Les bons conseils des Rabbins et des institutions juives par Jean Pierre Pagés-Schweitzer

Publié le 3 Mars 2012

Gérard-2Je ne suis pas un spécialiste de l'histoire juive! Je ne suis qu'un petit soutien à Israël et donc par définition un salaud de pro-sioniste pour la bien pensance française gauchiste ou non!

Quand je constate la réalité de ce pays, ses prouesses, ses avancées technologiques, sa puissance commerciale et industrielle, son agriculture dans un désert, sans parler de son armée, l'une des 6 premières au monde, j'en reste épaté!

Si un petit peuple comme celui-ci est capable de faire tout ce qu'il fait sur une terre qui fait à peine 2 départements français et qui n'est pas plus généreuse que celle de ses voisins, je me dis qu'il y a des leçons à tirer! Je me dis que c'est vers ce peuple que nous devons aller et collaborer pour le bien de la France et pour celui d'Israël.

Je me dis que si ces voisins avaient un minimum de bon sens, d'intelligence politique et disons-le tout de suite, le sens du bien public et de l'intérêt de leurs peuples, ils devraient cesser leurs revendications stupides et trouver un terrain d'accord pour le bien de tous dans cette région! Israël a prouvé qu'il n'est pas un danger pour le monde arabe mais bien sûr un danger fatal pour tous les extrémistes islamistes qui voit dans Israël l'exemple d'une réussite contraire à l'enseignement dont ils matraquent leurs peuples! Les arabes de la région ne sont pas plus idiots que le reste des populations ni plus intelligents mais il suffit de regarder pour se rendre compte que ce qui les plombe, c'est l'islam et rien d'autre comme pour les Afghans, les Pakistanais et bien d'autres !

Voici un texte de Jean Pierre Pagés-Schweitzer poursuivi en justice pour sa liberté de paroles! Il nous donne son avis qui vaut ce qu'il vaut sur le comportement des juifs en général et la responsabilité des Rabbins et des associations juives! Est-ce condamnable? Je l'ignore, mais depuis, il n'a pas que des amis!

Je n'adhère pas forcèment à son discours, particulièrement son "humour d'extrême droite bête et méchant" comme il le dit sur son blog, mais il me semble que les poursuites judiciaires contre la liberté d'expression commencent à bien faire!

La France, terre des Libertés n'est plus,  tant les attaques contre la liberté d'expression sont fréquentes, que des lois mémorielles liberticides sont devenues la norme! De quel droit des Députés et Sénateurs se sont-ils arroger le fait de décider ce qu'est l'histoire! Et quand jugera-t-on Jules César et pourquoi pas la responsabilité des hommes de cromagnon dans la disparition des hommes de Neandertal? Nous vivons une triste époque! Le thermomètre de la liberté d'expression est en passe de voler en éclat si ce n'est déjà fait!

Gérard Brazon

**************

LES BONS CONSEILS DES RABBINS ET DES INSTITUTIONS JUIVES



 par Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, était contre le "Débat sur la laïcité et l'islam" (Le Monde 19 mars 2011).Il a fini par y participer. Son attitude n'est guère surprenante !

Tout au cours de son histoire, ou plus précisément depuis 135 AD (chute de Massada), le peuple juif s'est vu bridé -et empêché de se défendre contre ses ennemis- par sa "caste" religieuse, c'est-à-dire les Rabbins, qui, après la destruction du second Temple, remplacèrent les prêtres et les Lévites.

Ils sont à l'origine des multiples prescriptions religieuses : 613 commandements (heb: mitzvot), concernant, entre autres, le schéma corporel, les habitudes vestimentaires et les prescriptions alimentaires.

Des prescriptions qui constituent le "particularisme" juif (et c'est un euphémisme...), et qui sont, sans nul doute à l'origine de l'antisémitisme.

Ces commandements sont en réalité, un moyen pour les rabbins -et les dignitaires juifs- d'exercer un pouvoir sur les corps et sur les esprits, et ainsi de contrôler leurs ouailles. (Dans cet ordre d'idées, l'islam et donc les "docteurs" et "savants" en religion se valent. Au moins les rabbins ne se prennent pas pour des savants et des docteurs et ne jouent pas la confusion des genres. Ndlr Gérard Brazon)

Les premiers pogroms (avant la lettre) du quartier "delta" d'Alexandrie (où vivaient environ 100.000 juifs), n'ont pas d'autre origine (on ne peut pas, en tout cas, blâmer l'Eglise catholique...).

Mais à cette époque, les juifs étaient encore très combatifs, et Trajan dû faire appel à Marcus Turbo et à la Légion Egyptienne, pour venir à bout de la révolte de 115-117 AD.

Cette révolte (à l'exception bien sûr, de celle du Ghetto de Varsovie), fut probablement 
la dernière, de la diaspora juive. Vers 200 AD le judaïsme rabbinique fit son apparition, avec la rédaction de la Mischnah (ancêtre du Talmud), et avec lui, apparait également le MUNICHISME, qui prévaudra dès lors, dans tous les ghettos du moyen-âge et des temps modernes...jusqu'à nos jours.

