Le refus de dire les mots justes - par de Bertrand Dutheil de La Rochère

Publié le 13 Janvier 2015

En ignorant le terme « islamisme » ou en refusant de l’employer, François Hollande, Laurent Fabius ou Nicolas Sarkozy n’aident pas à combattre l’amalgame, souhaité par les assassins de Charlie-Hebdo et de l’Hyper Cacher.

Bertrand Dutheil de La Rochère (Front National) Bertrand Dutheil de La Rochère-Président de Patrie et citoyenneté

Ce refus de dire les mots justes enferme tous les musulmans français dans une même « communauté », où se trouvent mêlés ceux respectueux des lois de la République et les fondamentalistes islamistes. Or, depuis quatorze siècles, il existe différentes interprétations de l’islam. Les responsables politiques n’ont pas à s’improviser théologiens et à se substituer à un clergé qui n’existe pas dans cette religion pour dire quelle serait la bonne interprétation. En revanche, il leur revient de condamner et de combattre toutes celles incompatibles avec les lois de la République, notamment celles qui prêchent la violence sous n’importe quelle forme.

L’islam de France doit s’organiser par lui-même pour ne plus être le champ clos de rivalités entre puissances étrangères. La République laïque n’a pas à violer ses principes en s’ingérant dans les affaires internes d’une religion. La loi de 1905 doit être respectée dans sa lettre et dans son esprit. L’État doit exercer seulement un rôle protecteur pour permettre aux musulmans de s’inscrire en toute liberté dans le cadre national. Conformément à notre tradition « gallicane », toute intervention directe ou indirecte d’un pays étranger doit être interdite, qu’elle se manifeste par des financements ou par l’envoi d’imams. Tous les prêches doivent être prononcés en français. Toute violence et toute incitation, même implicite, à toute forme de violence, y compris au djihad, doivent être réprimées sans faiblesse selon les dispositions en vigueur du code pénal. Tout binational qui commettrait ou qui serait complice de la moindre violence en France ou à l’étranger doit être déchu de la nationalité française et expulsé du territoire.

Avec Marine Le Pen, au sein du Rassemblement Bleu Marine, Patrie et Citoyenneté souhaite que tout soit mis en œuvre pour que tous les Français de toutes les origines et de toutes les croyances puissent vivre dans une même citoyenneté au sein de la République. Un tel objectif demande de la volonté et de la fermeté. Refusons le terme de « communauté » concept antirépublicain répété pourtant à satiété. Respectons le culte musulman qui se conforme à notre laïcité républicaine. L’amalgame naît de la négation de la réalité. La clarté découle de l’affirmation de la vérité.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marie-plume 14/01/2015 08:48


Les poltrons de la République, les bouffis du système de "padamalgame"