Les élections tunisiennes ouvrent la voie au Califat. Traduit par Nancy VERDIER

Publié le 28 Octobre 2011

91.jpg

Rachid Ghannouchi, dirigeant du parti islamiste majoritaire lève son doigt trempé d’encre après avoir voté : “Une personne, un vote, une seule fois »  

Par  Raymond IBRAHIM

Jihad Watch
October 27, 2011

Traduit de l’anglais par Nancy VERDIER

http://www.raymondibrahim.com/10592/tunisian-elections-and-the-road-to-the-caliphate

La Tunisie, où les révolutions arabes de 2011 ont pris naissance est de bien mauvais augure quant à la suite des évènements et leur issue.


Le premier tour des élections est clos et comme on s’y attendait le parti islamiste Ennahda a par glissement des voix en sa faveur, gagné  plus de 40% des sièges de l’Assemblée Constituante. Comme toujours les grands media (MSM)  interprétant les évènements uniquement avec une grille de lecture occidentale ont décrit cet évènement  comme foncièrement positif.

Ainsi un éditorial du Washington Post titrait “ La Tunisie de nouveau montre le chemin vers la démocratie” en affirmant que «  le parti islamique arrivé en tête, clame sa victoire – ce qui présage d’un avenir positif ». D’autres rapports qualifiant globalement cet “islamisme”  de “modéré”,  ce qui est un  parfait oxymore – illustrent le conformisme, l’orthodoxie et le discours politiquement correct des MSM  qui se répandent en compliments et acclament à cors et à cris la « démocratie ».

 

Ces débordements élogieux  ne sont pas uniquement le fruit d’une interprétation occidentale. Ils sont favorisés par la connivence islamiste qui sert à la petite cuiller, la soupe que le monde est prêt à gober.  Ainsi, un rapport de la MSNBC intitulé “ Les islamistes tunisiens cherchent à rassurer les laïcs” évoque avec optimisme  la manière dont les islamistes “ affirment qu’ils vont partager le pouvoir et se garderont d’introduire des mesures radicales”

C’est ce qu’ils disent, bien évidemment.

Cependant, en dépit de ces fantaisies, l’état d’esprit des laïcs sur place, confine à  la peur et au sentiment d’urgence. Wael Elebrady, l’invité de l’émission très populaire  Al Haqiqa, parlant à un correspondant en Tunisie peu après le raz de marée électoral de Ennahda  confirmait que les islamistes avaient des appuis solidement ancrés et qu’ils auront une position majeure dans la formulation des loi de la Charia et que si les MSM occidentaux gobent les discours islamistes qui prétendent « partager le pouvoir » ce n’est pas le cas des très nombreux libéraux et laïcs.

 

 

Quelques réflexions : Tout d’abord, parmi les nations arabes, la Tunisie a depuis longtemps été reconnue comme un pays particulièrement “occidentalisé”, laïc et libéral – du moins par comparaison aux autres pays arabes et pas très éloigné du Liban traditionnel.  

Maintenant, si les islamistes s’installent au pouvoir en Tunisie avec l’étiquette de “modérés” grâce aux réseaux habituels, ancrages, singeries de démocratie, promesse de “partage du pouvoir” et un Occident complaisant – il ne fait aucun doute que les islamistes vont aussi s’emparer des nations où ils sont particulièrement en pointe comme l’Egypte et la Libye    

Ali Akbar Velayati, proche conseiller du chef suprême d’Iran, prédit de manière certaine que “le résultat de l’élection en Tunisie va positivement affecter les développements régionaux. Nous allons observer la victoire des islamistes dans les prochaines élections en Egypte et Libye »

 

 

Un rapport du Wall Street Journal  fait le commentaire suivant :

La population de Tunisie, peu nombreuse, bien éduquée et religieusement modérée pourrait  être le point de bascule dans l’évaluation des changements politiques  à venir dans la région. Le parti Ennahda  s’est taillé une image  modérée par rapport aux autres partis islamistes du monde arabe. Les islamistes égyptiens dirigés par les Frères Musulmans – une organisation vieille de 83 ans – d’une manière générale a une vue plus stricte du rôle de la loi islamique, la Charia, et devraient jouer un rôle dans la gouvernance.

Par conséquent, non seulement les islamistes sont en meilleure position pour parvenir au pouvoir en Egypte plutôt qu’en Tunisie,  mais des conséquences plus sérieuses en découleront à coup sûr. Les traités de paix avec Israël seront résolument dépecés – dès que la situation le permettra  – et les souffrances des chrétiens coptes, déjà  martyrisés de mille façons seront érigées en institution.  

Cependant, l’Occident demeure les yeux rivés sur les termes de “démocratie » et « élections ». Des mots agréables, sans aucun doute; mais à l’image du mot « terreur »  - dans « guerre contre la terreur » qui ne fournit absolument aucune explication sur l’idéologie qui motive « la terreur islamique », le terme générique de «démocratie» ne contient en aucune façon, le système draconien, qui sera dirigé contre les infidèles et que la « volonté du peuple » va mettre en place – avec l’idéologie enfermée derrière le mot : Charia.  

