Le réveil "cauchemardesque" du clan DSK.

Publié le 16 Mai 2011

"Agression sexuelle, viol, séquestration"  Ils rêvaient de voir le patron du FMI rentrer en France pour représenter le PS à la présidentielle. Ils sont aujourd'hui abasourdis.

"Vous voyez l'effet que ça fait un réveil après un tsunami ?" Michèle Sabban est abasourdie dimanche matin, comme tous ces élus qui soutiennent depuis des semaines, des mois, des années Dominique Strauss-Kahn. Sur les chaînes d'info, les radios, et même dans la dernière édition du JDD, cette même information : "Dominique Strauss-Kahn arrêté à l'aéroport JFK de New York pour agression sexuelle présumée".

Voilà leur champion, le héros des sondages pour la présidentielle française, qui apparaît tout d'un coup comme le simple acteur d'un sombre fait divers... Mais la vice-présidente du conseil régional d'Ile-de-France appelle à éviter une lecture au premier degré des faits : "C'est la tête du FMI qui est visée plus qu'autre chose", avance Sabban. "Nous, on pense à la primaire, à la présidentielle, mais l'important, c'est que le FMI est décapité, alors qu'il allait réussir de grandes choses." 

"Complot international"

Sabban fait là allusion au G20 de Deauville, prévu pour la fin mai, et à la renégociation du plan de sauvetage de la Grèce... La suite, elle l'envisageait, pas plus tard qu'hier, comme réglée : un retour du patron du FMI en France pour se lancer dans la course à l'Élysée. 

Et Sabban souffle, en pensant "d'abord à lui" : "C'est un complot international." Elle en est d'autant plus persuadée qu'elle rappelle un précédent. "Souvenez-vous l'affaire de la Hongroise..." Oui, c'était en 2008, cette enquête commandée par le FMI contre DSK suite à sa relation avec une employée du département Afrique, Piroska Nagy. "Ce qui se passe est cauchemardesque, trop violent. Sur le plan politique, il était irréprochable ; les femmes, c'était sa faiblesse", dit-elle sans même réaliser qu'elle parle au passé.

"Rien ne colle"


Face à l'ampleur de la vague, les strauss-kahniens ont bien le souffle coupé. Ainsi le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas nous confiait mercredi que "la seule chose qui peut faire que DSK renonce, c'est qu'Aubry dépose sa candidature à la primaire le 28 juin". Aujourd'hui, évidemment, la question n'est plus là. "Pour le moment, rien ne colle dans ce qui est raconté, tout reste à vérifier. Je n'ai donc rien à dire", se contente-t-il de nous communiquer.


Le député de Paris Jean-Marie Le Guen affirme également à l'AFP que "cette affaire ne ressemble en rien à DSK", et demande de "se garder de toute conclusion..." Son camarade Jean-Christophe Cambadélis en appelle aux pires ratés de la justice française : "Je me souviens encore trop de l'affaire Patrice Alègre ou, dans un autre registre, de celle de l'espionnage de Renault, où des innocents ont été accusés à tort", écrit-il sur son blog. "Toute cette histoire ne lui ressemble pas. Dominique Strauss-Kahn va bientôt pouvoir parler, se défendre", ajoute-t-il.


Le maire de Grenoble Michel Destot, très actif ces derniers temps pour préparer l'atterrissage de DSK, nous fait savoir qu'il ne réagira que dans le cours de la journée. Silence radio pour l'instant. L'entourage de Jean-Paul Huchon, le président du conseil général d'Ile-de-France, nous fait simplement savoir qu'il est "bouleversé", qu'il "pense à sa famille." Pour le reste, il attend d'en savoir plus.

Le Point.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

bridet 16/05/2011 19:12



Heureusement pour la victime ,les juges americains ne sont pas franc maçon.



island girl 16/05/2011 13:09



Ce directeur du FMI se croyait intouchable! Si les faits avaient eu lieu dans un hotel en france ,la police n'aurait certes pas osé inculper ce bonhomme....mais cela a eu lieu aux USA et cela
change tout...la langue de bois va bon train chez les socialistes comme toujours...ils prétendent qu'il s'agit d'un complot!!!  il ne faut pas confondre la réalité et le cinéma...



Francis CLAUDE 16/05/2011 12:30



comme vous le savez Gérard je suis trés loin des socialistes les lecteurs de votre blog l'auront également compris en lisant mes commentaires sur pas mal de sugets du blog.


mais je me pose franchement une question qui est, je pense, la clé de toute cette affaire


-DSK est coupable et qu'il croupisse alors ad vitam eternam dans les prisons Américaine doit etre le cadet de nos soucis, nous aurions seleument la preuve que le Monde avait a sa Téte car le
patron du FMI est dans une certaine mesure le patron du monde, et qu'un malade été a la téte de cette institution alors machiavel n'est pas mort, car combien faut il etre intelligent
pour avoir si longtemps abuser tout le monde.


-DSK n'est pas coupable ( ce que je crois) ne pouvant croire aux faits evoqués dans la premiere partie de ma réflexion, et machiavel n'est toujours pas mort, car ceului ou ceux qui auraient monté
cette caballe en est ou en sont dignes. et alors la le choix est vaste car depuis N. Sarkosy en passant par toute la classe politique son iviction arrange bien des politiciens, aux dents
trés accérés bien sur. 


mais dans tous les cas ce qui est sur c'est que DSK est politiquement mort et coupable ou pas je pense qu'il est egalement mort pour le FMI d'autant plus que le Femmes soit disant agréssées par
le sadique de service ce réveillent dans tous les coins du monde!!!


 



mikalet 16/05/2011 11:13




Sans parler de sa culpabilité...


Ses prétendus  "politiquement intimes" (les hommes en particuliers) me font plus peur que lui.


Quand on a partagé depuis sa jeunesse, une certaine promiscuité avec un copain on sait forcément de quoi il peut-être capable.


Il suffit de se poser la question de savoir "si on
lui confierait sa fille de 16 ans pour partir en vacances !"


Si Walls, Dray, Moscovici etc, de bonne foi, en
n’ont nullement conscience, comment leur confier le pouvoir de faire des choix pour nous ?


Prenons l’hypothèse ou DSK serait
coupable…


Sa position au FMI ne l’a en rien empêché de
résister à une pulsion.


Au nom de quoi, s’il avait été Président, en
aurait-il été autrement ?


Je pense donc que tous ceux qui le proposaient à
la Présidence doivent changer de métiers.