Le risque de disparition des communautés chrétiennes du Moyen-Orient est donc réel.

Publié le 24 Avril 2011

           Le cri d’alarme des chrétiens d’Orient n’a jamais été aussi fort. Les persécutions et les attentats dont ils sont victimes les poussent plus que jamais à l’exode. Le risque de disparition des communautés chrétiennes du Moyen-Orient est donc réel.

           Nous ne pouvons rester inertes ni indifférents devant une telle perspective. Nous devons agir à la fois à très court terme et pour assurer dans la durée la sécurité des chrétiens d’Orient. À l’approche des fêtes de Noël, le risque de voir les chrétiens d’Orient devenir la cible d’attaques terroristes est élevé. En s’en prenant à des symboles, le terroriste sait qu’il assure à son acte la diffusion médiatique maximale. Cela s’est tristement vérifié lors de la fête de la Toussaint qui a vu la cathédrale de Bagdad être la cible d’une attaque sanglante qui a fait 58 morts et 67 blessés, parmi lesquels de nombreux enfants.

Pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise, nous de­mandons au ministre des Af­faires étrangères d’intervenir auprès des autorités des pays du Moyen Orient concernés, pour leur demander de prendre des mesures de sécurité toutes particulières autour des lieux fréquentés par les chrétiens pendant la période de Noël, afin que ce jour de fête ne devienne pas un nou­veau jour de deuil.

Nous rappelons qu’il est dans la tradition diplomatique de la France de porter la voix des chrétiens d’Orient. La France, en raison de sa politique étrangère équilibrée, dispose d’une grande crédibilité dans cette région du monde et elle peut jouer un rôle majeur en faveur de la protection des minorités chrétiennes d’Orient. Elle peut et doit peser de toute son influence pour demander aux pays concernés d’être les garants du libre exercice du culte sur leur territoire et les protecteurs, face au sectarisme fanatique, des minorités religieuses menacées de disparition. En Irak, elle doit user vis-à-vis des autorités de la capacité d’influence que lui confère l’aide apportée à la formation des forces de sécurité.

Depuis 2007, la France a accueilli 1 300 chrétiens qui ont fui l’Irak. Cet accueil est nécessaire et il honore notre pays. Mais il est sans effet sur le processus d’épuration qui vise aujourd’hui les chrétiens d’Orient. Si rien n’est fait pour garantir sur place leur sécurité, leur exode risque de s’accélérer de manière dramatique.

Nous savons que le contexte politique et culturel de la région rend difficiles des solutions immédiates. Mais nous demandons au gouvernement, au-delà des mesures d’urgence que nous préconisons, d’agir avec détermination et fermeté auprès des instances internationales pour faire de la protection des minorités religieuses une priorité. La France doit user de son influence pour que les pays dont la législation est inspirée de la charia reconnaissent le droit de chaque personne humaine à exercer sa liberté de conscience.

Il est important, enfin, que notre pays, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, prenne l’initiative d’un projet de résolution qui aille au-delà de la déclaration un peu pâle qui a été adoptée après l’attentat de la Toussaint à Bagdad, même s’il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Il est essentiel que le Conseil de sécurité réaffirme solennellement le droit de toutes les minorités à pratiquer librement et en sécurité leur religion. Les chrétiens d’Orient ne doivent plus être forcés de choisir entre la conversion, la mort et l’exil.

Dans une région aussi sensible que le Proche et le Moyen-Orient, personne n’a intérêt à voir disparaître les mino­rités religieuses, car elles sont des éléments irremplaçables d’équilibre social et des vec­teurs de paix permanents. Œu­vrer pour le maintien de leur présence, c’est œuvrer pour la paix. Notre diplomatie doit donc s’engager résolument en fa­veur de ce combat pour la liberté de conscience. En agissant ainsi, elle œuvrera efficacement en faveur de la paix dans tout le Moyen-Orient. À l’inverse, l’absence de réaction diplomatique suffisamment forte de la part de la France serait immanquablement interprétée comme un encouragement au départ par des communautés qui sont aujour­d’hui menacées d’élimination.
    
