Les Égyptiens tentent de sauver ce qui reste de l'Institut d'Égypte

Publié le 19 Décembre 2011

REPORTAGE. L'institut à deux pas de la place Tahrir a été ravagé par les flammes. Il abritait notamment "La description de l'Égypte".

Les archives calcinées de l'Institut d'Égypte après qu'un incendie a ravagé l'édifice construit par Bonaparte au XVIIIe siècle.

Les archives calcinées de l'Institut d'Égypte après qu'un incendie a ravagé l'édifice construit par Bonaparte au XVIIIe siècle. © AP/Sipa

Protégés par les militaires, les pompiers finissent d'éteindre le feu d'un côté. De l'autre, protégés par les manifestants, à genoux dans les braises et les cendres, les sauveteurs recueillent deux cents ans de savoir. Des pages à peine noircies, magnifiques, sont un appel à la caresse, on voudrait avoir le temps de consulter ces notes, de parcourir ces monographies, de lire ces milliers d'histoires, mais il faut faire vite, le toit s'est effondré, les murs penchent, les poutres brûlantes traînent à terre, les étagères tordues grincent sous le poids des murs, des briques tombent et des cendres s'envolent vers le ciel, elles emportent des souvenirs de livres.

http://bcove.me/oki9rf5a

L'Institut d'Égypte était un rêve de lecteur. C'est aujourd'hui un fantôme pris, littéralement, entre deux feux. Au coin des rues Qasr al-Eini et Sheikh Rihan, les cocktails Molotov et les pierres volent au-dessus des barricades. L'armée tire. Mais l'institut, pour quelques heures, est épargné. Les sauveteurs ignorent les cavalcades de manifestants qui tentent d'échapper au danger. Calmement, méthodiquement, ils passent de pièce en pièce. Partout, le désastre. Un petit bureau et une petite chaise semblent encore attendre quelqu'un. Les sauveteurs s'en foutent. Ils rassemblent les livres à la lueur de leurs téléphones portables, ils étouffent, toussent un peu, dans un mélange de chaleur, de fumée et de pluie de lance à incendie.

Les clameurs de la révolte, dehors, ébranlent le bâtiment. Les précieux ouvrages passent de main en main pour sortir dans le chaos. Mais un cordon de manifestants les protège et empêche farouchement toute intrusion. "On a peur des voleurs, halète Oussama, couvert de suie. On a peur des militaires, on a peur des vandales. On fait en sorte de sauver ce qui peut l'être. Le gâchis est déjà immense." Ce n'est pas une affaire d'intellectuels. Des gamins des rues prêtent main-forte, dehors. Dedans, des hommes jeunes, moins jeunes, modestes, aisés, se soutiennent les uns les autres. Un camion fend la foule. Exceptionnellement, les manifestants l'autorisent à circuler. C'est pour sauver les livres. Les blessés, eux, doivent se contenter d'être évacués à moto. Ils se succèdent, par dizaines. Les hommes en sang et les livres en cendres partent dans la nuit pour être mis à l'abri. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

island girl 20/12/2011 00:11


Je souhaitais laisser un commentaire sur l'équipe de campagne de François Hollande ,comme ce n'était pas possible je le fais ici..que d'arabes!

Marie-Claire Muller 19/12/2011 22:10


Le but des islamistes c'est de changer le cours de l'histoire de l'Egypte à leur avantage,comme ils veulent le faire en terre sainte par l'intermédiaire de l'UNESCO et bien sur en Europe et en ce
qui nous concerne en France avec les livres d'histoire d'abord et ensuite avec la complicité des dhimmis qui nous gouvernent, planter le drapeaux vert sur nos institutions!!

Gérard Brazon 19/12/2011 22:28



Il ne reste pas grand choses des civilisations antéislamique.



Claude Germain V 19/12/2011 20:49


Si ils effacent leur passé ,ils ne seront PLUS RIEN .C'EST UNE CATASTROPHE SANS LIMITE .En esperant Qu'ils ont fait ce qu'ont fait les français avec la grande bibliotheque de France GALLICA


D'ailleurs pour les personnes qui s'interressent a l'HISTOIRE DE FRANCE et AUTRES ,téléchargez autant de livres que vous pourrez sur Gallica .Ce n'est pas du copiright du vol ,c'est gratuit .Mais
ces milliers de livres que vous pouvez telecharger sont GRATUITS ET SONT LA MEMOIRE DE LA FRANCE .On ne sait pas se qu'il pourrait se passer dans le futur ,mais plus il y aura de telechargement
(ATTENTION INTERDIT DE COMMERCE ,IL FAUT JOUER LE JEU) plus il y aura de sauvegardes qu'un jour nous pourrons restituer nous ou nos enfants a la bibliotheque nationale si un jour un drame non
souhaitable survenait .


En esperant que les Egyptiens aient eu l'idée de photocopier tous leurs documents et de les preserver en salles protégées .Sinon ???? catastrophe ....

Gérard Brazon 19/12/2011 22:27



En effet!