Les Assyro-Chadéens d'Irak - par Joseph Alichoran

Publié le 12 Avril 2011

SITUATION PRESENTE DES

ASSYRO-CHALDEENS D’IRAK

Par Joseph ALICHORAN

Communication  à la conférence : « Quel avenir pour les chrétiens d’Orient ? »

organisée par l’Association des élèves de Sciences Po pour le Monde Arabe

 Institut d’Etudes Politiques de Paris, Amphithéâtre Émile Boutmy, 27, rue Saint-Guillaume - 75007 Paris, Jeudi 25 février 2010 de 19 heures à 22 heures.

 

Redécouverte lors de la première crise du Golfe (de 1990), la communauté assyro-chaldéenne  et chrétienne d’Irak n’en demeure pas moins méconnue, ce qui ajoute à son isolement. Estimée aujourd’hui à près de 450.000 individus seulement contre 1,2 million il y a encore quelques années, l’Irak se vide de ses chrétiens. Depuis la chute du régime irakien, en 2003, et depuis août 2004 pour être plus précis, nous assistons à un exode massif des Assyro-chaldéens et des chrétiens. Tout l’Irak, à l’exception de la région autonome kurde, est touché par ce mouvement qui semble de plus en plus irréversible. Cette chrétienté mésopotamienne apostolique, de langue et de culture araméo-syriaque, a survécue il est vrai à toutes les épreuves de l’Histoire, durant ces deux millénaires, caractérisés par les persécutions, exodes et massacres sanglants. Nous pensons plus particulièrement aux massacres des 4ème et 14ème siècles, sous les empires perse et mongol, ou comme ceux plus ‘‘récents’’ sous l’Empire ottoman, de 1843-47 et 1915-18, en Anatolie orientale et en Perse, qui a faillit faire disparaître cette Eglise-Nation, sans oublier le massacre de Semmel (Irak du Nord),  ‘‘ l’Oradour-Sur-Glane’’ des chrétiens mésopotamiens, le vendredi 11 août 1933, sous la monarchie hachémite irakienne. Réduite par les lourdes épreuves de l’Histoire à n’être plus que l’ombre d’elle-même, cette chrétienté peut-elle sombrer en ce début de 21ème siècle sous les coups de malfrats, de gangs mafieux et/ou islamistes radicaux, sur fond de guerre civile, de luttes pour le pouvoir entre Chiites, Sunnites et Kurdes,  et de chaos irakiens ? La question se pose réellement  aujourd’hui !

M. Joseph ALICHORAN est historien, journaliste, écrivain, chargé de cours à l’institut des Langues Orientales. Il est un des responsables de la communauté assyro-chaldéenne de France. Fin connaisseur des problèmes du Moyen Orient, il a œuvré avec Monseigneur STENGER, évêque de Troyes.

Depuis août 2004, la persécution antichrétienne fait rage en Irak. Malgré les nombreuses dénonciations publiques de la dramatique situation, elle ne s’améliore pas. Des actions de soutien sont organisées mais les exactions se poursuivent. Assassinats, rapts, destructions d’églises, menaces et intimidations, les villes de Mossoul et Bagdad notamment, sont livrées aux milices et échappent totalement au contrôle de l’Etat. A Bagdad, les femmes sont forcées à porter le voile. Sans la protection de ce voile, elles sont insultées, battues, agressées, violées. Cette situation durable force nombre de chrétiens à l’exode vers le Kurdistan iraquien et les pays limitrophes (Syrie, Jordanie, mais aussi Liban et Turquie). Pour quel avenir ?

          M. Joseph ALICHORAN est historien, journaliste, écrivain, chargé de cours à l’institut des Langues Orientales. Il est un des responsables de la communauté assyro-chaldéenne de France. Fin connaisseur des problèmes du Moyen Orient, il a œuvré avec Monseigneur STENGER, évêque de Troyes.

Depuis août 2004, la persécution antichrétienne fait rage en Irak. Malgré les nombreuses dénonciations publiques de la dramatique situation, elle ne s’améliore pas. Des actions de soutien sont organisées mais les exactions se poursuivent. Assassinats, rapts, destructions d’églises, menaces et intimidations, les villes de Mossoul et Bagdad notamment, sont livrées aux milices et échappent totalement au contrôle de l’Etat. A Bagdad, les femmes sont forcées à porter le voile. Sans la protection de ce voile, elles sont insultées, battues, agressées, violées. Cette situation durable force nombre de chrétiens à l’exode vers le Kurdistan iraquien et les pays limitrophes (Syrie, Jordanie, mais aussi Liban et Turquie). Pour quel avenir ?

Monsieur ALICHORAN a conclu la réunion en affirmant qu’il se sentait profondément Français et prêt à se battre pour la France. Il a été vigoureusement applaudi par les participants très émus par cette déclaration.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Nancy VERDIER 17/04/2011 19:02



C'est vrai que nos médias bien-pensants nous abreuvent sans cesse de récits sur les "pôv. Palestiniens". Mais sur les Communautés chrétiennes chrétiennes d'Egypte, d'Irak et d'ailleurs (je
pense à l'Afrique noire), Communuatés millénaires et en péril...si peu de choses, presque rien, même pas une manifestation dans les rues des grandes villes de France et du Monde. Est-ce un signe
que la Chrétienté est abandonnée ou s'abandonne ?? C'est vrai que nous savions très peu de choses sur ces Communautés millénaires et discrètes qui ont survécu à des massacres de masse dans le
passé. Aujourd'hui, c'est une nouvelle  tragédie, des vies humaines en  péril, des familles qui fuient devant les persécutions islamistes. Se réfugier en Syrie ?? Mais la Syrie n'est
pas plus fiable que l'Irak et le reste du Proche-Orient. Dans ce qu'il est convenu d'appeler aujourd'hui la Palestine, "Sauvez-nous "disent les Chrétiens de Nazareth et Betlehem aux touristes. Et
nous ici, en France et dans le reste de l'Europe, on accueille des Musulmans par centaines de milliers chaque année, des millions sont installés chez nous, nos gouvernants installent l'Islam en
construisant des Mosquées à nos frais...Notre civilisation judeo-chrétienne et occidentale court à sa perte.