Les aristos de la CGT. Des syndiqués pris pour des imbéciles...

Publié le 30 Octobre 2014

La République Française a pondu sa nouvelle aristocratie.

Personnel politique et judiciaire, des syndicalistes, des serviteurs de l'état et autres grands chefs d'entreprises publiques. La France aura donc fait plusieurs révolutions pour aboutir à ce résultat: une floppée de français hors sols, hors la loi, hors le sens du commun et celui de l'intérêt général. 

Le pire est d'entendre cette militante de la CGT à la télévision française trouver normal que le brave homme puisse se loger,  en ajoutant qu'il est "tout de même" Secrétaire général de la CGT.  

Aurait-elle oublié que la CGT c'est la Confédération Générale des Travailleurs et que son but n'est pas de loger ses élites mais bien de défendre les travailleurs jetés à la rue de nos jours.

Aurait-elle oublié cette dinde que ce syndicat est très riche, posséde des chateaux qu'elle loue à des Comités d'entreprises issus d'entreprises publiques comme la RATP, à charge pour eux de les entretenir ? 

Plus idiote que cette militante, je ne sais pas si nous trouverons. Quoi que ? A la CGT, ce genre de personnages ne manquent pas. Il suffit de les entendre faire la chasse aux patriotes dans leurs rangs. Mais j'ai espoir que les militants de la base, qui n'ont pas grand chose à voir avec ces élites, réagissent enfin.

Gérard Brazon (Ancien permanent syndicale)

La CGT a-t-elle payé la rénovation de l’appartement de Thierry Lepaon? - YouTube thumbnail

Par Gabriel Robin pour Bd Voltaire

Vous avez probablement entendu parler de Jimmy Hoffa, mythique syndicaliste des conducteurs routiers américains. La vie romanesque, de ce charismatique col bleu, a été incarnée au cinéma par Jack Nicholson ; et il fut même envisagé, un temps, qu’il puisse devenir président des États-Unis. Ses liens supposés avec la mafia et sa mort tragique lui ont conféré une aura sombre, propice aux rêveries et aux mystères. Une chose est cependant sûre, il est passé à la postérité.

Thierry Lepaon est lui aussi syndicaliste et soupçonné de comportements suspects. Aucune chance cependant qu’Hollywood ne s’intéresse à son cas, tout juste peut-il espérer un entrefilet plus étoffé dans un prochain numéro du Canard Enchainé. En effet, le célèbre journal satyrique, a révélé des informations très embarrassantes pour la CGT et son secrétaire général.

Le syndicaliste aurait commandé des travaux d’aménagement pour son appartement de fonction, facturés à la CGT, à hauteur de 130.000 euros. Le devis initial était de 150.000 euros, mais Thierry Lepaon a jugé bon de renoncer à l’installation d’un home cinéma et d’une cave à vins. Il n’aurait pas dû, c’est le minimum vital pour tout grand syndicaliste qui se respecte ! Comment recevoir Pierre Gattaz ou Emmanuel Macron dans ces conditions sommaires ? Marc Blondel, défunt secrétaire général de Force Ouvrière, était lui aussi un amateur de grands crus et de cigares cubains. Nous connaissons tous, au moins un homme de gauche vivant grand train, épicurien et "bling bling". Problème, ce sont généralement ceux, qui parmi eux, donnent les plus ferventes leçons de morale. Thierry Le Paon rejoint une liste déjà bien fournie, il n’est pas le premier et ne sera pas le dernier.

Question, comment une telle information a-t-elle pu atterrir sur le bureau d’un journaliste du Canard Enchainé ? Il semblerait que le nouveau secrétaire général ne fasse pas l’unanimité à la CGT et que ses opposants, souvent fidèles de Bernard Thibault, aient cherché à lui nuire. Est-ce à dire, au fond, que ce n’est pas l’acte en lui-même qui a choqué mais bien plutôt la personnalité de Thierry Lepaon ? C’est probable, car de telles dépenses, aux frais des syndiqués, sont monnaie courante. La plupart des grands syndicats disposent de moyens impressionnants, châteaux et fêtes somptueuses sont traditionnelles.

Les syndicats sont des corps intermédiaires essentiels au dialogue social, mais ils sont trop peu représentatifs des Français, et surtout, sont vermoulus par la corruption et l’appât du gain de petits chefs envieux de monter en grade. Le cas Lepaon est symbolique des dérives des dernières années, elles ne passent plus en période de crise.

Eric Lafont, trésorier de la CGT, a lancé une enquête interne. Espérons qu’elle soit efficace, car il en va de la crédibilité des organisations syndicales. Si rien n’est fait, celles-ci ne seront plus que des vestiges moribonds, à l’instar des partis politiques de l’alternance factice.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Michel christian 03/11/2014 01:11


Deux problemes graves de la france. La loi 1901 et les syndicats qui malheureusement dans leurs effets perverts sont de veritables poisons c est a mon sens les deux reformes a faire en tres
grande urgence