Le ramadan sur l'étalage ou l'étalage du ramadan ?

Publié le 24 Août 2011

 Chez certaines enseignes, comme ici au Simply Market de la Benauge, des mises en avant spécifiques au ramadan viennent s'ajouter à l'offre habituelle. Photo éric Despujols

Chez certaines enseignes, comme ici au Simply Market de la Benauge, des mises en avant spécifiques au ramadan viennent s'ajouter à l'offre habituelle. PHOTO ÉRIC DESPUJOLS

«A la base, on dispose d'un module halal, en frais, épicerie et surgelés, qu'on approvisionne tout au long de l'année », explique Dignito Calixte, directeur du Simply Market de la Benauge. Mais pendant le ramadan, des mises en avant spécifiques sont venues compléter cette offre. Pour que les personnes qui ne mangent pas de la journée puissent s'approvisionner pour le repas du soir. « Les légumes et les fruits secs sont très prisés à cette période, on fait beaucoup de pâtisseries. Il faut du sucre pour avoir des forces », ajoute-t-il.

Ainsi, à l'entrée du magasin, un étalage spécial ramadan a été installé pour l'occasion : le client peut venir se servir en dattes, citrons confits ou encore feuilles de bricks. Selon l'un des employés, le ramadan avait à peine commencé que déjà « le podium avait été vidé de moitié », et attendait de nouveaux arrivages « venus de Tunisie ou du Maroc ». Le marché s'avère donc réel.

Laurence Cherel est professeur de marketing à l'IUT Tech de Co de Bordeaux.

Elle analyse l'intégration du mot « ramadan » dans le paysage des supermarchés : « C'est logique que la grande distribution propose de plus en plus de produits autour du ramadan. En effet, il y a une importante communauté musulmane en France. La demande est donc bien présente. »

En parallèle, elle propose une explication au fait que certains points de vente ne s'engouffrent pas dans la brèche : « Quelques enseignes ont peur de froisser une clientèle qui n'adhèrerait pas à la demande, ou qui pourrait trouver l'offre déplacée. »

Pourtant, « c'est un marché juteux, comme on a pu le voir notamment avec le succès des Quick halal ».

Finalement, elle constate qu'il est difficile pour la grande distribution de « ménager la chèvre et le chou pour ne pas perdre une certaine clientèle sans pour autant se priver d'une part non négligeable du marché, liée au ramadan ».

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Repost 0
Commenter cet article

francis Claude 24/08/2011 16:45



dans tous les cas la photo ne doit pas etre celle d'une musulmane vu le joli dos que nous voyons jusque trés...bas et nous laissant deviné l'absence de soutien gorge ....


bon ceci dit la Benauge, cenon,floirac, lormont sur la rive droite sont des nids d'islamistes ils doivent surement vouloir islamiser ces quartiers puisque d'apres certaines rumeurs Juppé leur a
promis le construction d'un centre culturel islamique dans ces environs bien sur il y aura dedant une mosquée mais vu qu'il s'agit d'un centre culturel, c'est nous qui le financerons...et on
veux taxé de pauvres ouvriers et petits patrons sur les heures suplémentaires quel foutu gouvernement !!! 



Marie-Claire Muller 24/08/2011 15:02



On est de plus en plus poussés vers la sortie ici à Bordeauxque ce soit dans les quartiers, les magasins ,les transports!!!


"C'est toujours sur une démission collective que les tyrans fondent leur pouvoir!!!"


"Qui n'empêche pas le mal le favorise" Cicéron