"Les Chrétiens devront se convertir, payer la jizya ou émigrer" affirme le candidat des Frères Musulmans en Egypte

Publié le 2 Juin 2012

2_mohammed-morsi.jpg?1338388121

Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle. Le second tour opposera le candidat des Frères musulmans à celui de l’ancien régime et de l’armée.

Selon le média populaire égyptien El Bashayer du 27 mai, traduit par le Washington Times, Muhammad Morsi a déclaré qu'il voulait

"parvenir à la conquête islamique de l'Egypte pour la deuxième fois, et faire convertir tous les chrétiens à l'islam, ou bien leur faire payer la jizya" (taxe islamique).

"Nous ne permettrons pas que Ahmed Shafiq [principal concurrent à la présidentielle, laique] ou que quiconque empêche notre deuxième conquête islamique de l'Egypte."

Puis, interrogé sur le vote massif des chrétiens pour son adversaire, il a complété :

"Ils doivent savoir que la conquête arrive, que l'Egypte sera islamique, qu'ils devront payer la jizya ou émigrer"

Concernant la première conquête (sanglante) de l'Egypte, lire notre entretien avec l'historien Louis Chagnon dans notre mensuel de décembre 2011. Les chrétiens étaient alors réduits en esclavage et amenés à Médine...

Observatoire de l'islamisation, 30 mai 2012.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Charles de Poitiers 02/06/2012 10:27


En effet,faisont les payer une taxe comme eux le font faire aus chrétiens.Depuis toujours c'est nous qui financons leurs implantations qui a pour but de nous soumettre.

lasserre 02/06/2012 09:42


bonne idée ,appliquons la même regle aux musulmans vivants en France

mika 02/06/2012 09:32


Miséricorde is business


Le pays compte 83 millions d’âmes. 10% sont chrétiens, notamment les coptes qui sont
quand même un peu chez eux depuis des millénaires.


Pour être absous du crime de « non soumission à la religion musulmane » ils
devront (s’ils veulent rester chez eux) s’acquitter comme par le passé d’une taxe islamique.


ET si l’Europe appliquait cette règle de la réciprocité qui lui est si
chère ?