Les belles âmes décoincées (donc "progressistes"puisque "non rétrogrades")

Publié le 15 Octobre 2010

de Kabyle.net

 

Les belles âmes décoincées (donc "progressistes"puisque "non rétrogrades") amatrices de peep show catalogués "art" s’indignent qu’une exposition voyeuriste soit interdite aux moins de 18 ans par les services de la mairie de Paris alors que Bertrand Delanoë souligne que certaines photos sont vraiment pornographiques c’est-à-dire dévoilent crûment l’intimité en la réduisant à ses paramètres plastiques et anatomiques. Les "progressistes" s’indignent donc, alors que ces photos mettant en scène les jeunes des années 70 dévoilent, en plus léché, ce qui existe au quotidien sur tous les murs de la Ville ou les dessous galbés de la nouvelle bourgeoisie en place qui avait le même âge dans les années 70 (années soixante-huitardes). Elle reste désireuse, par un narcissisme absolu, de faire partager le miroir de sa bohème qui l’a mise au pouvoir : miroir, dit-elle à ces photos, suis-je toujoursla plus belle ?... Mais oui... et ton pouvoir s’admire sur wii... pouvoir progressiste bien sûr... Puisque selon elle Caligula et Casonava, Sade aussi, étaient les plus grands progressistes de tous les temps, puisqu’ils "brisaient des tabous" alors qu’ils violent des codes et des rituels que l’amour courtois avaient essayé d’établir face aux divers droits de cuissage sur des relations sexuelles soumises : ainsi va le monde où une culture de harem tend à s’imposer comme le nic le plus ultra alors qu’il s’agit d’une avant garde nécrophage fossilisée.

Lucien Oulahbib

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article