Le racisme serait-il une maladie? Gare aux franchouillards.

Publié le 10 Mars 2012

FranchouillardIl paraît qu'un médicament pourrait avoir une incidence contre le racisme.

Il paraît que certains songent déjà à utiliser ce médicament pour soigner les racistes.

Cela ne vous rappelle rien. Un petit séjour en "soins intensifs" pour franchouillards, devenus par la magie de la science et de la découverte des grands malades!

Viendrait donc pour commencer,  le temps des premiers soins où de doctes médecins, devant votre sentiment, votre appréciation de la "différence",  de la "diversité" , votre comportement face au halal, face à la construction de mosquées par exemple, vous donneraient une ordonnance pour une prise régulière de médicaments histoire de vous calmer, de vous faire mieux apprécier le "grand remplacement de population" qui s'opère, de vous faire gober le tout, pour que vous cessiez d' élever des critiques  face à la diversité, la multiculture et la "différence".

Premiers soins en attendant une hospitalisation en cas de récidive? C'est beau le progrés, un retour au bon vieux soviètisme? 

Gérard Brazon

*********

Des chercheurs de l'université d'Oxford ont découvert qu'un médicament couramment utilisé pour abaisser le rythme cardiaque, réduit le racisme inconscient.

La prise d'un médicament courant utilisé pour lutter contre l'hypertension a un effet secondaire inattendu: il rend moins raciste. Des chercheurs de l'université d'Oxford en Grande-Bretagne se sont rendu compte que les personnes qui avaient pris du propranolol, un médicament connu en France sous le nom Avlocardyl, avait un score «significativement moins élevé» à un test sur les préjugés racistes inconscients, par rapport au groupe témoin qui avait pris un placebo. Le produit chimique n'a en revanche pas modifié l'attitude consciente des sujets sur le racisme.

Le propranolol est un médicament de la classe des bêtabloquants, utilisé pour lutter contre l'hypertension, et dont l'effet principal est de réduire le rythme cardiaque. Il sert aussi à réduire les effets physiques de l'anxiété. Son action se fait sur une partie du cerveau liée aux émotions, dont le sentiment de peur.

L'étude a été réalisée sur un panel assez restreint, avec seulement «36 hommes d'origine ethnique blanche», mais les résultats sont tout de même troublants et ouvrent la porte à de nombreuses questions éthiques. «Certaines personnes se demandent déjà s'il faudrait utiliser ce médicament pour soigner le racisme», regrette Sylvia Terbeck, la chercheuse du département de psychologie expérimentale de l'université d'Oxford qui a réalisé les recherches, publiées dans la revue Psychopharmacology.

Des résultats très clairs

«La recherche biologique qui cherche à rendre les gens moralement meilleurs a une histoire sombre, rappelle dans l'Independent le professeur Julian Savulescu, l'un des coauteurs de l'étude à l'université d'Oxford. Le propranolol n'est pas un médicament contre le racisme, mais comme beaucoup de gens prennent déjà ce genre de traitement qui peut avoir des effets d'ordre moral, nous devons au moins chercher à mieux identifier ces effets secondaires.»

«Nous n'avons d'ailleurs pas voulu chercher à guérir le racisme, précise au Figaro la scientifique. Nous nous sommes seulement servis de ce médicament pour vérifier l'importance des processus émotionnels sur les attitudes racistes inconscientes.» Pour éviter les blocages et l'effet des conventions sociales qui inhibent certaines attitudes racistes conscientes, les chercheurs ont fait passer à leurs volontaires un test dit d'associations multiples, qui utilise des associations entre des visages blancs ou noirs et des valeurs positives ou négatives pour déterminer les préjugés liés à la couleur de la peau que l'on peut avoir.

Les résultats de l'essai avec le médicament sont très clairs. «Seulement un tiers des personnes testées avec le propranolol ont eu un score montrant un préjugé raciste, alors qu'en général c'est quelque chose qu'on observe sur une grande majorité des gens», explique Sylvia Terbeck.

«Après ces premiers résultats sur le racisme, nous allons maintenant étudier les effets des émotions sur d'autres préjugés, sur l'appartenance religieuse ou sur l'homosexualité par exemple», confie la chercheuse.

Source

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

se 11/03/2012 08:49


le meilleur remede contre les islamistes est le granulé en plomb.

Bonjour médium41 11/03/2012 06:58


Quand la bêtise,se deverse avec autant d'abondance,elle ne peut ni ne mérite d'être combattue.

Francis Claude 11/03/2012 06:10


ne vous faites pas de soucis, lle candidat Hollande a dis que s'il est élu il va supprimé le terme de Race pas de race pas de racisme super non il n'y aura plu queles cons et les autres!!!!!

Epicure 10/03/2012 22:27


Avis de scientifique:


Il ne reste qu'à effecetuer l'expérience inverse de contrôle d'effet: l'administrer aux Islamistes dits radicaux et voir si cela les rend moins cinglés et moins crétins?