Par :Dominique SOUCHET, Damien ABAD, Jean-Pierre ABELIN, Nicole AMELINE, Jean ARTHUIS, Jean-Pierre AUDY, Pierre-Christophe BAGUET,Gérard BAILLY, Jean BARDET, Brigitte BARÈGES, Patrick BEAUDOUIN, Christophe BÉCHU, Michel BÉCOT, Marc BERNIER, Véronique BESSE, Laurent BETEILLE, Jean-Marie BINETRUY, Jean BIZET, Etienne BLANC, Jacques BLANC, Roland BLUM, Jean-Marie BOCKEL, Claude BODIN, Chantal BOURRAGUÉ, Gilles BOURDOULEIX, Bruno BOURG-BROC, Brigitte BOUT, Loïc BOUVARD, Valérie BOYER, Françoise BRANGET, Xavier BRETON, Alain CADEC, Patrice CALMÉJANE, Bernard CARAYON, Olivier CARRÉ, Jean-Marie CAVADA, Hervé de CHARETTE, Jérôme CHARTIER, Alain CHATILLON, Gérard CHERPION, Jean-François CHOSSY, Dino CINERI, Marcel-Pierre CLÉACH, Louis COSYNS, René COUANAU, Raymond COUDERC, Charles de COURSON, Alain COUSIN, Jean-Michel COUVE, Michel DANTIN, Philippe DARNICHE, Olivier DASSAULT, Bernard DEBRÉ, Jean-Pierre DECOOL, Michèle DELAUNAY, Robert DEL PICCHIA, Richard DELL'AGNOLA, Yves DENIAUD, Bernard DEPIERRE, Sylvie DESMARESCAUX, Yves DÉTRAIGNE, Nicolas DHUICQ, Eric DIARD, Jean DIONIS DU SÉJOUR, Jacques DOMERGUE, Philippe DOMINATI, David DOUILLET, Bernadette DUPONT, Nicolas DUPONT-AIGNAN, Daniel FASQUELLE, Yannick FAVENNEC, Jean-Michel FERRAND, André FERRAND, Alain FERRY, André FLAJOLET, Jean-Claude FLORY, Marie-Louise FORT, Jean-Pierre FOURCADE, Bernard FOURNIER, Jean-Paul FOURNIER, Jean FRANCOIS-PONCET, Christophe-André FRASSA, Jean-Paul GARRAUD, Joëlle GARRIAUD-MAYLAM, Claude GATIGNOL, Jean-Claude GAUDIN, Gérard GAUDRON, Gisèle GAUTIER, Jean-Paul GAUZES, Bernard GÉRARD, André GÉRIN, Franck GILARD, Bruno GILLES, Jean-Pierre GIRAN, Joël GIRAUD, Claude GOASGUEN, François-Michel GONNOT, Didier GONZALES, Jean-Pierre GORGES, Philippe GOSSELIN, Nathalie GOULET, Jacqueline GOURAULT, Adrien GOUTEYRON, Michel GRALL, François GROSDIDIER, Anne GROMMERCH, Jacques GROSPERRIN, Françoise GROSSETÊTE, Jean-Claude GUIBAL, Michel HERBILLON, Pierre HERISSON, Antoine HERTH, Françoise HOSTALIER, Philippe HOUILLON, Sébastien HUYGHE, Jean-Jacques HYEST, Marie-Thérèse HERMANGE, Denis JACQUAT, Olivier JARDÉ, Didier JULIA, Philippe JUVIN, Alain LAMASSOURE, Jean-François LAMOUR, Marguerite LAMOUR, Elisabeth LAMURE, André LARDEUX, Laure de LA RAUDIÈRE, Jean LASSALLE, Thierry LAZARO, Antoine LEFEVRE, Marc LE FUR, Constance LE GRIP, Michel LEJEUNE, Jean-Pierre LELEUX, Pierre LEQUILLER, Gérard LONGUET,  Gérard LORGEOUX, Roland du LUART, Lionnel LUCA, Daniel MACH, Lucienne MALOVRY, Jean-François MANCEL, Philippe MARINI, Hervé MARITON, Muriel MARLAND-MILITELLO, Patrice MARTIN-LALANDE, Henriette MARTINEZ, Jean-François MAYET, Pierre MÉHAIGNERIE, Christian MÉNARD, Philippe MEUNIER, Damien MESLOT, Jean-Claude MIGNON, Hervé MORIN, Catherine MORIN-DESAILLY, Etienne MOURRUT, Alain MOYNE-BRESSAND, Renaud MUSELIER, Jacques MYARD, Jean-Marc NESME, Jean-Pierre NICOLAS, Françoise de PANAFIEU, Bertrand PANCHER, Jacqueline PANIS, Yanick PATERNOTTE, Anne-Marie PAYET, Nicolas PERRUCHOT,  Jackie PIERRE, Etienne PINTE, Henri PLAGNOL, Bérengère POLETTI, Maurice PONGA, Axel PONIATOWSKI, Josette PONS, Hugues PORTELLI, Yves POZZO DI BORGO, Jean PRORIOL, Didier QUENTIN, Michel RAISON, Eric RAOULT, Jacques REMILLER, Bruno RETAILLEAU, Charles REVET, Janine ROZIER, Arnaud ROBINET,  François ROCHEBLOINE, Robert ROCHEFORT, Tokia SAIFI, Marie-Thérèse SANCHEZ-SCHMID, Françoise de SALVADOR, Marielle de SARNEZ, Fernand SIRÉ, Jean-Pierre SOISSON, Catherine SOULLIE, Daniel SPAGNOU, Éric STRAUMANN,  Guy TEISSIER, Michel TERROT,  Dominique TIAN,  Christian VANNESTE, Isabelle VASSEUR, Patrice VERCHÈRE, Jean-Pierre VIAL, René-Paul VICTORIA, Philippe VIGIER,  Philippe de VILLIERS, Philippe VITEL,  Michel VOISIN, Marie-Jo ZIMMERMANN (liste mise à jour le 18 janvier 2011).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Nancy VERDIER 25/04/2011 12:19



