Les établissement catholiques en voie de "dhimmisation".

Publié le 16 Septembre 2010

 

       Des élèves musulmanes de troisième lors d'un cours de philosophie au collège privé catholique Saint-Mauront, à Marseille.
           «Le jour de la rentrée, les garçons ne répondent pas à leur nom lorsque la nouvelle directrice, qui succède à un directeur, fait l’appel des classes. Par contre, les élèves répondent à leur professeur principal qui est un homme. »

 

Des lycéens musulmans prient régulièrement dans la cour. (Etablissement catholique) Un jour de pluie, la directrice leur propose une salle. Ce lieu devient la salle de prière où les élèves invitent des personnes extérieures à l’établissement. La directrice ne peut plus disposer de cette salle pour d’autres activités.

             Ces exemples, tirés du document publié en cette rentrée par le Secrétariat général de l’enseignement catholique sur les Musulmans en école catholique, font désormais partie du quotidien d’un certain nombre de leurs établissements. Notamment ceux qui, en milieu plus populaire, accueillent de plus en plus d’élèves de confession musulmane : certaines écoles comptent parfois jusqu’à 70% d’élèves musulmans.

En 2008, les évêques avaient posé la question, à l’occasion d’un document intitulé : Pourquoi l’Église catholique continue-t-elle de s’engager dans le dialogue interreligieux ?

Il a donc été décidé de lui donner une réponse plus concrète, grâce à un travail mené conjointement par le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SGEC) et le Service pour les relations avec l’islam (SRI) de la Conférence des évêques.

«Ne pas mélanger islam et réaction d’adolescents» (Surtout pas voyons, on sait bien que l’islam étant une religion tolérante d’amour et de paix, la bêtise ne peut-être que l’œuvre d’adolescents boutonneux ou perturbés par leurs hormones. Bref, circulez il n’y a rien à voir !)

Nous avons souhaité partir de situations vraies pour ne pas être déconnecté de la réalité, explique Pierre Robitaille, qui a piloté pour le compte du SGEC, le petit groupe de travail qui s’est réuni pendant deux ans. Les « situations problématiques » ont été recensées et chacune d’entre elles a été travaillée par l’équipe.  

Situations problématiques: c’est-à-dire, indique le document, toutes les situations qui posent question, directement ou après prise de recul et pas seulement les situations conflictuelles .

Au final, cela donne un dossier en deux parties : d’un côté, les fiches d’informations sur l’islam, de l’autre des « dossiers situations » comportant chacun la description d’une situation, sa problématisation, un éclairage et enfin « des lignes de conduite et points d’attention ».

Face à de jeunes musulmans refusant de répondre à l’appel d’une femme, il est par exemple proposé une fois passée la première réaction, « d’organiser rapidement une réflexion avec l’équipe éducative », (Cela doit-être efficace comme réaction) de ne « pas mélanger islam et réaction d’adolescents, identitaire, culturelle et religieuse », ou encore de « faire intervenir des médiations : un musulman, en priorité un enseignant ou personnel d’éducation, sinon un responsable de mosquée, ou un expert, par exemple le responsable diocésain pour les relations avec l’islam ». «Savoir ce qu’est un établissement catholique»

 Rien que ça ! Un gamin se trouvant dans une école catholique à la demande de ses parents refuse de saluer une femme et on alerte le ban et l’arrière ban de la communauté musulmane ? Jusqu’au recteur de la mosquée aussi pourquoi pas ! Et si l’on disait aux parents que leur enfant est mal élevé et qu’il ne pourra revenir que lorsqu’il aura appris que l’on salue toujours un professeur voire un adulte tout simplement. C’est à mourir de rire ces recommandation. Les gosses vont bien s’amuser cette année.

            Évidemment, il n’y aura jamais deux cas pareils, le contexte sera toujours différent d’un établissement à l’autre, mais cet outil aidera certainement les communautés éducatives à prendre du recul, à démêler ce qui relève du religieux, du culturel, voire du psychologique lorsqu’il s’agit d’adolescents », souligne Sœur Colette Hamza Xavière et directrice adjointe du SRI, qui reconnaît que la conjonction entre une présence accrue des élèves musulmans dans l’enseignement catholique, « au moins dans certaines régions », et «un islam qui demande sa place, cristallise davantage ces situations qu’il y a quinze ou vingt ans». (Sa place dans une école catholique ? On aura tout entendu y compris des énormités pareilles)

