Le Socialiste, le drogué, l’amende, les dealers….et quelques ratons laveurs ? Par Lucie Clavijo

Publié le 7 Avril 2013

Cet inventaire à la Prévert, est bien celui que nous concocte la gauche au pouvoir, Valls et bille en tête.

Par Lucie Clavijo de Puteaux-Libre

  Encore que le mot inventaire soit peut-être inapproprié. En effet, on peut mélanger les genres, sans craindre de se tromper. Beaucoup de fumeurs de cannabis ont plutôt le cœur à gauche (toujours l’idée que la gauche fait avancer les libertés, alors qu’elle se borne à faire le lit de tous les laxismes). Ils doivent balancer, la cervelle bien embrumée, entre Hollande et  Besancenot. Donc, il y a plus de ‘chance’ (sic) qu’un jeune drogué pense à gauche, qu’un retraité abstinent….et encore plus de possibilités que ce même retraité ne deal pas….

Car nombre de drogués sont aussi des dealers, l’un n’existant pas sans l’autre, tels l’aveugle et le paralytique. Des dealers émargent aussi au blanchiment, de même que des consommateurs : les services rendus paient toujours, ne serait-ce qu’en doses !

 

Quand aux laveurs d’argent sales…on doit en trouver quelques uns, en cherchant bien, chez les socialistes comme à l’UMP et d’autres partis. Si, depuis tant d’années, on n’est pas parvenus à éradiquer la drogue en France, c’est que les instances gouvernementales, toutes couleurs confondues, n’ont pas investi toute  l’énergie nécessaire. Cela devrait interroger le citoyen. Pourquoi n’arrive-t-on jamais à remonter aussi haut qu’il le faudrait ? Quelles sont ces lignes rouges que personne n’ose dépasser. Ici, nous modérons notre critique car le système fait, que si quelques rouages n’acceptent pas de fermer les yeux et le reste, en encaissant une prime au passage, ils risquent aussi leur vie.

L’éternelle histoire du pot de vin contre le pot de fer !

C’est donc plus un système et une éducation qui sont à revoir, plutôt que de focaliser sur quelques individus intermédiaires.

 

En effet, comment un petit état comme Singapour réussit-il à tenir la dragée haute aux trafics de drogue ? Peine de mort. Simple, pas de bon goût, mais il fallait y penser. Cela refroidit les enthousiasmes cannabicéens. Le citoyen lambda qui veut chatouiller le joint, le fait vraiment à ses risques et périls. Rien ne l’oblige à la fumette, il y a bien d’autres plaisirs intellectuels ou charnels en ce monde.

D’autres pays possèdent  des législations extrêmement sévères : Chine, Iran, Indonésie…

Nous ne souhaitons pas revenir à la peine de mort, car une société évoluée ne doit plus utiliser cette justice régressive pour affirmer le droit et la protection du citoyen. Mais nous devrions chercher des alternatives nettement moins laxistes que celles proposées par la Gauche ! Il doit bien y avoir des solutions fortes et équilibrées,  sans passer ni par la peine de mort, ni par la légalisation.

 

Mais le problème est là, chevillée au corps de nos nations. La drogue est l’ennemie de nos sociétés, comme l’abus d’alcool et de tabac chimiquement endaubé. Qui dira combien coûtent réellement à la Sécurité Sociale, donc à la société toute entière, ces trois poisons réunis ?

Mais restons mesurés : un verre de vin rouge de bonne qualité ou une cigarette de tabac non industriel ne causent pas de dégâts. Et peut-être qu’un joint réellement occasionnel non plus.

 

Le problème c’est que l’on cherche à entretenir une confusion totalement déplacée, en faisant entendre régulièrement des témoignages de personnes toujours très « peace and love, hey bro’ qu’est-ce je suis bien dans mes baskets, cool mec… chuis pote avec tout le monde, vachement à l’aise au boulot, no stress … » nous en passons et pas des meilleures ! Il est certain qu’un consommateur régulier de cannabis, bien addict à ses pétards quotidiens, et au cerveau mouliné par les prédicats de gauche en matière de pseudos libertés, ne risque pas de dire que le cannabis est une mauvais chose.

 

Cette gauche abrutie par ses idéologies dont le but semble être de réduire le reste de l’humanité à son propre niveau d’abrutissement, veut donc libéraliser les salles de shoot, et promouvoir l’amende comme outil répressif. Cela relève d’un comique de répétition qui ne fait rire personne.

En fait on légalise, sans légaliser, mais en piquant du fric au passage (dont combien se perdra « au passage …. »). Il n’y a pas de petits bénéfices pour les petits cerveaux.

 

C’est à croire que le Ministre de l’Intérieur n’a jamais traversé un ‘quartier’ à pieds, et qu’il n’a jamais vu les ‘guetteurs’ à chaque coin de rue, prêts à informer les caïds de toute intrusion policière. Leur coller des amendes….’Peuchère’ , comme on dit à Marseille, encore une sardine qui va boucher le Vieux Port !’.

Le Ministre n’a jamais entendu parler de ces dealers qui se débarrassent de leur marchandise dans la première bouche d’égout venue, ou dans les compteurs d’eau, ou dans la poussette d’une maman compréhensive.

