Le programme présidentiel de Marine LE PEN à la loupe – par Catherine SÉGURANE

Publié le 29 Novembre 2011

Le programme présidentiel de Marine LE PEN à la loupe – par Catherine SÉGURANE

Publié par le Gaulois

Par Catherine Ségurane

Madame Marine Le Pen a dévoilé les grandes lignes et la philosophie de son programme présidentiel le 19 novembre lors du "banquet des Mille". Agoravox TV a publié des extraits significatifs du grand discours qu'elle a prononcé à cette occasion.

En parallèle, elle a publié sur le site internet dédié à sa campagne une version beaucoup plus détaillée de son programme, se présentant en grande partie sous forme de liste de mesures concrètes regroupées sous cinq grandes têtes de chapitre : Autorité de l'État - Avenir de la Nation - Politique étrangère - Redressement économique et social - Refondation républicaine.

Sans bla-bla superflu, nous allons indiquer ci-dessous, non pas la liste complète des mesures proposées (elle serait trop longue) mais la liste de celles des mesures qui nous ont le plus frappée.

Le lecteur qui nous trouverait incomplète pourra aisément se rendre sur le site.

Pour présenter ces mesures, nous allons tout simplement suivre le plan selon lequel le programme est présenté, et les classer sous les têtes de chapitre correspondantes.

AUTORITE DE L'ETAT

Ce chapitre très important est lui-même subdivisé en sections que nous allons suivre :

Anciens combattants

Mesures de reconnaissance matérielle et morale, n'oubliant ni les militaires engagés en opérations extérieurs, ni les harkis.

 

Défense

Recentrage sur la défense de notre territoire et de notre indépendance  ; sortie du commandement intégré de l'OTAN ; retour à un effort de défense suffisant, reconstitution des filières industrielles correspondantes ; maintien de la dissuasion nucléaire au cœur de notre stratégie ; meilleure prise en compte du terrain maritime et (cela va ensemble) de la montée en puissance de l'Asie.

 

État fort

Rétablissement de la hiérarchie des normes juridiques (la Constitution prévaut sur les traités ; la loi prévaut sur le droit dérivé).

Institution d'un ministère des Souverainetés qui renégociera les traités en tant que de besoin.

Mise en place d'in ministère de l'Intérieur, de l'immigration et de la Laïcité.

Rétablissement du principe d'égalité et de la méritocratie ; fin de la discrimination "positive".

Mise en place d'une Planification stratégique de la ré-industrialisation ; mise en place d' un "Small Business Act" à la française ; protection de niveau raisonnable aux frontières.

Stratégie de développement économique de l'Outre-Mer.

Crédit impôt recherche conditionné au maintien en France de la recherche/développement du bénéficiaire.

Contrôle des féodalités locales.

Lutte contre la fraude et la concurrence déloyale ; surveillance des centrales d'achat ; fixation d'un plafond maximum pour les frais bancaires.

Séparation des banques de dépôt et des banques d'affaires ; en cas d'extrême nécessité, nationalisation partielle et temporaire des banques de dépôt ; action au niveau international pour interdire les produits dérivés spéculatifs et instaurer une taxe sur les transactions financières.

 

Fonction publique

Arrêt de la RGPP ; meilleur ciblage de la rationalisation budgétaire (administrations centrales, collectivités territoriales) ; modulations dans l'évolution du point d'indice pour favoriser les bas salaires ; pourcentage d'embauches réservées aux plus de 45 ans issus du privé.

 

Immigration

Réduction drastique de l'immigration légale et des entrées sur la base du droit d'asile ; suppression du regroupement familial ; remise en cause des accords de Schengen ; renégociation de la CEDH ; suppression du droit du sol et de la double nationalité ; expulsion systématique des immigrés clandestins ; suppression de l'Aide médicale d'État ; suppression de la possibilité juridique de régulariser des clandestins ; interdiction des manifestations de clandestins ou de soutien aux clandestins ; sanction du racisme anti-français ; application de la priorité nationale à l'emploi et au logement ; incitation au départ des étrangers au chômage ; respect des droits sociaux des étrangers qui ont cotisé.

