Le Vigilométre.Etes-vous politiquement correct? Sinon gare...

Publié le 2 Novembre 2010

               Voilà un texte qui devrait plaire à la majorité de mes lecteurs. Les autres, ceux qui me vomissent vont encore s'étrangler. Ces petits centristes ou non d'ailleurs, précieuses ridicules de la politique amoureux du politiquement correct, révolutionnaires des salons d'honneurs à l'occasion, ne vont pas apprécier car ce texte, c'est eux, c'est aussi cette gauche qui a oublié ses valeurs comme la laïcité.

               Ils vont encore se plaindre à qui de droit ! Me reprocher de donner la parole à un auteur sulfureux, demander à ce que je sois écarter puisque l'on ne peut pas (pas encore) me désencarter de ma carte UMP. (sourire) Mais qu'importe ces grincheux, ces petits collabos de la pensée correcte, ces petits lécheurs de souliers de ces dames et ces messieurs.  C'était ma minute de grogne!

Gérard Brazon

 

  Vigilometre.jpg

  

            Qu’est-ce que le Système ? La défense par le politiquement correct des intérêts de la superclasse mondiale (libre-échangisme commercial et abolition des frontières) à travers la tyrannie médiatique. Comment le combattre et le contourner ?

                                      Par les blogs, les forums, les réseaux sociaux.

   

 

                  Etat des lieux par Jean-Yves Le Gallou dans sa communication de clôture de la Troisième Journée d’étude de la réinformation de Polémia. Avec énumération des premières victoires.

Comment s’impose le politiquement correct ?

Le politiquement correct (comme l’économiquement correct, l’historiquement correct, l’artistiquement correct, le religieusement correct, d’ailleurs) s’impose par le silence, la diabolisation, le mensonge, la novlangue et les faux clivages.

Le silence : On ne parle pas de ce qui ne convient pas à l’idéologie dominante. Georges Marchais, secrétaire général du PCF, avait dû répondre, en 1978, à la question suivante : « Si vous êtes au pouvoir, Soljenitsyne pourra-t-il publier ses œuvres ? », la réponse avait fusé : « Oui, s’il trouve un éditeur ! » Vingt-cinq ans plus tard, en 2005, le prix Nobel d’économie Maurice Allais se vit refuser une tribune libre critiquant la constitution européenne par Le Figaro, Libération et Le Monde. Seul l’Humanité accepta finalement son texte, conduisant Maurice Allais à déclarer : « Je ne pensais pas qu’on en était déjà arrivé là en France. »

La diabolisation : Quand le silence n’est plus possible, le Système recourt à la diabolisation de celui qui franchit les bornes du politiquement correct. La méthode est toujours la même : sortir une phrase de son contexte, procéder à des amalgames et accuser de « racisme», de « fascisme » ou d’une quelconque « phobie » l’auteur ou l’institution coupable. En 1966, le député conservateur de Birmingham, l’helléniste et oxfordien Enoch Powell, fut marginalisé et diabolisé pour avoir discerné avant tous les autres le danger de l’immigration. En 1979, la « Nouvelle Droite » fut à son tour attaquée parce qu‘elle développait une pensée aux antipodes de l’idéologie dominante en voie de constitution (mondialisme et droitdel’hommisme). En 1983, le Front National entra dans la spirale de la diabolisation parce qu’à Dreux et à Paris Jean-Pierre Stirbois et Jean-Marie Le Pen posèrent devant les électeurs le problème de l’immigration. Plus tard, des déclarations « controversées » de Jean-Marie Le Pen et surtout le montage de Carpentras renforcèrent encore cette diabolisation. Très récemment c’est le pape Benoît XVI et l’Eglise qui entrèrent dans la tourmente parce qu’ils se rapprochaient de la tradition et s’éloignaient des dérives de Vatican II.

Le mensonge: Le mensonge est devenu un classique de la manipulation médiatique ; pour justifier des guerres (« les armes de destruction massive ») ou nier des réalités : ainsi les autorités parisiennes ont longtemps nié que des musulmans en prière occupaient la rue Myrha à Paris chaque vendredi. Comme l’a montré Polémia avec la cérémonie des « Bobards d’Or », le mensonge journalistique – délibéré et volontaire – est désormais une des armes de défense du Système. Mais les images circulant sur Internet permettent souvent de rétablir la vérité. D’où les tentatives de diabolisation d’Internet.

La Novlangue regroupe cinq types de mots :

  • - les mots trompeurs, qui ont changé de sens et qui signifient souvent le contraire de ce qu’ils exprimaient auparavant ;
  • - les mots subliminaux, qui sont utilisés pour produire certains effets de répulsion ou d’approbation chez le récepteur ;
  • - les mots marqueurs, qui expriment l’idéologie dominante et traduisent le fait que celui qui les emploie fait partie de la classe dominante ;
  • - les mots tabous, qui correspondent à des concepts que l’idéologie dominante s’efforce de supprimer ;
  • - les mots sidérants, qui visent à disqualifier les adversaires du Système. Le Dictionnaire de Novlangue » (mise à jour janvier 2009) (pdf)

Les faux clivages : Ils répondent à une double nécessité : créer dans l’opinion des divisions artificielles ; soumettre à l’intérieur de chacun des « camps » ainsi créés l’opinion collective aux tenants du politiquement correct. C’est ainsi que la droite d’argent asservit la droite des valeurs. Pendant que la gauche internationaliste (mondialiste) domestique la gauche populaire. Ce qui rend possible la sainte alliance de la CGT et du MEDEF pour obtenir la régularisation de travailleurs clandestins.