D'où vient ce manque de combativité, cette recherche effrénée du compromis, en un mot, ce manque de courage, qui se traduira par la politique de l'apaisement -particulièrement illustrée par le demi-juif Neville Chamberlain, en septembre 1938 ?

Où les rabbins ont-ils donc été chercher cette doctrine de la "non-violence" -qui n'est en fait qu'un euphémisme pour la lâcheté- (et qu'il faut donc différencier de la courageuse attitude du mahatma Gandhi et de ses disciples) ?

L'Ancien Testament ne parle certainement pas de "tendre la joue gauche" !

En réalité il ne s'agit pas vraiment de "non-violence", mais de soumission totale à la volonté de Dieu -et bien entendu à leurs "vicaires" sur terre : les Rabbins.

POUR MIEUX DOMINER, IL FAUT CULPABILISER

Pour les rabbins, le "silence de Dieu", lors de la shoah, ne pose pas de problème :Les juifs ont péché -et Dieu les a punis. 

Ils ont péché en inventant la laïcité, en encourageant un mouvement libéral juif-et surtout en créant cette abomination, ce mal absolu, qu'est le sionisme !

Le Dieu des juifs est un dieu jaloux, qui peut "cacher son visage" (doctrine de l'hester panim),lorsqu'il est mécontent. Selon la Kabbalah lurianique (Isaac Luria -XVIème siècle), Dieu s'était "retiré", lors de la création, pour faire place au monde (doctrine du tsimtsoum)(rétraction).
Lorsque les juifs pèchent, il cache son visage et se retire à nouveau, en son noyau le plus profond, appelé "ayin" ( rien).

Les six millions de juifs, y compris le million d'enfants (car "je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération" Ex :20,5), ont donc bien mérité le sort qui leur fut réservé à Auschwitz et dans les autres camps d'extermination.

Ils ne devaient pas se rebeller, ils devaient se soumettre à la volonté du Tout- Puissant -et surtout ne pas anticiper la gueoula ("rédemption"), en créant l'Etat d'Israël et en essayant d'y immigrer, pour échapper aux nazis.

C'est pourquoi les rabbins déconseillèrent aux 525.OOO juifs qui se trouvaient en Allemagne, en 1933, de quitter le pays (37.000 d'entre eux, probablement non-religieux, partirent quand même -mais la moitié revint en 1934...).

Cette attitude des rabbins et des chefs de la communauté ne changea pas, même après la kristallnacht du 9 novembre 1938 : ils conseillèrent à leurs coreligionnaires, en Allemagne -comme en France et partout en Europe- d'aller s'inscrire, de porter l'étoile jaune, et de se soumettre entièrement aux autorités.

Les rabbins et les notables acceptèrent de présider les Judenrate créés par les allemands, et facilitèrent ainsi l'organisation des déportations (ce fut le cas du Rabbin Léo Baeck, en Allemagne, et du fameux sénateur Adam Czerniakow qui dirigea le judenrat du ghetto de Varsovie).
Rappelons enfin, que lors de l'insurrection de ce Ghetto, organisée par les juifs athées et politisés, les religieux refusèrent d'y participer.

Aujourd'hui, les rabbins et les notables (notamment du CRIF, héritier de l'UGIF, qui s'illustra pendant l'occupation...), n'ont toujours pas compris : Ils continuent à vouloir jouer la carte de l'apaisement avec les musulmans.

Le futur (proche) montrera qu'il en seront les premières victimes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 04/03/2012 10:06


ce n'est pas un pamphlet antisémite (je préfèrerais le terme anti-judaïque car 53% des Juifs sont des européens génétiques et au moins un tiers de purs Européens!! le terme de Marr est une
ineptie du 19 eme siècle!!!) mais un texte plein d'erreurs et de notions fausses et approximatives. La vérité est Exacte  pour être Juste.


Notre ami pagès-Schweitzer a besoin de davantage de connaissances; et de précisions dans son expression...

23bixente23 04/03/2012 04:54


qu'on soit ou non d'accord avec ce texte, force est de constater qu'il soulève au moins 2 points fondamentaux:


- la main-mise de l'appareil religieux sur la société à des fins de contrôle (je ne critique ni Dieu ni la Bible, mais les institutions qui prétendent parler en Son Nom. au passage, c'est aussi
ce qu'a fait Jésus en Son temps, et sans doute qui lui a valu la haine tenace desz religieux de l'époque...)


-la nécessité de résister, au besoin par la force, à l'engeance islamique. ceci vaut pour tout le monde, pas que pour les Juifs.


ce dernier point est aussi la conclusion du texte. c'est pourquoi je ne vois pas là un pamphlet antisémite comme semblent le voir certains, mais plutôt une piste de réfléxion intéressante pour
essayer de comprendre tant l'Histoire que l'actualité.