            Au fil des réunions, il est apparu que celles-ci pouvaient relever de trois catégories : les situations à forte composante sociale et culturelle, celles touchant plus directement à la pratique religieuse des élèves musulmans, et enfin celles relatives à leur participation aux activités religieuses de l’établissement. La question du sens de la participation de juifs ou de musulmans à une célébration eucharistique est ainsi abordée. Ou encore la pertinence, à Noël, de profiter d’une fête religieuse pour mieux comprendre le sens du fait religieux et rentrer dans un partage festif . Cela fleur bon le politiquement correct ! Pauvres écoles privés qui sont entrain de se faire dominer et qui seront à terme contraint de niveler par le bas leur enseignement afin de ne pas stigmatiser une population d'élèves.

           La catéchèse doit pouvoir être ouverte à tous. Au fond la question rejoint celle de savoir ce qu’est un établissement catholique », note Colette Hamza. « Tout parent devrait pouvoir inscrire son enfant à l’école catholique, pourvu qu’il adhère au projet pastoral et éducatif de l’établissement, et ce projet doit être clair et explicitement catholique », rappelle ainsi Mgr Éric Aumonier, évêque de Versailles et président du Comité national pour l’enseignement catholique, qui précise :  « La catéchèse doit pouvoir être ouverte à tous, oui mais.... il est clair que quelqu’un qui n’est pas baptisé ne peut aucunement être obligé à participer. Belle pirouette qui autorise de facto 70% d’élèves –voir plus haut- à tuer le sens premier  de ce qu’est un établissement catholique. Dire le tout et son contraire relève d’un certain talent. Bravo l’évêque de Versailles !)

Reste un dernier sujet, plus épineux encore : celui de l’attitude des établissements catholiques vis-à-vis des adultes musulmans qui y travaillent. « Nous nous sommes aperçus que se cachait parfois un certain racisme, constate Pierre Robitaille. Compte tenu de la législation, un établissement sous contrat ne peut refuser d’embaucher un enseignant musulman. Mais cela ne résout pas la question de sa participation au projet éducatif. Normalement, tous les membres de la communauté éducative y participent. Il s’agit donc plutôt d’un choix d’établissement : nous publierons sans doute une fiche avec des questionnements destinés à les aider à réfléchir.

Quelle naïveté ! Demander à un musulman de réfléchir sur le fait qu’il devrait faire un choix entre son activité et sa foi et se conformer au « normalement (sic) tous les membres de la communauté éducative y participe »)

            Je voulais vous donner mon exemple personnel lorsque j’ai assisté à une réunion des parents d’élèves d’un lycée privé catholique à Paris 6 ème. Les classes avaient été repeintes, pour ce faire, les peintres avaient retiré les crucifix. A l’réouverture des classes, après des vacances scolaires, les crucifix avaient disparu. En réunion de parents, je m’informe. Ou sont les crucifix ? La Directrice me répond qu’en raison du fait que certains élèves ne sont pas catholiques et afin de ne pas les perturber inutilement, ils ne seront sans doute pas remis. Je m’esclaffe, je proteste, par principe moi qui ne suis pas croyant mais, qui sait que mes filles auront une meilleure éducation que dans les lycées publics de mon quartier, ma déclaration se fait dans un silence total. Un seul parent sur plus de trente m’a approuvé. Ce qui m’a donné une idée du sens, de la forme et du courage de beaucoup.

 

Le commentaire d’une lectrice :

Parents clandestins hier, aujourd'hui "ils" revendiquent et  imposent leurs lois !

Ne parlons même pas des menus spéciaux qui doivent leur être servis à la cantine ou le refus d'étudier certaines périodes de l'Histoire de France, telle l'époque médiévale qui leur rappellerait les Croisades ! Comme d'habitude nos chers nouveaux concitoyens finissent par imposer leur religion à ceux qui les ont imprudemment accueillis !
Demain ils exigeront que des imams viennent leur prodiguer la bonne parole au sein même d'établissements catholiques, et nos ahuris d'évêques collabos applaudiront, comme pour leur soutien aux Roms, lesquels sont plus de 12 millions en Europe à vouloir venir rempailler nos chaises dans le supposé Eldorado français en voie de clochardisation à très court terme !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

El borak 17/09/2010 19:50



Je trouve qu'ils y en a beaucoup qui fantasment sur les nazis et ss, un petit sentiment de refoulement sexuel? mais mes pauvres amis quand vous verrez de vrais fachistes devant vous vous n'aurais
pas l'occasion de discuter, vous aller juste en prendre dans la figure et ensuite collaborer,si l'islamisation montante ne vous choque pas c'est que vous êtes vraiment autiste, mais enfin
l'agneau prêt à être égorgé n'est pas conscient de son proche trépas.