Réaffirmation de notre modèle assimilationniste républicain ; refus de tout communautarisme.

 

Justice

Réévaluation budgétaire forte ; embauches de magistrats ; construction de places de prison ; suppression des remises de peine automatiques ; réforme de la procédure pénale en vue d'un meilleur taux d'élucidation des affaires ; obligation de neutralité de la magistrature ; meilleure prise en compte des victimes ; traitement plus énergique de la délinquance des mineurs ; renvoi chez eux des étrangers condamnés.

 

Sécurité

Stopper les flux migratoires ; lutte contre les réseaux de la drogue et du crime en général ; interdiction de certains territoires à des condamnés ayant purgé leur peine ; rétablissement de la peine de mort, ou perpétuité réelle ; plus de prestations sociales pour les récidivistes ; reconstitution des effectifs de la police et de la gendarmerie ; présomption de légitime défense des forces de l'ordre ; maintien du statut militaire de la gendarmerie ; surveillance des services de renseignements sur les prédicateurs religieux.

 

Services publics

Renégociation des traités européens ; sanctuarisation des participations publiques ; garantie de la continuité territoriale ; surveillance des tarifs du gaz, de l'électricité, des transports ; remunicipalisation de l'eau.

 

AVENIR DE LA NATION

 

Aménagement du territoire

Attention portée aux zones rurales ; nationalisation de la politique agricole ; desserrement du numérus clausus des professions médicales ; renforcement du rail et du transport fluvial ; suppression du permis à point et de la "chasse aux automobilistes".

 

École

Respect de la laïcité ; respect de la discipline ; recentrage sur les savoirs fondamentaux ; fin de l'aventure pédagogique, en particulier en histoire et géographie ; mise du professeur au centre du système.

 

Écologie, sécurité alimentaire, protection animale

Produire au plus près ; retraiter sur place ; recherche d'une énergie de substitution au nucléaire (sans brûler les étapes) ; construction de l'EPR de Flamanville ; protection animale ; interdiction de l'abattage sans étourdissement préalable.

 

Enseignement supérieur

Maintien des droits d'inscription à un niveau modique ; maintien du cadrage national des diplômes ; politique sociale en faveur des étudiants.

 

Famille

Création d'un revenu parental dès que les finances le permettront ; mise en place d'un statut juridique et social pour le parent concerné ; abaissement de l'âge de la retraite pour les mères ayant élevé trois enfants (ou un enfant handicapé) ; réservation des allocations familiales aux familles dont un parent au moins est français ; refus du mariage homosexuel.

 

Handicap

Mieux définir le handicap, et soutenir les personnes handicapées.

 

Recherche

Transparence et évaluation seront à l'honneur.

 

Santé

Lutte contre la fraude, en particulier les abus du tourisme médical ; suppression de l'AME ; sécurisation des cartes Vitale  ; lutte contre les arrêts de maladie de complaisance ; croisement des fichiers ; amélioration de la couverture du territoire ; lutte contre les dépassements d'honoraires ; gel du forfait hospitalier ; attention particulière à la maladie d'Alzheimer ; desserrement du numérus clausus pour l'entrée en faculté.

 

POLITIQUE ETRANGERE

 

Europe

Récupération de la maîtrise des frontières, de la monnaie, de la politique monétaire.

Si possible coopération avec les autres pays européens sur la base d'une Europe des nations et la mise en place de projets concrets communs.

La contribution nette de la France au budget européen doit être nulle.

 

Politique étrangère

Avènement d'une Europe des nations ; sortie du commandement intégré de l'Otan ; recherche d'un axe Paris-Berlin-Moscou ; recherche d'une Union paneuropéenne incluant la Suisse et la Russie (mais pas la Turquie).

Renégociation des contrats de partenariat avec les pays du Maghreb sur la base d'un arrêt des flux migratoires ; aide au développement de l'Afrique ; promotion de la langue française ; mise en place d'une politique asiatique.

Restauration d'une politique arabe de la France ; recherche d'une politique plus équilibrée au Proche Orient ; refus de coopération avec un État terroriste quel qu'il soit ; évaluation indépendante des situations sur la base des travaux de nos propres services secrets.