Epicure 04/03/2012 01:06


Et voilà...Encore une Polémique qui nous précipite dans l'à peu près absurde de la dénégation....


Bermudienne enfonce le clou que j'avais charitablement proposé par les termes doux de elliptiques (?) et approximatifs(?) En effet, on peut voir également de cette façon les argument s
désordonnés et incompétents de monsieur Pagès-Schweitzer; cependant, jeter le bébé avec l'eau du bain sous prétecte qu'elle est un peu trop chaude me parait encore une fois un évitement peu
efficace et peu louable.


Une auto-critique historique n'est pas là pour disqualifier ou accuser mais comprendre comment un fonctionnement idéologique/religeux (c'est pareil) même élaboré, peu pervertir toute une
existence et même la condamner à mort non pas du fait de l'Ennemi mais de Soi-même...


Il en va aujourd'hui exactement de même avec ces Juifs anti-sionistes qui continuent l'erratique erreur messianique laïque d'il y a deux et un siècle déjà....comme des messianiques politiques qui
s'abstraient du sens du réel..


"Ne pas comprendre le Passé nous condamne à le revivre" n'est pas un dicton philosophico-psychologique seulement à l'usage des antijuifs païens et chrétiens!!!!!!


Combien ici et aimmeurs connaissent-ils l'histoire Américaine précoce des Juifs?


Allez donc voir comment et pourquoi certains surent aller vers l'avventure du Nouveau Monde, et la masse des autres, Avant l' fuite éperdue de 1880? qui restèrent dans un habitudinaire misérable
et étroit....

Bermudienne 04/03/2012 00:34


Ce monsieur accommode à sa guise des faits authentiques et une interprétation éminemment simpliste, fausse. En d'autres termes, ça ne me paraît guère d'inspiration charitable. A moins que ce soit
de la manipulation... C'est un exercice très tendance.


Il semble que même les ans n’aient guère apporté de sagesse à monsieur Pagès-Schweitzer. Quant à la décence...


Je renvoie qui en aura le courage et la patience, à l’immense œuvre de Raul Hilberg « La destruction des Juifs d’Europe ». Le premier chapitre
s’intitule « Les précédents » et il est suivi de « Les antécédents ». On y retrouve notamment un tableau retraçant la chronologie et l’énumération des législations catholiques
depuis le Synode d’Elvira en 306 contre ces éternels empêcheurs que sont les Juifs,  jusqu’à la fin du Moyen-Age et en parallèle, les mesures prénazies et nazies. Il est d’ailleurs probable
que notre monsieur ait tiré ce qu’il avance de cet ouvrage même ! 


Outre la bouillie dont je m’étonne qu’elle ait paru digne d’un intérêt quelconque pour le savoir et l’agitation des neurones des lecteurs de ce blog, je souligne par exemple la cuistrerie de ce
monsieur avec son usage du mot « Guéoula ». D’où tient-il qu’il signifierait « rédemption » ?!!


Raul Hilberg écrit : « Or, l’attitude juive face à l’entreprise de destruction ne fut nullement une improvisation de circonstance. Ce n’était pas, et de loin, la première fois au cours
de leur histoire que les Juifs européens affrontaient la violence ; à travers ces expériences, il s’était créé une série de réactions typiques, qui devaient remarquablement constantes
pendant des siècles, et qu’on peut schématiquement représenter comme suit : schéma illustrant les phases de Résistance - Tentatives d’allégement, Evasion – Paralysie –
Soumission. »


Mais ce docte monsieur vient lui en quelques lignes ineptes et honteuses se poser en éminence grise, en psychologue et même en juge ! Et comment se serait-il comporté ce monsieur
Pagès-Schweizer, si - je n'ose envisager cette abomination ! - il avait fait partie de cette engeance ?


Vive la liberté d’expression !

Epicure 03/03/2012 19:45


Bon, notre ami Pagès-Schweizer est un peu "elliptique" et approximatif, de ce fait, dans ses attendus Halachiques et Historiques....


Mais il a oublié en outre un fait peu connu et surtout bien TU:


les rabbins interdirent à leurs ouailles juives de l'Est durant les 18e et 19 e Siècles, d'émigrer (loin du Bon Tzar et deses ses pogromistes populaires et Boyards) en Amérique où ils
"risquaient" de devoir devenir de mauvais juifs pratiquants...


La misère absolue et la persécutuoon à l'Est, avant l'extermination pré-programmée dans l'esprit des antijuifs étaient préférables aux transgressions possibles....


A contrario, on verra une Masse de Juifs de Bavière Hesse et autres régions moins peuplées d'Allemagne, émigrer vers les USA ert y devenir Ranchers ou soldats, commerçants et
banquiers ""bien évidemment""(!!) et Faire l'Amérique que nous aimons et admirons....la dynamique, non-raciste et libérale au sens pur du terme.


On crpoit rêver? Non on ne eve pas et seuls les sionistes à la Pinsker, Jabotinski et Trumpeldor furent à la hauteur de leur temps.