Le soldat français doit-il désobéir ?

Publié le 9 Septembre 2013

À l’heure d’une possible intervention occidentale en Syrie et au regard de l’incroyable suivisme de François Hollande à l’égard des États-Unis, une question se pose : le soldat français a-t-il le devoir, aujourd’hui, de désobéir ?

 Source Le Bréviaire des patriotes

Considérant qu’une intervention en Syrie n’est en rien dans les intérêts de la France – au contraire, les rebelles islamistes sont une bien plus grande menace – et que la France est, depuis plus d’une décennie, utilisée comme un vassal otanien des États-Unis, comment doit réagir le soldat français ?

Désobéir ? Certains estimeront qu’un soldat doit respecter son engagement et que cet état d’esprit nous conduirait tout droit à l’anarchie militaire. Ils rappelleront également le comportement, ô combien préjudiciable, des militants communistes durant la guerre d’Indochine, ou encore celui des soldats français musulmans pendant la guerre en Afghanistan.

Obéir ? D’aucuns verront cela comme une soumission aux intérêts oligarchiques des élites qui nous gouvernent, elles-mêmes soumises aux intérêts étrangers et/ou privés, et souligneront qu’il n’est pas du devoir d’un soldat français de « se battre pour le roi de Prusse ».

L’humoriste Dieudonné a déjà ouvert la voie du débat en appelant les soldats français à ne pas aller en Syrie. D’autre part, des militaires américains ont déjà exprimé, anonymement, leur opposition à une intervention en Syrie en publiant une série de photographies sur lesquelles ils affichaient une pancarte où on pouvait lire : « Je ne me suis pas engagé dans l’armée américaine pour combattre aux côtés d’Al Qaïda en Syrie. »Mais la question s’avère bien plus complexe et se pose comme un véritable cas de conscience. À l’aube de la guerre en Syrie, celle-ci est on ne peut plus d’actualité (voir tous nos articles sur la situation en Syrie). Alors parlons-en.

 

Le soldat français doit-il, en toute occasion, mettre sa conscience de côté et suivre les ordres du chef de l’État et de l’état-major ?

Ou bien doit-il sortir de sa réserve et s’opposer à ce qu’il considère comme une décision qui va à l’encontre des intérêts du pays pour lequel il s’est engagé ?

 

Le débat peut se dérouler dans les commentaires ci-dessous. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Polux 10/09/2013 23:18


Il y aura peut-être plus de volontaires pour la Syrie que pour l'Afghanistan...qui sait !!!

marco 09/09/2013 17:50


Comme le dit si bien Mika,le soldat français est sous contrat avec la France,il doit aller là ou on l'envoi il est payer pour faire la guerre,mais,cela n'empèche pas le devoir de conscience,et je
suis certain qu'ils ne partagent pas cette idéologie de gendarme du gouvernement vat-en-guerre.Mais la discipline étant la force principale des armées,nos soldats iront là ou on les envois point
final.

Epicure 09/09/2013 17:19


TOUT le monde exige rérospectivement que tout soldatr Allermand digne  fût déserteur et objecteur....Pourquoi le refuser aujourd'hui à quiconque?


Je pôse la question.....


D'ailleirs, les meilleurs Allemands TAHIRENT Hitler HEUREUSEMENT POUR NOS SERVOICE SECRETS ET NOS ARMEES.....

mika 09/09/2013 16:35


Hélas, je doute que sur le principe ils aient droit au
chapitre. Nos soldats ne sont plus des conscrits. Ce sont des volontaires ayant
passé contrat avec une armée de métier.