Les dix stratégies de la manipulation par Noam CHOMSKY. Commentées par Gérard Brazon

Publié le 15 Novembre 2011

LES DIX STRATEGIES DE MANIPULATION DE MASSES

selon Noam CHOMSKY...

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité.

 1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. 

La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux ».
Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

Les 20h de TF1 et de France 2 s'en sont fait une spécialité. Endormir ou noyer le téléspectateur par le chat de la grand-mère, la leçon de moral à deux sous si ce n'est le foot, la sécheresse pendant 20mn ou les inondations partout dans le monde en remontant le temps s'il le faut jusqu'à Noé et son Arche et encore, car cela pourrait stigmatiser une "communauté". Note de Gérard Brazon) 

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics. 

 (N'est-ce pas ce que l'on vit aujourd'hui afin de contrer la montée des partis dit populistes anti-europe afin justement, de réaliser cette Europe fédérale liberticide anti nations et ultra libérale dont personne ne veut. Note de Gérard Brazon) 

3/ La stratégie de la dégradation 

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

 (L'immigration massive étant l'élément le plus visible en pesant sur les salaires des salariés mis en concurence avec les immigrés nouvellement arrivés. Note de Gérard Brazon)

4/ La stratégie du différé 

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu. 

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

(Inutiles de donner des exemples de pub débiles ni d'émissions débilitantes! Regardez vos téléviseurs et jugez! Note de Gérard Brazon) 

(Il est à noter que cette technique est ancienne est fut utilisée par les communistes des époques de     Lénine et Staline mais aussi écrite par Hitler dans Mein Kamph en 1923! "Toute propagande doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d'assimilation du plus borné parmi ceux auxquels elle doit s'adresser. Si la faculté d'assimilation de la grande masse est très faible, son entendement petit, par contre son manque de mémoire est grand. Toute propagande effective doit donc se limiter à des données peu nombreuses et les mettre en valeur à coups de formules toutes faites aussi longtemps qu'il le faudra afin que le dernier des auditeurs puisse en saisir la portée. Ne pas savoir se limiter à ce principe et chercher à être universel, c'est diminuer l'action de la propagande, car la multitude ne pourra ni digérer ni retenir  ce qu'on lui représentera. Le succès sera ainsi amoindri et, en fin de compte détruit. -Note de Gérard Brazon)

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle et, donc, le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 (Les meurtres d'enfants sont une aubaine pour l'effet de distraction comme vu précédemment alors que les lois sont liberticides et qu'il n'y a plus de peine de mort, etc Le citoyen est occupé à penser à autre chose qu'à la pure politique, son rôle disparaît en tant que citoyen. Ndlr GB)

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise 

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures ».  Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »  (Pas besoin de faire un dessin, il suffit de réaliser les résultats de l'Education Nationale. ndlr GB) 

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte! (Voir Secret Story et autres Téléréalités qui vous permettent de vous croire instruits par rapport aux idiots évoluants sur les plateaux de télévision. ndlr GB)

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution! (La repentance faisant partie de cette technique de culpabilité qui rend les français coupables et... impuissants - Ndlr GB)

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement.

Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes. (CQFD - ce qu'il fallait démontrer. Désormais, sans devenir paranoïaques, vous avez les moyens de contrôler votre information du moins de filtrer celle-ci en vous posant les bonnes questions! Où se trouve la manipulation quand j'écoute Ferrari, Pujadas, les Grandes Gueules et autres bonimenteurs radios-télévisés et politiques. Vous n'en serez pas plus heureux mais au moins vous saurez pourquoi. Ndlr Gérard Brazon)

 

Noam CHOMSKY

Noam Chomsky, linguiste, philosophe, activiste et penseur politique. Ce célèbre intellectuel américain, considéré par le New York Times comme étant« le plus important intellectuel de notre époque » ou par deux éminentesrevues anglo-saxonnes « l’intellectuel contemporain le plus influent »parmi une centaine, reste très peu connu en France — quand il n’est pas étrangement diabolisé…

Sa réputation internationale est fondée principalement sur sa critique de la politique étrangère des États-Unis, ainsi que celle des médias et des intellectuels dominants. Mais Chomsky a aussi été, depuis le début des années 1990, l’un des principaux critiques du néo-libéralisme et de la « globalisation ». La pensée de Chomsky, qui n’est libérale ni marxiste, au sens habituel de ces termes, et qui ne rentre dans aucun des principaux cadres de la pensée européenne, porte également sur le pouvoir et le changement social, l’éducation, la rationalité et le postmodernisme, la nature humaine et la notion de justice. Chomsky se définit parfois comme étant un « enfant des Lumières », et il est sans doute l’héritier contemporain le plus radical de cette tradition.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 15/11/2011 11:44



Description irénique de N. Chomsky...dont l'intelligence ne l'empêche pas de dire des sottises!


C'est Tout le problème de ces gens intelligents mais affectivement pathologiques et dont les discours égarent car ils sont partiellement bien fondés...


Chomsky n'a pas renoncé à ses privilèges d'Intellectuel Universitaire et de publicistes vivant aux crochets de la Société US qu'il semble vomir. Facile.!


Contrairement à jean Amadou, subtil et courageux confirmant: j'ai une Porsche, une superbe maison sur la côte basque et une belle résidence à Neuilly mais je ne suis pas de gauche! superbe



YVES IMBERT 15/11/2011 11:42



Bonjour Monsieur BRAZON,


article intéressant, voir le bourrage de crâne des élèves par les enseignants militants maxistes et multiculturalistes soutenus par des parents bobos irresponsables


l'ilmmigration de masse a logiquement un  effet direct sur l'effectif du  chomage mais je suis beaucoup plus circonspect quant à son effet sur le niveau des salaires, en effet ils 
sont pour la plupart déjà au niveau du minima conventionnel ou règlementaire de la catégorie, en conséquence il ne peut pas exister un niveau inférieursauf travail dissimulé qui est contrôlé
puisque c'est l'employeur qui devient responsable et censé être solvable, c' est loin d'être le cas des entreprises créées par des immigrés récents


yves Imbert