C'est marrant seul les étrangers dans ce pays on le droit de traiter les gens de sale blanc de merde, et ensuite de vous matraquer devant des trouillards comme vous dans un bus, mais ça c'est
normal ce n'est pas du fachisme, en fait vous vous déféquer dessus de trouille, peur que vos bagnoles brûlent ?vous vous frappez la tête en pensant à la guerre d'Algerie, et en pleurant votre
méa-culpa.


En fait vous descendez des collabos de 1940, c'est la mode comme comparaison en ce moment, demandez au 5 otages ce qui pensent des islamistes "branche Maghreb".


Combien y avait il de femme en burka il y a trente ans ? obsession ?


Combien de fois le plan vigipirate,niveau rouge était déclaré il y a trente ans? obsession?


Combien de drapeaux Français étaient arrachés et remplacés par des drapeaux Algeriens il y a trente ans ? obsession ?


Combien de chansons contenants nique la France,je veut buter les faces de craie il y a trente ans ? obsession?


Aller bonne nuit les autruches.


 



Dede le MP5 17/09/2010 12:28



C'est le propre des paranoiaques de filtrer la réalité pour la faire correspondre à leurs délires. Sans ces manifestations extreme de connerie religieuse vous iriez sans doute y voir un travail
de sappe plus insidieux de nos institutions sur le modéle des phantasmes de vos amis d extreme droite sur la franc maconnerie.


Je prefere encore les crapules de "faits et documents" et autre torchons fascistes que les crypto-nazis dans votre genre sans roubignoles.


A propos d'extreme droite je remarque que vous n'avez pas releve les accusations pourtant grave et documentées -vidéo à l'appuis- de vos amours fugitifs avec le tenebreux skinhead figure du
mouvement identitaire "Batskin" connu comme étant -rire en boite- un républicain comme vous les aimez, c'est à dire dans la droite lignée des Petain et LAvals.


Il est grand temps pour vous d'endosser le costume SS que vous gardez dans le placard depuis trop longtemps et d'entamer le marechal vous voilà que vous refrenez jusqu'au refoulement total.


 


J'attend aussi que vous nous expliquiez ce qui vaut à votre Furher sous amphet de president -il n'a jamais et ne sera jamais le miens- la meme disgrace etasuniene/vaticanesque/européenne que le
premier Milosevic ou Saddham Hussein venu pour sa politique raciale et raciste. Encore un complot bougnoule?



Willard Johnson 17/09/2010 11:53



Quiconque a une obsession trouvera toujours des éléments dans la réalité pour le confirmer. Discutez donc avec des évangélistes (qui sont loin, comme le croit M. Brazon, d'être dignes de
sympathie : ce sont d'authentiques fanatiques rétrogrades et dangereux et - soit dit en passant, puisque vous vous obsédez d'islam - la religion qui progresse le plus au monde, quitte à
marchander la distribution de bouffe à un affamé à sa venue à l'église), des témoins de Jehovah, des créationnistes ; allez faire un tour sur des sites antisémites où des cinglés prétendent que
les Juifs ont fui les tours le 11 Septembre 2001 ; vous trouverez aussi des révolutionnaires dans leur micro-niche qui croient encore que les ouvriers du monde vont se soulever ; il y a pire
encore : ceux qui croient que le monde est gouverné par une confrérie d'extraterrestres ayant pris forme humaine.


La croyance est bien ce qu'il y a de plus universellement répandu. C'est peut-être même à mes yeux ce besoin de croire, de se rattacher à des certitudes et de se tenir à l'abri du doute (et du
rire) philosophique(s) qui me semblent la chose la mieux partagée sur cette terre. Que cette croyance s'appelle nationalisme, laïcisme, islam, christianisme, régionalisme ou que sais-je encore.