Politique d'équilibre, de médiation, d'aide à la paix.

Lutte contre le terrorisme, y compris celui soutenu par des États.

 

REDRESSEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL

 

Agriculture

Abandon de la PAC au profit de la PAF (F comme française) ; loi "Achetons français" ; renforcement de la recherche agronomique ; meilleure protection de l'agriculteur ; meilleure défense dans les négociations avec les centrales d'achat

 

Dette

Maîtrise de l'endettement public ; recherche, à terme, d'un déficit zéro ; restauration des prérogatives de la Banque de France pour émettre de la monnaie et la prêter à l'État ; réduction drastique des dépenses inutiles et néfastes (en particulier la "niche Copé" en faveur des grands groupes) ; grande réforme fiscale (en particulier progressivité de l'impôt sur les sociétés) ; recherche de l'allocation de l'épargne des Français au remboursement de la dette publique.

 

Emploi, artisanat, commerce

Amélioration de la position des PME face aux centrales d'achat ; développement de l'apprentissage (dès 14 ans) ; soutien de l'achat local ; soutien à la création d'entreprise ;

Emploi, ré-industrialisation, PME/PMI.

Ré-industrialisation du pays ; plan stratégique de développement ; renégociation des traités ; protection intelligente aux frontières ; maîtrise du niveau de la monnaie ; grande réforme de simplification pour les entreprises (dématérialisation ...) ; site unique pour toutes les démarches ; création d'une carte d'identité numérique pour l'entreprise, avec son certificat de signature numérique ; crédit impôt recherche pour les PME/PMI innovantes ; priorité d'accès aux marchés publics ; Buy American Act à la française ; maintien des 35 heures.

 

Euro

Refus des politiques d'austérité sans issue ; sortie ordonnée et concertée de l'euro ; restauration des prérogatives de la Banque de France.

 

Fiscalité

Particuliers : IRPP plus progressif mais pas plus lourd ; tranche supérieure à 46 % ; suppression de l'abattement de 40 % sur les dividendes ; transformation de la taxe d'habitation en taxe additionnelle à l'IRPP ; impôt progressif sur le patrimoine (fusion de la taxe foncière et de l'ISF) ; TVA plus progressive.

 

Entreprises : progressivité de l'IS ; moindre incitation à emprunter, en particulier à l'étranger ; intégration des rémunérations excessives dans l'assiette de l'IS.

Suppression de niches fiscales ; mise en place de droits de douane.

 

Logement

Logement social : plus grande transparence dans l'attribution et dans le maintien dans les lieux ; priorité aux Français, puis aux immigrés en situation régulière ; exclusion des immigrés clandestins.

Refonte des aides au logement ; recentrage sur les populations en ayant le plus besoin (familles nombreuses, mères seules, handicapés ...).

Chèque "premier logement'.

Politique de l'habitat, de l'urbanisme et du paysage.

Recentrage de la Loi Scellier avec contreparties sociales.

 

Pouvoir d'achat

Le pouvoir d'achat doit d'abord venir du retour de la croissance.

Calcul du taux d'inflation par l'INSEE modifié pour être rendu plus conforme à la réalité.

Contrôle des frais bancaires ; abaissement de 20 % de la TIPP ; encadrement des prix de certains produits de première nécessité.

Incitation fiscale des entreprises privées à revaloriser les salaires ; augmentation différenciée du point d'indice pour les fonctionnaires ; revalorisation des pensions ; encadrement du crédit ; surveillance de l'usure.

 

Retraite

Revenir aux 40 annuités pour une retraite à taux plein ; affectation à la retraite d'une partie du produit des droits de douane et des droits environnementaux ;suppression du droit au minimum vieillesse pour les étrangers ayant pas ou peu travaillé en France, ou résidant à l'étranger ; création d'une cinquième branche pour la dépendance.

 

REFONDATION REPUBLICAINE

 

Démocratie, institutions et morale publique

Rétablissement de la hiérarchie des normes juridiques ; création d'un ministère des Souverainetés ; renégociation des traités.

