Les efforts hésitants de la France pour contrer l’islamisation rampante. Traduit par Nancy VERDIER

Publié le 5 Janvier 2012

Par Soeren Kern

2 Janvier 2012

Traduit de l'anglais par Nancy VERDIER




photo 5281B

Note du traducteur : Cet article témoigne d' un regard anglo-saxon sur la politique française. (Soeren Kern est bi-national américano- allemand et vit à Madrid). Je suis consciente  que l'article de Soeren Kern participe du "politiquement correct" si prisé chez les  chercheurs outre-atlantique. Il est largement "dans le sens du poil". Ce qui montre que même ces "distingués politologues" vont aux sources les plus simples d'accès : les sources officielles et  gouvernementales. C'est bon à savoir.

Il va sans dire que les mesures de Claude Guéant sont bien trop tardives puisqu'elles ont été votées pratiquement en fin de mandat présidentiel et qu'elles risquent de n'être jamais appliquées. De l'enfumage comme le montre aussi Christine Tasin dans son journal audiovisuel de 19h50 du 3 janvier sur son Blog Résistance Républicaine. (voir la Vidéo du Journal du 3 janvier sur le site RR de Christine christinetasin.over-blog.fr). 

Par ailleurs le chiffre de 16% donné ici pour MLP au 1er tour me paraît très faible. Mais il est simple de comprendre que le pouvoir panique face à sa propre incompétence et son manque de volonté à résoudre les problèmes qui inquiètent les français : l'immigration et ses séquelles sur notre société. La grogne monte. MLP doit aussi monter dans les sondages, mais les chiffres restent tronqués. Il ne faut donc pas s'étonner si Guéant cherche à multiplier tout au long de l'année 2012 des effets d'annonces.

Nancy Verdier

                                                                   *****

Pour les immigrants musulmans, il sera désormais plus difficile d’obtenir la nationalité française.

De nouvelles lois de naturalisation entrées en vigueur au 1er janvier 2012, imposeront à tous les demandeurs de citoyenneté le passage d’examens de culture française et d’histoire. Ils devront aussi prouver que leur maîtrise du français est équivalente à celle d’un natif âgé de 15 ans. En outre les candidats à la citoyenneté française devront faire acte “d’allégeance aux valeurs françaises”.

Les nouvelles mesures – promulguées par le Ministre de l’Intérieur Claude Guéant – font partie d’un effort concerté du gouvernement français pour faire barrage à la poussée de  l’islamisation de la France.

Les demandeurs musulmans représentent la majorité des 100 000 personnes qui sont naturalisées françaises chaque année et occasionnent une frustration grandissante de la population du fait que les 6,5 millions de musulmans ne s’intègrent pas dans la société française.

Guéant a dit que les immigrants qui refusent de s’assimiler ne devraient plus se voir accorder la nationalité française.

Selon Guéant qui est membre de l’UMP le parti de Nicolas Sarkozy, le processus de citoyenneté  devrait être “une occasion solennelle entre la nation hôte et le requérant” et  les immigrants devraient s’intégrer par la pratique de la langue et « une adhésion aux principes, valeurs et symboles de notre démocratie. »

A partir de maintenant, les requérants  seront tenus de signer une nouvelle charte établissant leurs droits et responsabilités. Préparé par le Haut Conseil à l’Intégration (HCI) la charte dit ceci : « Devenir français n’est pas une simple mesure administrative. C’est une décision qui demande beaucoup de réflexion. Les demandeurs ne seront plus autorisés à accorder allégeance à une autre nation tant qu’ils sont sur le sol français. » Les nouvelles règles cependant, n’affecteront pas le statut de la double nationalité qui sera encore autorisée.

Séparément, Guéant a aussi annoncé une proposition exigeant que les enfants nés non-français en France et qui seraient normalement automatiquement naturalisés à l’âge de 18 ans fassent au préalable leur demande de citoyenneté.

En outre, Guéant a annoncé des plans pour réduire le nombre d’immigrants légaux arrivant en France chaque année de 200 000 à 180 000 et a demandé à ce que les étrangers emprisonnés pour crimes et délits soient renvoyés du pays.

Les nouvelles règles de  citoyenneté font partie d’un vaste effort du gouvernement pour renverser la tendance développée sur des décennies de politiques multiculturelles qui ont encouragé l’établissement d’une société parallèle musulmane en France. 

En février 2011, Sarkozy a dénoncé le multiculturalisme  comme étant un échec et a dit que les musulmans devaient s’assimiler dans la culture française s’ils veulent être accueillis en France. Dans une interview diffusée sur la 1ère chaîne, Sarkozy a dit : « Je ne veux pas d’une société  où les communautés coexistent séparément …La France n’accueillera pas de gens qui n’acceptent pas de se mélanger pour former une seule et même communauté. Nous avons trop investi dans l’identité de ceux qui arrivaient et pas assez dans l’identité du pays qui les acceptait. »

En avril 2011, le gouvernement français a fait passer une loi sur “l’interdiction de la burqa” qui proscrit le port de vêtements islamiques tels la burqa couvrant entièrement le corps et le niqab couvrant entièrement le visage dans les lieux publics. 

