Le SNJ-CGT sait-il que le mur de Berlin est tombé ? par Pierre cassen

Publié le 1 Mai 2013

L'engeance communiste n'en finit pas de mourir! Ce Parti Politique a, pendant des dizaines d'années, pourri la France. Avant guerre, jusqu'en juin 1941 et après guerre en infiltrant tous les rouages sociaux économiques au nom d'une prétendue résistance qui n'était en fait qu'une guerre de conquête!  Le général De Gaulle sut y mettre fin mais ne sut pas les empêcher de nuire, in fine!

Quand va-t-on comme en Pologne, faire le procès des communistes et leur retirer cette couronnes qu'ils se sont eux-mêmes tressées!

Gérard Brazon

Pierre Cassen Par Pierre Cassen

Il est toujours surprenant de voir des camarades syndicalistes réclamer des sanctions à leur direction contre des salariés. C’est pourtant ce que vient de se permettre le SNJ-CGT de France 3, par le biais de Joy Banerjee, son représentant à la rédaction nationale. Clément Weill-Raynal avait déjà un dossier bien lourd : il se dit de droite, et, crime de lèse-corporatisme, il avait soutenu la démarche de Philippe Karsenty contre Charles Enderlin, lors de l’affaire al-Dura et la mort contestée d’un enfant palestinien. Il ne pouvait qu’aggraver son cas en dévoilant le « mur des cons » des camarades du Syndicat de la magistrature, adeptes d’une justice de classe.

L’accusation à son encontre est par ailleurs assez étrange : il lui est reproché d’avoir volé des images, ce qui serait une faute déontologique (ah bon ?) et de ne pas les avoir proposées à son employeur mais à un site Internet. Il est vrai que ledit Weill-Raynal manque de finesse. Il n’avait qu’à voler des images compromettantes dans les locaux de l’UMP ou du FN et les proposer à Plenel : il aurait alors été défendu par toute la profession ! On remarque également que les camarades n’ont pas un mot pour défendre David Pujadas et d’autres journalistes, comme Robert Ménard, qualifiés tout de même, eux aussi, de cons par d’honorables magistrats progressistes.

Il y a quelque temps, un autre obscur syndicaliste, Jean-François Téaldi, secrétaire du SNJ-CGT de France Télévisions, avait demandé, lui aussi, à sa direction, le licenciement d’un autre de ses confrères, Éric Zemmour, suite à la plainte de SOS Racisme, et à sa condamnation à 2.000 euros d’amende. « Quelqu’un qui est condamné pour racisme n’a pas sa place sur les antennes de France Télévisions », avait glapi ce vaillant défenseur de la classe ouvrière, par ailleurs militant politique au Front de gauche. On lui fera remarquer que le chroniqueur de RTL n’avait pas été condamné pour le motif invoqué, mais simplement pour incitation à la discrimination ; mais quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

En 1981, après le coup d’État du général Jaruzelski contre le syndicat Solidarność, on avait vu des journalistes en uniforme nous expliquer que le vaillant général et ses tanks avaient su déjouer un complot international orchestré par l’impérialisme et le Vatican. En France, on avait remarqué que la CGT, par son secrétaire général Henri Krasucki, paraissait préférer les militaires et le Parti unique communiste aux travailleurs des chantiers navals de Gdańsk et leur syndicat. Moi qui, à l’époque, affichais un badge« CGT avec Solidarność », dans les ateliers, ne me faisais pas que des amis au sein de la CGT.

32 ans plus tard, ces syndicalistes qui se disent journalistes et chassent en meute contre Clément Weill-Raynal, mais aussi nombre d’autres mal-pensants, me font penser irrésistiblement à ces présentateurs polonais en uniforme.

Faut-il rappeler aux Banerjee, Téaldi et autres bureaucrates syndicaux que le mur de Berlin est tombé le 16 novembre 1989 ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Clovis freeman 01/05/2013 11:32


 


L’AFFAIRE DU MUR DES CONS


 


Syndicat de la Magistrature


+


Syndicat des journalistes


+


SNL.CGT et  Conseil de Discipline FR3


 


Contre  Clément-Weill-Raynal un journaliste qui informe le pays de pratiques  délétères


Constatations :


 


Quand ils  parlent de liberté d'expression ce sont tout simplement des menteurs


 


Le SDM = LES MAGISTRATS qui se doivent d'êtres impartiaux  = c'est faux


Le SNJ  = Les JOURNALISTES  qui se doivent d'informer et de dire la vérité = c'est faux


Le  SNJ-CGT de France 3 = pousse l'abject a son comble il demande une sanction


pour un des leurs qui informe, l’essence même de son métier.


Voila trois séries de citoyens qui se doivent d'êtres impartiaux ou de relater des informations en toute indépendance et que voit on dans ces affaires:


Un panier de crabes gauchistes qui renient l'engagement de principe que représente leur fonction,


non seulement  ils salissent la partie de leur corporation qui fait correctement son travail mais de plus ils se déshonorent.


Pauvre France tu n’es même plus protégée par ceux qui par nature sont censés te servir.