"Les années Sarkozy" Par Yves-Marie Laulan

Publié le 20 Juin 2012

Un livre de Monsieur Yves-Marie Laulan qui décape.

Pour le cas où cela vous intéresserait , je suis heureux de vous annoncer la sortie prochaine de mon nouveau livre, "Les années Sarkozy" On dit que l'ancien président  s'ennuie. J'espère le distraire par cette lecture  
Y-M Laulan

Introduction: Une période charnière pour la France. 

Le parti socialiste a repris  les rênes du pouvoir en France. Ce n’est pas un évènement mineur. Il est clair que la responsabilité en incombe principalement, en dehors des circonstances contraires, à Nicolas Sarkozy qui a occupé le Palais de l’Elysée pendant 5 années » Il ne s’agit pas de s’engager, dès maintenant, dans un travail d’historiographe du temps présent. C’est bien trop tôt. La poussière n’est pas encore retombée sur le champ de manoeuvre.

Ce modeste essai vise plutôt à rassembler – par grands thèmes – autour d’un fil conducteur, le mandat à peine achevé de Nicolas Sarkozy, un certain nombre de réflexions sur la France et sur le monde qui ont été égrenées au fil des jours de cette période cruciale pour notre pays.

Période cruciale car rien ne prouve, après tout, que la France n’a pas déjà franchi, sans le savoir, le point de non-retour vers une société « normale », entendant par là une société où tous les Français, venus de divers horizons, se sentiraient chez eux, heureux d’y vivre et de se sentir Français avant tout.

Le thème sous-jacent de ces réflexions est évidemment l’immigration, le phénomène majeur de notre temps, dont la plupart des Français, enfouis dans la tiédeur d’un quotidien trop confortable, n’ont pas encore pris vraiment conscience

Le jugement que l’on est en droit de porter sur le mandat de Nicolas Sarkozy ne peut être que globalement négatif, comme l’aurait dit en d’autres temps Valéry Giscard d’Estaing, autre président sortant malheureux.

Car que d’occasions perdues, que de possibilités inexploitées !

En 2007, Nicolas Sarkozy avait toutes les cartes en main avec un gouvernement à sa botte, une large majorité au Sénat et à l’Assemblée nationale, une opinion publique majoritairement favorable et une économie en bon ordre : cinq ans après, tout cela était devenu un champ de ruines. Bien sûr, la crise était passée par là. Mais, surtout, la France a clairement été victime d’une « mauvaise gouvernance » selon l’expression à la mode.

Nicolas Sarkozy, au tempérament  impulsif et léger, aura été victime, avant tout, de lui-même. Il n’aura pas réussi à se faire aimer des Français. Bien plus, il aura suscité chez beaucoup de nos compatriotes une réelle animosité, une sourde rancœur, qui auront pesé lourd dans la balance.

Mais était-il vraiment fait pour être président de la République ? N’est-on pas tout simplement en présence d’une simple, monstrueuse et incroyable « erreur de casting », délibérément commise par l’intéressé lui-même ?

C’est ce que nous semble dire l’analyse de ces années Sarkozy, ces années perdues pour la France.

 

Table des matières 

Chapitre 1 – Économie mondiale, un monde voué à l’appauvrissement  9

Mondialisation, délocalisation et territorialité des emplois   11

Une nouvelle économie de proximité, réplique à une mondialisation dans l’impasse 15

Revisiter le sous-développement, refonder une doctrine du développement      28

Pour comprendre la crise financière 41

L’Amérique en panne, l’Europe en crise   52

 

Chapitre 2 – Crise et endettement, les deux mamelles de la France (et de l’Europe)   57

Un sommet en trompe-l’œil de plus 59

Comment régler la crise grecque ? Quelques voies de sortie  65

La crise de l’euro va-t-elle casser l’Europe ?      71

L’Euroland, une zone hautement fragile    79

Une révolution copernicienne à mettre en œuvre         84

Après la perte du AAA de la France         99

Ça y est : on laisse l’euro et on retourne au franc. Que va-t-il se passer ?         104

 

Chapitre 3 – Fécondité, natalité, immigration : trois mauvaises fées penchées sur le berceau de la France    107

La France face au vieillissement mondial  109

Hommes et territoires   130

Allocations familiales et changement de société  136

Inverser les flux migratoires ?          141

Mayotte département français : un cadeau empoisonné pour la République     156

La vérité sur la fécondité en France en 2010       160

Des statistiques torturées       163

La France dans 30 ans  166

Après les « émeutes », le déluge ?    173

 

Chapitre 4 – Une société désespérément inadaptée      à son temps        181

Réflexions sur le désastre japonais  183

L’Europe trahie par ses « élites » (ou « comment en est-on arrivé là ? »)         186

La réforme de l’Université : comment tenir une gageure       202

Retraites : remettre les seniors au travail  206

France, tes libertés sont en danger   214

La France, malade de sa justice        216

Faut-il supprimer le Conseil constitutionnel ?    231

 

Chapitre 5 – Une politique de défense aventureuse et sans moyens         269

Les ressources naturelles devenues rares vont-elles conduire à la guerre ?        271

Afghanistan, Libye, OTAN et la sécurité de la France 295

Juste guerre et le métier de soldat    305

Sur la mort de quatre de nos soldats en Afghanistan   308

Le temps des grands dangers est-il de retour ?   311

 

Chapitre 6 – Nicolas Sarkozy a-t-il perdu la main ?    319

De la révolution de jasmin à la couronne d’épines ?    330

Guerre en Libye : motifs ambigus, conséquences imprévisibles      332

La mort de Kadhafi : retour à la Barbarie ?        336

Lettre ouverte à Alain Juppé sur la Syrie  339

 

Chapitre 7 – Une politique incohérente sans projet d’ensemble ni vision de long terme      343

Les trois dérives de notre président bienaimé     345

DSK président ?  348

Christine et le FMI        351

Nicolas Sarkozy peut-il être réélu en 2012 ?      352

En fin de mandat : un bilan largement négatif    356

 

Épilogue     361

Entre la peste et le choléra      363

Le ouistiti et l’hippopotame   368

Conclusion : Nicolas le mal-aimé     372

  

Yves-Marie Laulan a été économiste au FMI puis à la Banque mondiale. Après un passage au cabinet de Michel Debré (Finances puis Affaires Etrangères), il  été secrétaire national du RPR, président du Comité économique de l’OTAN , banquier , enfin  professeur à Sciences Po, l’ENA et à Paris II. Il a publié de nombreux essais. Il est aujourd’hui chroniqueur à Radio Courtoisie et préside l’Institut de Géopolitique des Populations.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 20/06/2012 16:02


Sarkozy 1er " UNE ENFLURE DE PREMIERE " qui avait honte de ses origines ,qui ne savait pas ou ne voulait pas savoir qui il etait d'ou il etait et qu' est ce qu'il etait .Par
contre un honteux et minable menteur ayant les doigts et le mental qui puent ,possedant une sacrée connaissance pour vaseliner un peuple entier ; bien sur son remplacant est du meme accabit sinon
pire  .........pour tout dire des gouapes tous autant qu'ils sont ........