Les flux migratoires vont devenir torrentiels

Publié le 18 Octobre 2012

Boulevard Voltaire
Entretien réalisé par Robert Ménard et Emmanuelle Duverger

BV. Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, a évoqué la dépénalisation du cannabis. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

JMLP. Cela démontre le désordre des esprits, dans le Gouvernement et la majorité. Il a d’ailleurs été remis sur les rails — assez brutalement — par Jean-Marc Ayrault. Faut-il rappeler la phrase de Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ou bien ça démissionne… » ? En outre, le raisonnement de Peillon est tout à fait absurde. Dans la même logique, on peut dire qu’il n’y aurait pas d’attaques de banques si les bandits étaient autorisés à se servir dans les caisses…

Le fait que ce soit un ministre qui parle de dépénalisation, qu’est-ce que cela signifie ?

C’est une aberration. La gauche française reste largement imprégnée de l’esprit soixante-huitard. Le Parti socialiste n’est pas social-démocrate. C’est un parti composite qui n’a pas renoncé à l’héritage anarchiste libertaire de 68.

À peine six mois de mandat : les quatre ans et demi qui restent vous inquiètent ?

Je ne crois pas que nous irons jusqu’au bout de cette législature. Elle ne me paraît pas avoir un dynamisme suffisant. C’est comme un vélo : s’il ne roule pas assez vite, il commence à godiller avant de tomber. La faiblesse de la gauche, c’est qu’elle n’est pas animée d’une vue commune : François Hollande, Jean-Marc Ayrault, les divergences des différents ministres, les Verts, le Front de gauche… difficile de trouver la ligne directrice !

Les Français semblent être une majorité à dire non, aujourd’hui, à l’adoption par des couples homosexuels. Quant au mariage…

On a vu ça où ? Dans le sondage de l’IFOP ? Qui a dit que les Français étaient favorables ou non au mariage homosexuel ou à l’adoption par des couples homosexuels ? C’est complètement bidon ! La seule manière de le savoir serait d’organiser un référendum, sauf à admettre que la France est gouvernée par les sondages. Or, les sondages disent généralement ce que veulent entendre les gens qui les financent… Cette méthode de gouvernement est fallacieuse et insupportable.

Il faut organiser un référendum sur le sujet ?

Non, car il s’agit d’une préoccupation secondaire. Une question de principe, certes, mais il y a tellement plus grave…

L’avenir de la famille ne vous semble pas quelque chose d’important ?

Il ne sera pas remis en cause si on n’introduit pas de choses nouvelles, si on maintient ce qui existe. C’est la novation qui peut remettre en question l’avenir de la famille. Et dans ce cas précis, la novation n’est pas utile. Il n’est pas nécessaire de débattre de ce problème et de le faire venir au premier rang des préoccupations, sauf si on veut masquer la réalité au peuple et le faire parler de choses d’intérêt secondaire. L’intérêt secondaire étant ici la satisfaction d’une minorité d’homosexuels qui souhaitent se placer dans les liens du mariage. Bref, une vaste opération d’enfumage. On parle de sujets sans importance par rapport à ceux dont on devrait parler, comme celui de l’immigration massive et de ses conséquences dramatiques pour l’avenir de la France, de la paix civile, de la sécurité, voire de l’existence même de notre pays.

Vous êtes d’accord avec Renaud Camus quand il parle de « grand remplacement »  ?

Entièrement. On assiste actuellement à une substitution de fait de la population, dont les échéances vont être bien plus proches qu’on ne l’imagine. Car, derrière les chiffres que l’on s’évertue à masquer, il faut également prendre en compte la moyenne d’âge : la population d’origine étrangère est beaucoup plus jeune et donc en âge de procréer, de se reproduire bien plus que nous. C’est d’ailleurs un phénomène qui ne touche pas que la France, mais tout le continent boréal : de Brest à Vladivostok.

Dans ce cadre-là, que penser du vote des étrangers aux élections locales ?

Il est symbolique — il faut donc s’y opposer pour une question de principe —, mais il est dérisoire. Il ne représente aucun danger car ces gens-là ne voteront pas. Ils n’iront pas s’inscrire sur des listes électorales qui les désigneront comme « étrangers ». C’est beaucoup moins grave que les 750 000 naturalisations effectuées par Monsieur Sarkozy durant sa présidence. Les conditions géo-politiques dans le monde sont telles que les flux migratoires vont devenir torrentiels.

Par conséquent, les pays qui n’auront pas pris la précaution de se mettre à l’abri de ces torrents, de s’en défendre, sont condamnés à être submergés.

Et donc, dominés.

Jean-Marie Le Pen, le 17 octobre 2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article