Mme Taubira appréciera. Honnêtes gens, naïfs et sans détour, prenez garde ....Par Nancy Verdier

Publié le 20 Juillet 2012

Comment notre République bananière invente le racisme: Je le connais personnellement. Il s’appelle Emmanuel Liso. Il a 61 ans. En toute franchise, il m’a raconté son histoire, en m’autorisant à la divulguer sur notre blog.

Il est amputé d’une partie du pied gauche suite à un diabète. Au mois d’octobre 2011, il s'installe à l'arrière du bus 57 qui fait le trajet Porte de Bagnolet – Place d’Italie pour se rendre à la Salpêtrière.

Mais voilà qu’en cours de route, un « incident » survient. Si on peut  qualifier cela  ainsi, quand on sait qu’un meurtre est aussi un « incident » dans le jargon politiquement correct des médias.

Emmanuel était assis à côté d’une femme manifestement d’origine africaine.   Elle était côté fenêtre et lui côté couloir. Juste avant la station Nation, le bus était encore en mouvement, sur un ton directif, elle lui demande de se lever. Il lui répond d’attendre que le bus s’arrête pour se lever, vu son handicap. A peine le bus arrêté, il se lève, pose un pied dans le couloir.

La dame (Mme Koffi), se lève à son tour, le bouscule et Emmanuel s’esclaffe : «  Ah ! Les africaines ! » Elle se retourne et lui dit « Vous m’avez traitée de sale noire, sale africaine ». Elle descend du bus et depuis son portable appelle le commissariat de police. Entre temps, tous les gens du bus descendent et sans se méfier Emmanuel reste à sa place.

Mme Koffi remonte dans le bus, dont le conducteur a fermé les portes. Mme Koffi entreprend une discussion avec le chauffeur. La police arrive et sans lui demander  d’explication le fait descendre du bus pour le faire monter dans le car pour l’emmener au commissariat.

Une fois au commissariat, on le fait attendre dans un couloir sombre et face à lui un policier pour le surveiller. Le policier étant noir, Emmanuel lui demande de quel pays d’Afrique il est, tout en précisant que cette histoire commence à lui chauffer les oreilles. Le policier lui répond qu’il est antillais. Emmanuel rétorque que son petit-fils est de père antillais et ajoute : « Vous voyez je ne suis pas raciste, dans ma famille, il y a des noirs. »

Emmanuel est un homme blond aux yeux bleus, un français d’origine italienne. Il passe devant une inspectrice pour sa déposition et Emmanuel lui demande la nationalité africaine de Mme Koffi. « Je ne peux vous le dire » répond la commissaire.

« Je suis sûre qu’elle est ivoirienne «  dit Emmanuel qui lui explique que son épouse est ivoirienne (il est marié depuis 22 ans),  qu’il a 22 beaux-fils et belles-sœurs ivoiriennes, que sa fille a épousé un antillais et que donc son petit-fils est métis. Emmanuel ajoute qu’il est le père adoptif d’une camerounaise âgée de 4 ans qui vit à Neuilly sur Seine avec sa mère camerounaise.

Il préside l’association ASDC (Afrique, Santé, développement, Coopération) et a beaucoup d’amis africains. D’ailleurs, dans son milieu d’experts du bâtiment, on l’appelle « l’africain ». Pour ses besoins professionnels, il côtoie divers responsables de pays africains.

C’est dire qu’Emmanuel n’est pas raciste et que sa remarque était plutôt amicale et voulait dire : « Les africaines, je les connais bien ».

Emmanuel est passé devant le TGI de Paris en avril dernier. Le jugement vient d’être rendu il y a une quinzaine de jours : Il est condamné pour propos et comportements racistes à payer la somme d’un Euro symbolique.

Le chauffeur du bus – un européen – qui conduisait le bus bondé,  n’a rien pu voir, ni entendre puisque Emmanuel était à l’arrière, mais il est allé, malgré tout,  témoigner contre lui  au tribunal. Emmanuel Liso a fait appel de la décision du TGI de Paris…….

 Nancy VERDIER

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Sandrine 21/07/2012 20:36


Je compatis beaucoup, beaucoup à cette histoire. Mais mon amour de la langue française et de notre patrimoine et de ses noms est aussi une forme de résistance. Alors pardonnez-moi chère Nancy
Verdier si j'ai bien ri en lisant "Salle Pétrière" !!!...C'est de l'hôpital de la Salpêtrière, dont vous voulez parler je présume, il porte ce nom parce qu'il a été d'abord, sous Louis XIV, un
arsenal où on fabriquait de la poudre. Absolument rien à voir avec une vulgaire salle...je ne peux pas m'empêcher de vous le signaler, excusez-moi.  Probablement l'hôpital où votre ami
Emmanuel est suivi...

island girl 20/07/2012 21:08


à la place d'Emmanuel j'aurais également porté plainte contre l'africaine en  mentant comme elle l'a fait ..

Loly 20/07/2012 19:46


Tout à fait le type d'évenement qui réjouit notre g.arce des sots!!!

Claude Germain V 20/07/2012 17:17


Pour le moment et le temps present ,NI VOUS ,NI PERSONNE NE PARTIRA ...........il passera de l'eau sous les ponts  pendant bien longtemps encore ..........le moral ...

Epicure 20/07/2012 17:13


J'ai 72 ans et suis malade et proche de ma fin à deux ou trois ans près..(?).donc je m'en balance de ce pays de crétins...


Mais vous, tous de moins de 50 ans!!!!?? Vous partez quand?

Claude Germain V 20/07/2012 17:12


Cher Emmanuel ,dabord je compatis a votre maladie  qui est un handicap assez dur a supporter ,Ensuite je m'excuse par avance devant la docte assemblée et demande pardon si je choque
certaines personnes  ,je vais vous citer un proverbe sensiblement argotique qui vous remettra du plomb dans la tete ,comme quoi meme dans son entourage ............quelquefois .......???


SOYEZ BON AVEC LES CONS , ILS VOUS ENTUBERONS JUSQU'AU TROGNON ........................................a mediter .