Les chrétiens d'Orient en butte aux islamistes sont accusés de complicité avec les laïcs.

Publié le 6 Juillet 2012

Toujours des intellos-collabos qui bossent pour les islamistes.

Dans un article récent, Robert Fisk fait tout pour diaboliser les minorités chrétiennes persécutées au Moyen-Orient en raison de leur appui aux dirigeants laïques les plus susceptibles de protéger leur liberté et leur dignité. [   ]

Pour Fisk, les chrétiens d'Egypte et de Syrie font preuve d’anti-patriotisme et de mépris pour la liberté en soutenant les laïques, tandis que les islamistes pro-charia qui rejettent les laïques sont des patriotes épris de liberté. [   ]

Les islamistes, et Robert Fisk, passent sous silence le fait que les chrétiens subissent les assauts des islamistes, en particulier en Egypte et en Syrie où des femmes et des enfants chrétiens sont régulièrement enlevés, molestés et forcés de se convertir ; où des églises et des monastères sont régulièrement attaqués ; où des chrétiens sont emprisonnés et tués en vertu des lois sur le blasphème ; où l’on parle de rétablir la jizya [impôt de soumission payable par les infidèles] ; bref, où les chrétiens sont persécutés (voir les articles sur l'Egypte et la Syrie dans mon mensuel « La persécution des chrétiens par les musulmans » pour une description détaillée). En outre, l’objectif final des islamistes, vus par Fisk comme des « amoureux de la liberté », est la mise en œuvre de la charia, une loi incontestablement liberticide et désastreuse pour les chrétiens puisque ce code draconien condamne catégoriquement les « infidèles » non musulmans au statut de dhimmis – des « citoyens » de seconde classe à peine tolérés dans un état islamique. [   ]

Même un auteur musulman, l'égyptien Khaled Montasser, explique, dans un article intitulé « Les Frères musulmans se demandent pourquoi les chrétiens les craignent ?! », que les documents officiels et fatwas des Frères contiennent plusieurs mesures anti-chrétiennes, y compris la destruction des églises et l’interdiction d’enterrer les chrétiens « infidèles » à proximité des tombes musulmanes – d’où le fait que les chrétiens ne votent pas pour les islamistes.

Quant à la Syrie, depuis le soulèvement, les « forces d’opposition », c’est-à-dire les islamistes, ont attaqué des chrétiens et des églises, commettant des « enlèvements et meurtres horribles ». Rien de cela ne se produisait avant le soulèvement et sous le règne laïque d’Assad. [   ]

Si l '«opposition» l’emporte et renverse le régime d'Assad, les chrétiens de Syrie connaîtront le sort brutal infligé aux chrétiens d’Irak, qui ont été tués comme des chiens au point d’être menacés d’extinction. Un prédicateur syrien a récemment encouragé les musulmans à « déchiqueter les chrétiens » qui soutiennent Assad et à « les donner en pâture aux chiens ». [   ]

A l’heure où les minorités chrétiennes dans le monde islamique subissent une forme de persécution sans précédent depuis l'ère pré-coloniale, plusieurs « journalistes » occidentaux ignorent leur sort ou ils le minimisent. Robert Fisk franchit un pas de plus : il présente les chrétiens persécutés comme les méchants, facilitant ainsi la poursuite de leurs souffrances. Fisk et The Independent devraient avoir honte.

Source : Robert Fisk Demonizes Mideast's Persecuted Christians, par Raymond Ibrahim, PJ Media, 28 juin 2012. Extrait traduit par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article