 

A certaines exceptions près, quiconque circule en France dans les rues, les parcs, les transports publics, les institutions publiques telles que les gares et les mairies, ainsi que dans les magasins, les restaurants, les salles de spectacle  le visage entièrement couvert sera sujet à être verbalisé de 150 Euros. Des peines plus sévères sont encourues par ceux rendus coupables de forcer des tierces personnes à se couvrir le visage par des moyens « violents, des menaces, des contraintes, des abus d’autorité et de pouvoir en raison de leur sexe et genre. »

Cette mesure est clairement destinée aux pères musulmans, époux et chefs religieux  susceptibles de forcer une femme à porter le voile islamique contre sa volonté. Ils seront sanctionnés par une amende de 30 000  Euros et un an de prison ou 60 000 Euros et jusqu’à deux ans de prison au cas où la contrainte s’adresse à une mineure.

Sarkozy dit que la burqa est  « une nouvelle forme d’esclavage qui ne sera pas la bienvenue dans la République Française » et les français semblent d’accord avec ce principe. Selon un nouveau sondage publié par le Projet  Pew Global Attitude basé à Washington 82 % des français  soutiennent cette interdiction et seuls 17% la désapprouvent.

Aussi en avril dernier, l’UMP organisa un débat sur la compatibilité de l’Islam avec les règles de la République laïque française.  Le tour de table de trois heures appelé “ Laïcité : vivre mieux ensemble”  se déroula à l’hôtel Pullman Montparnasse  en présence de 500 chefs religieux, législateurs et journalistes.

Lors de la réunion organisée par jean-François Copé, le chef de l’UMP, les participants ont mis sur la table 26 idées dont le but est de préserver le caractère laïc de la France, inscrit dans la loi de 1905 séparant l’église de l’état. Les participants discutèrent de problèmes tels   que la viande halal servie dans les écoles publiques et les prières musulmanes dans les rues.

 

D’autres propositions furent évoquées à cette occasion comme : l’interdiction de porter des symboles religieux tels que le foulard  musulman par le personnel de soin; empêcher les mères musulmanes de porter des foulards musulmans en accompagnant les enfants lors de sorties scolaires; interdire aux parents de retirer leurs enfants de disciplines obligatoires comme l’éducation physique et la biologie.  

 

En septembre 2011, le gouvernement français a publié une loi interdisant aux musulmans les prières de rues. L’interdiction était une réponse directe à la grogne croissante de l’opinion publique sur ce phénomène de prières musulmanes publiques.

Tous les vendredis, des milliers de musulmans de Paris à Marseille et dans d’autres lieux ferment les rues à la circulation – entraînant ainsi la fermeture des magasins riverains et piégeant les résidents non- musulmans dans leurs maisons et bureaux – et s’installent par milliers à même le sol pour leurs prières de la mi-journée.

Ce spectacle hebdomadaire a été vu sur des dizaines de vidéos postées sur YouTube.com (ici, ici, ici) et ont provoqué un mélange de colère, de frustration et d’incompréhension, mais les responsables locaux ont été réticents à intervenir par peur de déclencher des émeutes.

 

La question des prières illégales de rues a été catapultée au premier rang des préoccupations nationales en décembre 2010, quand Marine Le Pen, la dirigeante charismatique du Front nationale, un parti de droite, les a dénoncées comme étant « une occupation sans chars et sans soldats ».

Selon un sondage de l’Ifop pour le journal France-Soir, presque 40 % des électeurs sont d’accord avec Marine Le Pen sur le fait que les prières de rues ressemblent à une occupation.

D’autres sondages montrent que les électeurs  voient en Marine Le Pen  - qui a sillonné le pays en démontrant que la France était envahie par les musulmans et qu’elle avait été trahie par ses élites - la candidate la mieux préparée à régler la question de l’immigration musulmane. 

Sarkozy dont la popularité est au plus bas à quelques mois de l’élection présidentielle prévue pour le 22 avril, semble déterminé à ne pas laisser Marine Le Pen monopoliser la question de l’Islam en France.

Néanmoins, les sondages d’opinion montrent que Sarkozy est à la traîne derrière son plus grand rival, le candidat socialiste François Hollande.  Un sondage publié par le journal Le Parisien le 20 décembre montre que Hollande aurait à l’issue du 1er tour  27% de voix contre 24% à Sarkozy et 16% pour Marine Le Pen.

 

S’il était élu, Hollande - un multiculturaliste fervent qui a accusé Sarkozy d’être un marchand de peur – reviendrait certainement sur certaines - sinon toutes- les mesures prises par Sarkozy concernant les politiques liées à l’immigration musulmane.

L’inévitable conclusion est que les efforts pour endiguer la marée montante de l’Islam en France sont plus que fragiles.

Soeren Kern is Senior Fellow for Transatlantic Relations at the Madrid-based Grupo de Estudios Estratégicos / Strategic Studies Group. Follow him on Facebook.

 Traduit de l'anglais par Nancy VERDIER

 

Cette traduction est copiable et diffusable dans le respect en mettant le nom de la traductrice et du site "Puteaux-Libre" Nancy VERDIER


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article