiner et nous faire disparaître et ensuite imposer une dictature religieuse à toute
l'Europe. L'Oligarchie (Nomenklatura) restera maître à bord et elle pourra dominer les  pays du Maghreb, car il y aura uniformité de la population sur les pourtours de la
Médittérannée.....L'Europe islamisée s'étendra et reprendra pied dans les anciennes colonies.....
On voit déjà comment opère le Maire de Paris qui se sent plus Tunisien que Français. Dans sa tête, les Français traditionnels de souche n'existent plus et la France va jusqu'en Tunisie. Alliot
Marie et les autres BoBos du gouvernement Sarko faisaient de même. Quant aux socialistes et aux Verts, on sait ce qu'ils veulent : supprimer les Nations et islamiser la France.
Nous appartiendrions ainsi à la OUMMA. Mais toute critique du Coran sera interdite et les Mosquées continueront de fleurir en France et en Europe. Je ne vois pas - dans ces conditions - comment
la Communauté musulmane pourrait être plus "royaliste que le roi", c'est-à- dire dénigrer le Coran qui s'épanouit chez nous....