Référendum de révision de la Constitution dès le début de la prise de fonctions.

Septennat non renouvelable.

Référendum d'initiative populaire.

Proportionnelle dans toutes les élections.

Retour de la morale et de la transparence.

Liberté de la presse et d'internet.

Laïcité

Inscription dans la Constitution du principe "La République ne reconnait aucune communauté".

Création d'un ministère de l'Intérieur, de l'immigration et de la laïcité.

Interdiction de toutes dispositions racistes, sexistes ou discriminatoires ; suppression de la discrimination "positive" ; suppression des pratiques discriminatoires dans les cantines, piscines, hôpitaux.

Plus de baux emphytéotiques ni de subventions déguisées ; financement des lieux de culte par les fidèles, sans aide de pays étrangers.

Suppression des signes communautaristes et religieux ostentatoires (voile notamment) pour les usagers des services publics, et peut-être des transports. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 29/11/2011 20:16


Sur les4 vérités:


Kerstens Pieter - lundi 28 novembre 2011


dette


L'odeur du pognon (ou la soif de pouvoir) a toujours attiré les êtres cupides et
avides, comme la putréfaction attire les charognards ou encore comme les faibles (nos vieux, nos enfants et nos femmes)
attirent la racaille.


Mais les banquiers et les financiers – à de rares exceptions près – n'obligent pas les gouvernements à engager telle ou telle dépense dans le budget public,
adopté par les parlements !


Il faut quand même bien faire le distinguo entre argent public (nos impôts) et argent privé (les revenus qui nous restent après les prélèvements obligatoires instaurés par la
loi, imposée par les députés élus du « peuple »). Ce même populo qui vote en toute âme et conscience pour le parti ou celui qu'il estime être son meilleur « représentant »...
On peut aimer ou haïr les diverses formules existantes en Europe (et pour ma part, je suis opposé au suffrage universel), mais c'est la majorité qui souvent remporte la mise au lendemain des
élections, après marchandages et tractations de bas niveau.


Il est évident que la grande majorité des électeurs s'exprime essentiellement par émotion, sensibilité ou naïveté
parce que « les promesses n'engagent que ceux qui y
croient », dixit Charles Pasqua, ex-ministre de l'intérieur en France ; cette majorité est sans culture
politique, sans mémoire et préoccupée uniquement par son bien-être et son niveau de vie.


Le Régime (au sens de l'organisation politique qui existe dans la plupart des pays européens) utilise la démagogie
à outrance durant les périodes électorales, afin de convaincre le plus grand nombre : demain on rase
gratis. Cette mafia libéro-socialo-écolo-capitalo-humaniste ne tient absolument pas à partager les prébendes avec ceux qui ne
seraient pas issus du sérail et balise donc les possibilités de changements anticonformistes par des tabous, des ukases ou des lois liberticides, dans le but de diaboliser les partis ou les
individus qui refusent les crédos et les poncifs qu'elle impose comme doctrine.


Rien d'étonnant par conséquent que ce Régime mette tout en œuvre pour la défense de cet Etat-Providence qui prend en charge tout individu de sa naissance à sa
mort : tant que les assiettes seront pleines, le peuple ne bougera pas !


Cette imposture a été développée depuis 65 ans et nous a été matraquée à longueur de médias au lendemain de mai
1968 pour donner naissance à l'homo-consuméris, lobotomisé, dégénéré, véritable tube digestif ne fonctionnant que sous le seul motif « d'hédonisme ». Et pour mieux contrôler le citoyen
lambda, sa femme et sa petite famille, le Régime lui offre les tentations les plus inimaginables : posséder anticipativement ce dont il rêve, sa petite auto, sa petite maison, ses vacances
sacrées, son écran plat et le dernier modèle d'I-Pad ! Tout cela pour le plus grand bénéfice des banksters qui EUX, complices du Pouvoir, ont mis le Dieu Crédit à disposition du Régime. On en arrive ainsi à une interdépendance des uns par rapport
aux autres, à tous les niveaux.


