Les aveux de Jérome Lavrilleux. Magouilles sur les comptes de campagnes de Sarkozy.

Publié le 27 Mai 2014

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy n'ont pas tenu compte du plafonnement légal. Monsieur Lavrilleux est-il dans une position de défense à la manière de Juppé pour Jacques Chirac ? Est-il le fusible de Nicolas Sarkozy et de Jean François Copé ?

Par Gérard Brazon

Alors il se débat ! Il met en cause le PS et bien sûr le FN. Pathétique. Mais de quoi ont-ils peur tous ces gens qui servent les grands de ce monde.

Il signale ses origines modestes, nous parle de sa maison de campagne achetés à crédit et restaurée avec son papa. Presque la larme à l'oeil. Combien de Français n'ont même pas ce rêve.  

Emotion garantie. Efficace dans tous les cas. Le bon peuple aime ça. Sincère ou pas ? Posture, imposture, jeu des manipulations ? Qu'importe, il a manqué de courage dit-il plusieurs fois. Il est donc au minimum responsable même si ce sont d'autres qui sont coupables. Et puis il est député européen maintenant et s'assure de confortables indemnités. Ne pleurez pas braves gens.

Un fils de garagiste qui réalise que le monde politique est une aussi une machine bien plus effrayante qu'un moteur. Il a mis le doigt dans une mécanique qui le dépasse et espère sans doute que les mécanos responsables de cette machine seront lui rendre un jour l'ascenseur. Il nous parle de sa proximité avec Copé, son amitié. Sait-il qu'en politique, il n'y a pas d'amis. Même pas de trente ans. Les amis politique à l'UMP ont des couteaux plein les poches. Ne leur tourner surtout pas le dos.

Ce que je sais pour l'avoir vécu, c'est qu'une fois qu'ils vous ont bien essorés ou que vous présentiez un risque par votre questionnement sur les valeurs ou les engagements trahis, les responsables de l'UMP vous lâchent. Ils vous parlent de fidélité, d'amitié mais vous essorent en fonction de leurs besoins. C'est ce que je dis régulièrement à ceux qui militent à l'UMP. C'est ce que j'ai dit à une Présidente de bureaux qui tentaient de me faire une leçon de morale. Je lui ai répondu: avant de juger, demandes-toi pourquoi, et informes-toi !

Lorsque vous allez comprendre, il sera trop tard. Ce n'est pas une caresse l'ami, c'est un poignard.

Gérard Brazon


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 28/05/2014 15:59


C'est sur que le sieur Sarkozy a trop "d'affaires "sur le dos et je ne serais pas étonnée que le bouffon de l'élysée ne cache pas les memes magouilles quant aux dépenses de campagne ....

mika 28/05/2014 10:02


à LOUVOIS



Si les faits sont avérés il ne devrait pas pouvoir conserver son mandat car il risque 2 ans (et
non pas de congés payés)...Par contre il profitera des lois Rachida / Taubira pour enjamber la case prison.
 




 

Louvois 28/05/2014 08:23


Je résume les propos de cette vermine :


Je suis un type bien, emporté par erreur dans un tourbillon malhonnête...


MAIS, je viens d'être élu député européen et vous allez me payer 15 000 Euros / mois (?) pendand 5 ans (?).


Je résume le résumé :


Je vous em...de et vous en...le sans vaseline !

mika 28/05/2014 00:27


L'UMP. Une entreprise ou le patron ne dispose même pas d'un "Tableau de Bord" et ou le comptable
constate que le budget des dépenses double sans en dire mot au patron...Et ils s'étonnent qu'on leur a confisqué les clés du camion !

marie-plume 27/05/2014 14:11


Pathétique, pitoyable... Comment peut-on jouer la comedia dell' arte avec de si pauvres arguments? Pourquoi accepte-t-il de ménager la chèvre et le chou? Pourquoi se ridiculiser de la
sorte et cautionner des hommes politiques.. abjects ? ¨Pourquoi ne pas se démarquer de telles pratiques honteuses et scandaleuses? Pourquoi?