"La France doit user de son influence pour que les pays dont la législation est inspirée de la charia reconnaissent le
droit de chaque personne humaine à exercer sa liberté de conscience."
Autant cracher en l'air. "Charia" et "Liberté" sont antinomiques. Ces Etats musulmans n'ont que mépris pour les minorités religieuses. Toutes ces gesticulations diplomatiques n'ont aucun sens. Ce sont des aveux de faiblesse. Le rouleau compresseur islamique est en marche. Il faut
exiger la création d'un Etat chrétien au Proche Orient. Il faut complètement remodeler le Proche-Orient en tenant compte des intérêts chrétiens, Juifs et Occidentaux (nos valeurs culturelles
occidentales). Si nous continuons comme cela, demain ( c'est aujourd'hui) c'est en Europe que s'ouvrira le champ de bataille qui conduira à notre dispersion. Mais cette fois, où irons-nous
???
(A voir sur internet, les Interviews des visiteurs du Grand Rassemblement Musulman du Bourget - // Nous, quand on fait des Assises ou des Apéros, on se fait taper sur les doigts) RAPPEL : J'ai vu
que le concert "HISTOROCK" est prévu le 29 Juin. Retenez cette date. On peut déjà prendre les réservations à la FNAC ou directement sur le site.



Alize 25/04/2011 09:14





Deux génocides :


1) Le génocide des Chrétiens dans les pays musulmans : déjà bien avancé, même en phase terminale pourcertains pays musulmans;


2) Le génocide par substitution des Européens par les musulmans. Comme dit excellente Malika Sorel "On demande aux peuples européens de
disparaître ; c'est une entreprise terrifiante !".


Et les dirigeants européens dorment toujours!


















richa83 24/04/2011 20:48



Il ny a pas que les bobos pour avoir l'attitude des 3 singes.... vous oubliez l'église - on ne peut pas dire que nos prélats se mouillent beaucoup sauf quand il s'agit d'intervenir en faveur de
l'islam !!!!



berlaine 24/04/2011 20:26



Certes.! Mais, à partir du moment où, pour plaire à OBAMAH, Sarko oeuvre pour notre appauvrissement et l'élimination de notre culture au profit du développement de l'islam, que faire .? La guerre
civile ou la "palestinisation" de la France .?


 



Loly 24/04/2011 17:20



Nos dirigeants ne regardent pas ailleurs puisqu'ils en sont les complices, par contre toute la clique des bobos bisounours appliquent la position des 3 Singes (si à l'origine c'était un signe de
sagesse, il y a également d'autres théories comme le signe d'une extrême lâcheté!). J'avoue être effrayée de voir que depuis quelques temps tout s'accélère, si l'on se réfère au projet revkin on
peut déjà rayer plusieurs points sur cette liste comme modifier notre histoire (voir mon lien précédent) les "jeunes des quartiers défavorisé" formés aux states (il semble que la racaille diallo
et la furie houdjellah en ont fait partie) en ce qui concerne notre religion certaines mairies ont déjà interdit les processions chrétiennes tout comme au moment de Noël les crêches dans les
écoles et autres...etc....etc.


Par contre, si j'ai bien lu, leur projet avait été stoppé grâce à Mai 68. Alors qu'en déduire sinon une  autre révolution? J'en ai très peur



Johanny 24/04/2011 16:42



Nous assistone à un véritable génocide perpétré presque sous nos yeux et nos dirigeants occidentaux regardent ailleurs quand les bobo-socialo-bien-pensants n'hésitent pas à nous traiter de fachos
pour crime de "sonnage d'alarme" !!!



Johanny 24/04/2011 16:39



un génocide a lieu sous nos yeux et nos zélites bobo-socialo-bien-pensantes ne bougent même pas le petit doigt !...de quoi réjouir bien des athéïstes marxistes militants
qui souhaiteraient en faire autant en france !


et ils nous traitent de "fachos"pour crime de sonnage d'alarme !!!