 

Cette gauche qui s’est gargarisé jusqu’à l’étouffement du « CHANGEMENT, c’est MAINTENANT », nous confirme chaque jour son incapacité absolue à gérer le pays, protéger la Nation, et encore moins prévoir l’avenir de ses enfants. Aucun projet, aucune avancée. Juste des amendes et des taxes à la pelle, disons plutôt à la pelleteuse !

En voulant amender le quidam, le projet ne fait que rentrer dans le jeu financier de la drogue. Même si c’est sous couvert légal.

Ce n’est pas ainsi qu’on s’en sortira.

Ah, pardon, la gauche a des projets : on va marier les homosexuels, ça c’est important pour les 5 millions de chômeurs, et tous ceux qui vont les rejoindre. Peut-être qu’ils comptent créer des emplois dans le secteur matrimonial ?  Couseuses de jarretières, tartineurs de petits fours ?

 

 On va ouvrir toujours plus les vannes à la consommation de cannabis, en voulant ignorer toutes les études scientifiques qui montrent les effets délétères de ce produit sur le cerveau et le  développement des adolescents. A quoi sert le Ministère de la Santé Publique sur le problème de la drogue ? S’il n’est pas capable de mettre en avant les études qui confirment la NEURO-TOXICITE du CANNABIS ? Si tous les ministres passés, présents et à venir ne sont pas capables de dire haut et fort : NON A LA DROGUE !

Il y a des silences plus coupables que d’autres !

En croquerait-on ??? Là aussi ????

 

Soyons sans illusions, chez nos ‘chers’ bobos de gauche, le cannabis fait déjà quasiment partie du goûter des petits. Dans les milieux artistiques, globalement proches de la gauche eux aussi, il est de bon ton de fumer la moquette, ce que nous confirme la plupart des émissions où nous voyons toujours les mêmes têtes ressasser les mêmes âneries sur, ou plutôt contre la France et les français.

Rien que cela serait déjà suffisant pour confirmer le désastre causé par le cannabis sur les cerveaux de  certains ‘zartistes’.

Ce n’est pas dans ces brillants milieux que nous devons chercher des esprits libres, soucieux de l’avenir réel qui attend leurs enfants.

 

La réponse à la question de savoir pourquoi ‘ON’ laisse la drogue faire de tels ravages dans la population jeune est  sans doute cruelle. Peut-être que certains, ont réellement intérêt, à tous les niveaux, à laisser la société se faire gangrener par la drogue.

D’abord ça rapporte. Gros. Très gros. Et ça fait tourner les paradis fiscaux à plein régime.

 

Ensuite, des générations de cerveaux lessivés au cannabis ne feront pas beaucoup de révolutions et ne descendront pas souvent dans la rue. Il suffit  de voir combien de jeunes s’abstiennent de voter, beaucoup plus préoccupés par la prochaine ‘teuf’ et leur console de jeux…

Le cannabis déresponsabilise, ne donne pas de projet. L’avenir se limite généralement au prochain week-end et aux joints qu’on y fumera. Ceux qui tiennent les ficelles des pouvoirs ont-ils vraiment intérêt à ce que des générations de jeunes se réveillent, se dressent, et réclament une vraie et bonne gouvernance ????  Et ne s’agitent pas seulement dans des indignations passagères…

Pendant que les jeunes fument, les parents trinquent et les politiques encaissent.

Posons au moins la question !

 

Alors, quand un socialiste ne trouve rien d’autre que de pitoyables amendes, pour essayer d’agir sur le problème de la drogue, et d’en profiter fiscalement (puisqu’il ne s’agit même plus de le  résoudre), on peut dire qu’il est juste temps pour les citoyens de se réveiller. Mais aussi de reprendre ce pouvoir qui leur appartient et qu’on leur confisque chaque jour davantage, au profit de tout ceux qui détruisent la Nation, son peuple et ses enfants.

 

Une dernière, pour la route : il y a quelques jours, un député PS, a demandé que l’on crée des « comités de vigilance » contre l’extrême droite. Le jour où le PS arrêtera d’agiter le pseudo-épouvantail de l’extrême droite, pour s’occuper des vrais problèmes de la France, dont celui du trafic de drogue, on les prendra peut-être au sérieux.

En attendant, ces « comités de vigilance » nous rappellent surtout les « comités du peuple » maoïstes, staliniens et maintenant islamistes (voir en Lybie et ailleurs). Tous de sinistre mémoire !

Ces pauvres socialistes sont vraiment incorrigibles. Plus facile et courageux pour un socialiste de s’en prendre aux simples français,  qu’aux vrais durs et méchants.

Espérons qu’une âme charitable lui offrira « France Orange Mécanique », histoire de lui aérer le cerveau.

 

A bon électeur, salut !

 

                                                                  Lucie Clavijo

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Lucie Clavijo

Commenter cet article

Walker 07/04/2013 15:53


Très juste !
Je suis ancien fumeur (et de cannabis) et j' approuve à 100 % ce que dit Lucie Clavejo.
J' ai vécu toute ma vie à Marseille et je confirme qu' une grosse partie de l' argent de la drogue alimente les partis politiques quand ce n' est pas les poches des politiques eux-mêmes.
Les fumeurs de cannabis (85 % des jeunes fumeurs et au moins 50 % des parents) ne voient pas les "choses" d' une manière aussi dramatique... qu' avec les yeux ouverts.

Alors oui avoir les yeux mi-clos arrangent forcément les gouvernements... et l' islam vendeur principal de ces substances toxiques !