Les Chrétiens sont interdits de culte en Algérie. Dans le plus grand silence des associations et des autorités françaises.

Publié le 15 Janvier 2010

L’Algérie donne des leçons d’Histoire aux anciens colonisateurs.
L’Algérie parle d’un temps ou l’Algérie était belle avant la venue des français en 1830.
L’Algérie est oublieuse mais c’est bien normal lorsque l’on veut faire oublier aux algériens qu’après 48 ans d’indépendance ils sont et restent pauvres. Malgré  un sous sol qui a fait la fortune de ses dirigeants ! 
            Après
48 ans d’indépendance, la jeunesse algérienne ne rêve que de s’expatrier et rejoindre le pays des ex colonisateurs tandis que ceux qui sont nés en France manifestent leur patriotisme dans les rue de France et de Navarre avec le drapeau algérien. Allez comprendre.

           Aujourd’hui, en Algérie, c’est la liberté de culte qui est refusé aux citoyens algériens. Aussi triste que ce soit, ce pays qui a combattu pour son indépendance, pour sa liberté, refuse à sa population le minimum des droits. Celui de croire au Dieu de son choix.

           A Tizi Ouzou, dans la grande Kabylie, la communauté chrétienne est en but à l’exclusion voire à la persécution religieuse. Des femmes et des hommes sont empêchés de vivre leur croyance.

- Ici, c’est la terre d’Islam, allez prier ailleurs.
- On ne les laissera pas exercer leur culte, même avec une autorisation. Il y a la mosquée pour ceux qui veulent prier Dieu. Nous sommes en terre d’islam.
- Ce sont tous les habitants du quartier qui se sont élevés pour protester contre l’ouverture de ce lieu de culte au milieu des habitations. Ce qui se passe là-bas est une honte et une offense aux musulmans. Nous avons trouvé une vieille en train d’embrasser une croix. Cette église est mitoyenne d’un CEM. Ils peuvent proposer de l’argent ou des téléphones portables aux élèves pour gagner leur sympathie et les enrôler.
- il y a trop d’étrangers qui passent dans notre quartier. On ne peut pas tolérer ces choses .
- Ils causent des préjudices aux habitants avec leurs pratiques et leur mixité.
Si c’était ailleurs, on aurait fermé les yeux, mais ici non ! Qu’ils partent ailleurs, dans des coins plus adéquats pour ce genre d’activités. D’ailleurs, une femme dont la maison est mitoyenne de ce lieu de culte veut vendre son logement et déménager, Etc.

Comme si le Dieu des Chrétiens était de la pornographie. Pitoyable attitude d'intolérance profonde.
 

Quel curieux discours dans la bouche de ces citoyens algériens qui ne s’offusquent pas de ce racisme antichrétiens. De cette christianophobie manifeste qui sévit ailleurs également, comme en Irak, en Iran au Pakistan, en Malaisie ou brûlent des églises. 
      Cette Algérie qui donne des leçons à la France  mais se comporte en dictature envers ses propres citoyens. Cette Algérie qui réclame la repentance permanente mais refuse de se regarder. Aujourd'hui comme hier.

Les Algériens, les fiers berbères de la Kabylie ont parfaitement le droit de se convertir au même titre que d’autres en France se convertissent à l’Islam. C'est un choix de l'individu, un droit inaliènable. Mais pourquoi ce droit qui est respecté en France n’est manifestement pas respecté en Algérie. Parce que c'est interdit dans la Constitution algérienne ? Sinon pourquoi ?

Là aussi, toujours ce silence des associations des droits de l’hommisme qui trouvent anormales les réactions épidermiques de certains français ou Suisses mais se taisent pour celles des algériens et des attentats commis envers les temples et les églises. Silence aussi des Chrétiens de France. Pourtant, ce serait un formidable levier pour appuyer cette défense des droits de l’homme. Un appel à la tolérance y compris hors de France les rendraient bien plus crédibles. Est-ce trop demander ?

Dans tous les cas je salue ces algériens qui se convertissent, comme je salue la femme algérienne musulmane ou non qui se bat pour ces droits de femme libre et qui refuse d'être traitée en mineure à vie.  
Il en faut du courage dans ce pays pour assumer une croyance autre que celle « obligatoire ».
Un courage, d’une autre trempe que celui de chercher à provoquer en niqab ou en burqa.
Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article