Sept succès récents face au politiquement correct

1/ Echec au silence ! L’affaire du bus
Au printemps 2009, un étudiant de souche européenne a été agressé, comme Français, comme Blanc dans un bus parisien. Et les coups reçus ont été assortis d’injures racistes. Nul n’aurait dû le savoir. Mais la vidéo de l’agression a été relayée par YouTube, puis RuTube (merci la liberté russe !) ; puis elle fut portée à la connaissance d’un large public grâce au site François-Desouche. Au final, les grands médias ont dû sortir de leur silence.

2/ Echec aux faux clivages ! Le débat sur l’identité
Automne 2009, le gouvernement lance un débat sur l’identité nationale, en espérant créer un faux clivage droite/gauche tout en promouvant une conception désincarnée de la nation. Mais les internautes et l’opinion s’emparent du débat. Il y reposent la question de l’immigration et font valoir une conception charnelle de la nation prenant en compte les origines ethniques, culturelles, religieuses et civilisationnelles.

3/ Retour aux vrais clivages ! L’apéro saucisson-pinard
Printemps 2010, loin des loisirs cadrés et organisés par les institutions officielles, des groupes Facebook organisent des apéros saucisson-pinard. Des communautés de fait – de même âge, de même ethnie et de même culture – se retrouvent autour de traditions culinaires et d’habitudes alimentaires. Plus politique : deux groupes d’origine idéologique opposée (Riposte Laïque, venant de la gauche, et les Identitaires) organisent une manifestation festive contre l’islamisation de la Goutte d’Or. Une belle passerelle par delà les divisions artificielles. Et la preuve que des communautés virtuelles peuvent devenir des communautés d’action.

4/ Réinformation par l’action ! La libération de René Galinier
Eté 2010, un septuagénaire, René Galinier, tire sur des cambrioleuses qui l’avaient surpris durant sa sieste. Sans considération pour la légitime défense, la justice l’a mis en examen et placé en détention préventive. L’émoi local a été porté à la connaissance nationale par la réinfosphère qui a fait circuler l’information sur l’ensemble de la Toile. De plus, les Identitaires ont organisé une quarantaine de manifestations et d’opérations symboliques. Cette véritable réinformation par l’action a débouché sur la libération de René Galinier. Une victoire concrète !

5/ Victoire sur le mensonge et la diabolisation ! Le scandale Pujadas
Printemps 2010, avec son émission « Les Infiltrés » David Pujadas a lancé une opération de diabolisation contre les catholiques de tradition et les écoles libres hors contrats. Mais les méthodes de provocation de Pujadas ont pu être dénoncées par avance par une efficace opération de « Riposte catholique ». Coïncidence : David Pujadas recueillait au même moment le Bobard d’Or 2010 pour avoir, sur le 20 heures de France 2, présenté – avec solennité et mise en garde –, pour illustrer un « sujet » sur la répression en Iran, des images prises au… Honduras. La lutte contre la diabolisation passe par la démonétisation du diabolisateur.

6/ Echec à l’artistiquement correct ! La mise en cause du Financial Art
L’art contemporain – dont l’origine remonte aux années… 1900 – a longtemps été intouchable. Mais les expositions Koons et Murukami à Versailles ont suscité un puissant mouvement de contestation qui a tourné en dérision les « œuvres » et dénoncé les arrière-plans financiers des opérations. La dissidence de la pensée a été secondée par la dissidence de l’action et le Financial Art a été mis en cause

7/ Démocratie numérique et démocratie directe : le vote suisse sur les minarets
Interdire les minarets des mosquées en Suisse : la cause paraissait ingagnable. L’ensemble des forces médiatiques, syndicales, patronales et politiques (sauf l’UDC) y étaient hostiles. Et pourtant une large majorité du peuple suisse se prononça pour l’interdiction. La démocratie directe avait reçu l’appui de la démocratie numérique.

Les différentes formes du populisme français

Partout en Europe les partis populistes progressent : ils sont présents dans toutes les assemblées (locales, régionales et nationales) et pèsent sur les gouvernements en Italie, en Autriche, en Suisse, au Danemark, aux Pays-Bas, en Flandre. La situation est moins brillante en France où le Front National a été affaibli par des divisions successives et les réformes, non moins successives, des modes de scrutin.

Il est toutefois permis de distinguer en France trois formes de populisme qui se juxtaposent :

  • - un populisme médiatique incarné par la famille Le Pen ;
  • - un populisme numérique très présent sur la réinfosphère, à droite mais aussi à gauche ;
  • - un populisme localiste et de terrain dont les Identitaires sont le fer de lance.

Sans forcément l’assumer complètement ces différentes forces devraient appliquer le principe de Mao-Tsé-Toung : « Marcher séparément, frapper ensemble. »

Jean-Yves Le Gallou
Polémia
16/10/2010   

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis NERI 02/11/2010 18:49



"Marcher séparément, frapper ensemble" C'est bon pour RR !