Vous trouverez TOUJOURS des éléments de réalité pour  nourrir votre obsession. Et vous les trouverez d'autant plus aisément que, dominé(e) par cette obsession, vous rejetez tout ce qui la
contredirait, car cela ne vous intéresse pas et n'est, à vos yeux, que parole de gauchiste qui s'aveugle, de bien-pensant, de droit-de-l'hommiste et autres mots de votre glose doctrinaire bien
connu de qui vous regarde avec vos obsessions comme on observe des rats en cage.



muller marie-claire 16/09/2010 22:48



Voici ce que j'ai reçu de ACT OF AMERICA (ensemble d'avocats qui lutte contre l islamisation aux USA; désolé c'est en anglais mais les images parlent d'elles même:


http://www.peaceandtolerance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=129:
school-trip-to-moderate-mosque-inside-video-captures-kids-bowing-to-allah&catid=7:
our-statements&Itemid=39



Willard Johnson 16/09/2010 20:55



Ouais, grosso modo, "dehors les Bougnoules". Ben dites-le avec plus de franchise, dans ce cas ; ne soyez pas pleutres. Assumez.

Moi, autant je n'ai aucune envie d'un pays qui serait dominé par des fanatiques musulmans (chose qui me semble si hautement improbable que votre obsession me paraît maladive), autant partager la
France avec des Blancs comme vous ou des cas sociaux de mon voisinage, ou des gens comme Sardou ou Brazon -- me donne envie de fuir.

Et je ne comprends décidément pas cette obsession craintive et agressive des non-Blancs, que ce soit ou pas sous prétexte d'islamisation.



El borak 16/09/2010 19:35



De toutes façons la laïcité est la seule "arme" correcte pour contrer des gens qui veulent noyer le pays sous leur lourde religion invasive et intolérante.


La tolérence que l'on exige des Français est considérable face à la tolérance que les musulmans accordent aux athée et aux autres religions.


Surtout ces citoyens de souche Française qui habitent aussi ces "ghétto" rendus insalubre par le propre fait de ces "invités".


La laîcité est la manière polie d'expliquer que la coupe est pleine, ce qui est certainement mieux, que ce qui arrivera surement de la part de l'extrème droite dans un futur proche, et eux ne se
prendrons surement pas la tête avec des mots choisis.


 



Willard Johnson 16/09/2010 17:22



Le mot laïcité a une généalogie respectable : il renvoie aux luttes d’autrefois contre la droite cléricale et militariste. Mais le combat une fois gagné, le mot a perdu son emploi : l’affaire
était entendue, on ne se disait plus laïque, ou pas plus souvent que bouliste ou philatéliste.


C’est dans les années 1990 que soudain la laïcité a resurgi. La date n’a rien de fortuit : c’était le moment où les immigrés devenaient « un problème ». Et laïcité, mot magique, aidait grandement
à résoudre le problème. L’une des principales difficultés est que certains discours peuvent être difficiles à énoncer publiquement, par exemple : « Ce n’est pas qu’on vous déteste, ni qu’on
vous méprise. Même, on vous aime bien. Mais on préfèrerait que vous soyez moins visibles, que vous appreniez à nous ressembler. » Ou bien encore : « Nous n’avons rien contre le fait que vous
soyez parqués dans des ghettos. Mais il ne faudrait quand même pas que ces ghettos deviennent des repaires de communautaristes polygames et de fondamentalistes terroristes. » Ce seraient-là des
propos d’une louable franchise, mais on entend d’ici les criailleries des antiracistes bien pensants.


 


Alors, on sort du placard la laïcité. Son histoire lui confère une tonalité vertueuse, et c’est vertueusement qu’elle permet d’interdire le voile à l’école et la burka sur la voie publique, de
protester contre la construction de mosquées et de mettre en prison ceux qui, de l’autre côté des périphériques du pays, essaient de s’organiser. C’est également sur la laïcité que s’appuient les
féministes chic pour appuyer des lois scélérates au nom du « droit des femmes opprimées », tout en se souciant comme d’une guigne de celles, voilées ou pas, qui triment comme des esclaves pour
des salaires de misère dans des quartiers loin du VIe arrondissement de Paris.


 


Si l’hypocrisie est l’hommage du vice à la vertu, la laïcité est l’hommage du racisme à la fraternité humaine.


 


Éric Hazan



Francis CLAUDE 16/09/2010 16:55



en fait ils ont raison puisque seule une poignée de Français est révoltée contre cette colonisation a l'envers. dans une école Catholique comment déja accepte on des musulmants(et qui paye ces
frais d'école ils sont tous aux crochets de l'etat) qui font tout pour détruire toutes les autres religions. et ne fait on pas de priére catholiques  dans ces dits etablissements? non
c'est bien fait pour nous les veaus Français