Clichy- sous - Bois et Montfermeil : Les banlieues françaises deviennent des “sociétés islamiques à part entière”1/

Publié le 14 Octobre 2011

priere-a-la-grande-mosquee-de.jpgby Soeren Kern

October 10, 2011

 

http://www.hudson-ny.org/2487/french-suburbs-islamic-societies

 

Traduit de l’anglais par Nancy VERDIER

 

Selon une importante étude (remise en octobre 2011) qui rend compte de l’expansion de l’Islam en France,  les banlieues déshéritées des grandes villes de France sont en passe de devenir des sociétés islamiques coupées du reste de l’Etat.

Les immigrants musulmans rejettent de plus en plus les valeurs et l’identité françaises et par réaction s’immergent dans l’Islam, dit le rapport   qui met aussi en garde contre la loi islamique de la Charia qui remplace de plus en plus fréquemment la loi civile dans bon nombre de faubourgs de Paris.

 

Le rapport qui compte 2200 pages et qui  s’intitule  « Banlieues de la République » est le résultat d’une année de recherche autour des quatre « IS » qui reviennent au cœur du débat sur l’Identité Nationale : Islam, Immigration, Identité, Insécurité.

Le rapport a été commandé par l’influent Think Tank (Groupe de Réflexion) de l’Institut Montaigne  dirigé par Gilles Kepel, un chercheur en sciences politiques renommé et spécialiste du monde musulman, ainsi que cinq autres chercheurs français.  

Les auteurs du rapport montrent que la France qui compte entre cinq et six millions de musulmans (la France concentre la plus grande population musulmane de toute l’Union Européenne) est au bord d’une explosion sociale majeure à cause de l’échec de l’intégration des musulmans à la société française.  

 

Le rapport montre aussi comment le problème est exacerbé par les leaders de groupes musulmans radicaux qui font la promotion de la marginalisation sociale des migrants musulmans de façon à créer une société musulmane parallèle articulée autour de la Charia en France.

 

 

Les recherches ont d’abord été faites à Clichy-sous-Bois et à Montfermeil, deux agglomérations au nord-est de Paris qui furent le point de départ des émeutes de 2005. Clichy et  Montfermeil font partie du département de Seine-Saint-Denis, où la concentration de musulmans est la plus élevée de toute la France.

 

La Seine-Saint-Denis, que le rapport décrit comme une “zone désindustrialisée” abrite 600 000 musulmans (essentiellement d’Afrique du Nord et de l’Ouest) sur une population totale de 1,4 millions d’habitants.

 « Dans certaines zones, 1/3 de la population des villes ne détient pas la nationalité française, et beaucoup de résidents se raccrochent à leur identité musulmane » précise le rapport. 

L’étude montre que les institutions et pratiques religieuses musulmanes remplacent la forte tradition séculaire de l’Etat et de la République française.

 

Par exemple, les écoles françaises qui sont rigoureusement non religieuses, ont toujours eu un rôle traditionnel de formation et de socialisation des jeunes citoyens aux valeurs séculaires de la république française.  Cependant beaucoup d’élèves musulmans refusent l’intégration et boycottent les cantines si la nourriture n’est pas Halal.

 

L’étude met aussi l’accent sur les comportements de différenciations sociales quand il s’agit de mariage par exemple. La plupart des français ne sont pas opposés aux mariages mixtes, dit le rapport, mais  « nous avons été surpris de constater que dans les banlieues une grande partie des musulmans interrogés se sont déclarés opposés au mariage avec des non musulmans. »

 

Les chercheurs ont également voulu comprendre les raisons des émeutes de 2005 qui avaient remis en question le mythe fondateur de la France moderne, à savoir  « la croyance implicitement partagée que la nation française a toujours été en mesure d’intégrer les nouveaux venus »

Les valeurs islamiques remplacent celles de la République française, qui  a failli  dans sa mission de promotion de “ l’égalité “ entre tous, dit le rapport, et de plus en plus de  résidents de ces banlieues ne se considèrent pas comme français. 

 

Mais le rapport ajoute que l’Etat français n’a rien à se reprocher car un grand nombre de musulmans tout simplement ne veulent pas s’intégrer à la société française.

Bien que le ressentiment dans ces quartiers pauvres ait des racines sociales (principalement l’absence de travail), le  rapport indique  que les émeutiers expriment leur frustration dans un vocabulaire « emprunté au registre sémantique islamique ». 

Le rapport montre que les banlieues de Clichy et Montfermeil sont au coeur des plus grandes restructurations et rénovations  urbaines de France. Bon nombre de barrières physiques qui pouvaient être un frein à l’intégration ont disparu avec la réalisation d’importants travaux pour connecter la région au service de transports en commun et l’amélioration de la sécurité publique.  