 

 

Examinons l’extrait du reportage de Fox news:

  “ Je suis l’ennemi de la démocratie” dit Hesham al – Ashry dans une interview  à Fox news faite chez son tailleur du Caire. Le dévot musulman est l’un des organisateurs principaux  du groupe Salafiste qui travaille pour imposer la Charia en Egypte. Avec les Frères Musulmans, les Salafistes ont rempli le vide politique crée par le départ de Moubarak d’Egypte.

Ce qui n’a pas encore été révélé  est comment ils sont montés en puissance et comment ils vont continuer de le faire pour accéder au pouvoir par la démocratie et la volonté populaire, que al-Ashry exploite joyeusement, tout en se déclarant « ennemi de la démocratie ».  

Le reportage se poursuit : “ Pour ce qui est à venir, si Al-Ashry et ses partisans parviennent à leur fin, au lieu d’un seul Iran, ...vous en aurez deux”

 

 

En vérité, “ ce qui nous attend “ dans le grand tableau des évènements, et si on écarte la myopie du moment,  c’est la résurrection d’un Califat prônant la Charia  et l’entrée dans une nouvelle ère de conflits dans laquelle les futures générations – en revisitant leur passé et  les prédécesseurs occidentaux – verront  l’expression d’une passivité naïve et mettront au même niveau Neville Chamberlain et Winston Churchill.  

 

Cette traduction est copiable et diffusable dans le respect en mettant le nom de la traductrice et du site "Puteaux-Libre" Nancy VERDIER

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Epicure 28/10/2011 18:56



Ce pauvre ADOLF que personne ne voulait croire ! Lui qui déclarait sans cesse être si profondément épris de paix et plein de bonne volonté!!!


D'ailleurs il avait même accepté Von Papen comme Vice Chancelier, qui devait   "contrôler Hitler" Sic...


Ah, comme on est méchant et pessimiste! juste pour le plaisir de gâcher la joie universelle!



Marie-Claire Muller 28/10/2011 17:05



Sur Dreuzz:



Sondage Europe1: Redoutez-vous la montée de l'islamisme en Libye et en
Tunisie?






Europe1.fr a mis en ligne ce sondage. Regardez le résultat ! Europe1 touche le grand public, et pas uniquement
les informés pointus qui lisent Drzz. 


 


J’en tire une conclusion ou deux.


 


Bien que les médias rabâchent comme des robots décérébrés leur délire d’un Printemps Arabe
qui doit forcément accoucher de la démocratie,


 


Bien que le gouvernement s’auto-congratule d’avoir pris les bonnes décisions au bon moment
et d’avoir ramené ces pauvres musulmans, incapables de se prendre en charge, vers le chemin de la liberté,


 


Bien que la télévision, média le plus influent, matraque le nouveau mot d’ordre opportuniste
d’Alain Juppé d’un islamisme « modéré »,  


 


Les populistes, les beaufs, le petit peuple si méprisé par les élites de gauche, BHL cul en
tête, ne s’en laisse pas tant compter, et garde son bon sens bien vissé.


 


Ce qui prouve hélas, que si les pays arabes bénéficieraient grandement de la démocratie, les
français aussi.


 


Auraient-ils approuvé, lors d'un référendum, cette guerre rebaptisée, et le massacre de
trente à cinquante mille civils dont la France, quelle que soit la façon de regarder les choses, s’est rendue coupable et complice, au prétexte d’éliminer ce tyran là et pas les autres, même pour
du pétrole libyen ?


 


La réponse est dans le sondage, et la France ne sera pas un modèle de démocratie. Les médias
vont devoir retourner leur veste, et traiter le sujet en faisant montre d'un peu plus d'honnêteté.


 


A quand un sondage Europe1 pour savoir si les Français redoutent la montée de l'islamisme en
France ?


 


Reproduction autorisée, et même
vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Drzz.fr


 


http://www.europe1.fr/La_question_du_jour/Redoutez-vous-la-montee-de-l-islamisme-en-Libye-et-en-Tunisie-784165/


 



Gérard Brazon 28/10/2011 18:46



Je partage



Marie-Claire Muller 28/10/2011 16:33



Il faut ouvrir les yeux!!!Malgré les mises en garde, l'histoire se répéte,pour ceux qui n'apprennent pas d'elle!!


Nos politiques sont volontairement aveugles et criminels de livrer les peuples à la terreur ;pour le moment nous vivons dans une paix relative sans attentats!pas besoin puisque les léches
babouches se soumettent,mais le temps passe et les envahisseurs gagnent du terrain et du pouvoir en revendiquant de plus en plus!


Ce qui se passe en Tunisie, en Egypte  est un protoype de ce qui nous attend si nous nous laissons endormir(l'islam n'est pas pressé!) et avance masqué