Des politiques incompétents et lâches


Et ici, il y a lieu quand même de prendre un peu de recul. Ce ne sont pas les agences de notation qui ont imposé les dépenses somptuaires, les gaspillages éhontés des deniers
publics, qui ont élaboré les budgets des différents gouvernements européens ou encore creusé les déficits publics depuis 40 ans ! Ce ne sont pas les hedges funds, les spéculateurs ou les
paradis fiscaux qui ont poussé à l'immigration-invasion (source de dépenses pharaoniques), à la réduction du temps de travail, au congé parental, à la fraude fiscale et sociale, à la
démultiplication des administrations locales, régionales, nationales ou européennes, causes directes de l'explosion du nombre de fonctionnaires qui ne contribuent en RIEN à la valeur ajoutée dans
le PIB de chaque nation !


OUI, la crise actuelle et le krach qui s'annonce
sont la conséquence de l'immense supercherie que l'Oncle Sam a fait miroiter aux yeux des yankees durant la décennie
90, en leur vantant la propriété pour tous, même pour ceux qui étaient incapables de rembourser le moindre dollar sur des
emprunts mirifiques : Merci monsieur Greenspan !


OUI, nos politiques sont des incompétents et des lâches, à
tous les niveaux, parce qu'ils n'ont pas voulu, pas su ou pas vu arriver la débâcle et prendre les mesures drastiques qui
s'imposaient depuis plusieurs années, de peur de la réaction des électeurs.


Je rappelle ici la déclaration d'Abraham Lincoln devant le Congrès en 1860 :


« Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne.


Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur.


Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.


Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez.


Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l'initiative et l'indépendance.


Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu'ils pourraient et devraient faire
eux-mêmes. »


Une anecdote pour terminer : lors d'une entrevue avec un expert financier, il y a quelques semaines, à la fin du constat et des mesures à envisager pour
que les pays puissent redresser l'état lamentable de leurs systèmes financiers, le chef de cabinet d’un ministre lui déclara :

médium41 29/11/2011 17:31


Je suis bien de votre avis Marie Claire.Cordialement.

Marie-Claire Muller 29/11/2011 16:31


C'est clair net et précis c'est intelligent et ça va dans le bon sens c'est à dire de la sagesse populaire ce que l'olligarchie ne recherche pas puiqu'elle est contre le peuple et pour brouiller
les pistes avec des paroles creuses et mensongéres d'où l'opposition aux référendums citoyens!Pour moi il n'y a pas de doute elle reste la seule à parler vrai et à travailler pour le bien de
notre Pays en danger!!!!!!!

Claude Germain V 29/11/2011 14:01


Rien a redire ,je n'ai pas vu la suppression de la polygamie et le renvoie dans leur pays d'origine des multis épouses et de leurs enfants .Ce qui veut dire une decision ultra rapide de l'époux
pour faire le choix D' UNE SEULE ET UNIQUE EPOUSE .Obligation du mari de payer le ou les voyages de retour au pays de leurs multis épouse ,probléme paraissant non humain , mais ne concernant pas
la population monogame de souche française .Il en ait exactement de meme en ce qui concernne les circoncisions remboursées pour les musulmans ou les personnes pratiquant le judaisme .Rien de
raciste là dedans c'est uniquement une question de religion qui ne concernne qui que ce soit . 

francis Claude 29/11/2011 13:53


S.V.P qui a quelque chose de mieux? a proposer a ce jour, merci de l'exposé sur le blog de Gérard Brazon qui je le sait n'y verra aucun "avis contraire"

Gérard Brazon 29/11/2011 15:05



Je suis pôur la liberté d'expression et il me parait normal d'éditer le programme politique d'un parti que je trouve républicain et en droit d'exister sans être bafoué ou insulté! Je n'oublie pas
d'ou vient le Parti Communiste et les morts qu'il a, à son compte! Ce que n'a pas à son actif et pour cause de naissance, le Front National. Je n'oublie pas non plus que les donneurs de leçons
d'aujourd'hui, sont les admirateurs d'un Mitterrand collabo à Vichy, décoré de la francisque, ami de Tixier Vignancourt avocat d'extrême droite et de René Bousquet! C'est dommage que
les Français ait oublié cette page d'histoire de France pourtant récente!