 

Malgré cela, le faible niveau de réussite scolaire est endémique parmi la population musulmane. Ce qui de fait transforme la nation française et la scinde en nouvelles catégories sociales.  « La  plupart des jeunes musulmans  ne sont pas qualifiés et donc sont inemployables. Plus de 20% des résidents de Clichy et Montfermeil quittent  l’école sans diplôme (150 000 par an). Le taux de chômage dans la jeunesse musulmane des banlieues autour de Paris est de l’ordre de 43%. »   

 

Ces exclus  entrent dans un cycle d’exclusion sociale qui de manière négative façonne leurs vies et celles de leurs enfants. Beaucoup de jeunes musulmans adoptent des « comportements déviants avec toutes sortes d’incivilités pouvant aller jusqu’à la pratique de l’économie parallèle avec essentiellement le commerce  de drogue. »

« On est frappé du taux de natalité élevé dans les familles fraîchement arrivées du Sahel africain. Les mères travaillent à temps plein et leurs jeunes enfants ne sont pas supervisés par le système éducatif, si bien que leur intégration sociale risque d’en pâtir » dit le rapport.   

 

L’islam remplit le vide. Les auteurs de l’étude sont stupéfaits devant l’explosion du marché Halal en France au cours des récentes années mais également soulignent que le terme Halal a pris un sens plus large.   Au cours de l’enquête, les réponses à la question  « Respectez-vous le Halal? » ont fait apparaître la complexité et les sens différents accordés à ce mot, qui dans son acception la plus restrictive distingue les aliments par le fait de leur interdiction, mais aussi inclut un code de conduite, des critères et l’expression de valeurs distinctives, séparant le « halal » du « haram », ce qui est autorisé ou interdit dans l’alimentation comme dans divers aspects de la société.  

 

Le rapport met en lumière la prolifération de mosquées et de salles de prières dans les banlieues. Les orientations religieuses des mosquées sont lourdement influencées par l’origine nationale du fondateur ou du recteur de la mosquée en question.  

L’islam à Clichy-Montfermeil se structure autour de deux grands pôles. Un des pôles implique le Tabligh ("l’expansion de l’Islam") mouvement qui se concentre sur la  "re-socialisation " des musulmans qui se trouvent tout en bas de l’échelle sociale.

 

Le mouvement Tabligh est arrivé à Clichy-Montfermeil dans les années 1980 au cœur des années de chômage massif et de l’apparition de problèmes de drogue.  Les prêcheurs Tabligh ont construit leur légitimité sociale en proposant une régénération morale à des jeunes gens en détresse en les initiant à des pratiques rigoureuses des préceptes de l’Islam.

 

Les autres pôles se développent autour de la personne de l’Imam tunisien Dhaou Meskine impliqué dans le lancement de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui représente la majorité des 2100 mosquées répertoriées en France et qui entretient des liens très étroits avec les Frères Musulmans lesquels visent à étendre la loi islamique (Charia) à tout le territoire français.

 

Meskine a aussi participé à la formation de l’Union des Associations Musulmanes (UAM93), un lobby islamique dont le but est de mobiliser les musulmans pour élire des candidats aux élections locales. Il s’intéresse à des questions relatives à la Communauté musulmane. UAM93 a poussé le projet de construction d’une grande mosquée en Seine-Saint-Denis, bien que ce projet ait connu des difficultés à cause de la lutte de pouvoir entre les immigrants algériens, marocains et turcs.

 

Le rapport décrit une “nouvelle sociologie de la communauté des croyants musulmans” composée principalement d’immigrants à faibles revenus, sous éduqués et qui dépendent du support financier du Maroc et de la Turquie, pays qui ont leurs propres objectifs en France.

Les auteurs de cette étude, mettent en avant la contradiction qui existe chez les musulmans des banlieues : ils ne veulent pas que l’Etat français interfèrent dans les questions relatives à l’Islam, mais ils attendent de l’Etat qu’il leur assure un meilleur niveau de vie.

 

Le rapport se termine par un avertissement : “ L’avenir de la France dépend de sa capacité à réintégrer les banlieues dans le corps de la nation”. 


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

island girl 15/10/2011 17:34



C'est la meme chose dans les écoles ....d'ou le malaise des enseignants...et l'importance que prennent les écoles privées.



LA GAULOISE 15/10/2011 09:22



JUSQU A QUAND VA T ON CONTINUER A TOLERER CET ETAT?



Vanpyperzele 15/10/2011 09:08



Ils ne leur manque que leurs uniformes et leurs armes pour dominer nos peuples.Allez enfants de la patrie,emigrez vous vous meme, ou subissez leurs dictats.