Les fonctionnaires plus mal traités que sous Sarkozy?

Publié le 2 Février 2013

Par Ivan Best
Dans la lignée de la politique du gouvernement précédent, le gel du point d'indice bloque le pouvoir d'achat des fonctionnaires. S'y ajoute la suppression de l'exonération sociale et fiscale des heures supplémentaires. Résultat une perte de pouvoir d'achat pour près de 700.000 fonctionnaires.

Pas une ligne... dans son rapport sur « l'état de la fonction publique et les rémunérations », annexé au projet de budget 2013, le gouvernement parvient à ne pas écrire une ligne sur sa politique de rémunération des fonctionnaires. Le signe, à l'évidence, d'une certaine gêne. Elle s'explique aisément. Car le gouvernement Ayrault reprend à son compte la politique de Nicolas Sarkozy: comme cela s'est fait depuis 2011, il gèle le point d'indice de la fonction publique, dont dépendent les rémunérations des agents. 
Le député PS Jean-Louis Gagnaire, rapporteur du budget de la fonction publique, résume sobrement la problématique: « la stabilisation sur la période 2013-2015 des dépenses de l'État, hors dette et pensions, impose le maintien sans augmentation, de cette valeur, hautement symbolique (du point d'indice) » écrit-il dans son rapport.

La masse salariale contenue
De fait, ce gel permet d'éviter toute hausse de la masse budgétaire consacrée aux rémunérations. « A périmètre constant, la masse salariale de l'État hors pensions s'établit à 80,6 milliards en 2013, contre 80,4 milliards en 2012, soit une quasi-stabilisation de ces crédits (+ 0,2 % en valeur) » relève le rapport.
Qui cherche à justifier la politique conduite : « il convient de rappeler que l'augmentation du point d'indice, si elle constitue un signal collectif fort pour tous les agents, profite davantage aux rémunérations les plus élevées. À ce titre, le Rapporteur spécial estime préférable un système d'attribution de points différenciée. Le coût d'une mesure d'augmentation générale du point serait en outre très lourd pour les finances publiques, sans que l'avantage individuel soit à la mesure de cet effort. À une augmentation du point de 1 %, correspond une dépense supplémentaire de près d'1,5 milliard d'euros pour les finances publiques. »

Pas de perte de pouvoir d'achat, sauf...

Cela signifie-t-il que les fonctionnaires perdent du pouvoir d'achat ? Le gouvernement assure que ce n'est pas le cas. Car les fonctionnaires bénéficient de hausses de leur traitement en fonction de leur avancement (le fameux Glissement vieillesse technicité qui représente +2% l'an). Et pour ceux sont l'évolution de carrière ne couvre pas la hausses des prix, une garantie individuelle de pouvoir d'achat a été instaurée par le gouvernement Fillon.
Rien de plus n'a été accordé par le gouvernement actuel.... Qui a plutôt retiré du pouvoir d'achat à certaines catégories, en annulant l'exonération fiscale attachée aux heures supplémentaires ainsi que l'exonération de cotisations sociales, qui représentait 13,76% du salaire brut.

2.299 euros annuels d'heures supplémentaires à nouveau imposées 
« Les heures supplémentaires au sein de l'État sont principalement effectuées par les enseignants » souligne le rapport Gagnaire. « D'autres catégories de personnel en réalisent dans une proportion significative (policiers, personnel pénitentiaire, chauffeurs, certains agents de catégories C et B). Sur le champ des dépenses de personnel de l'État, 1,529 milliard d'euros ont été versés au titre de l'ensemble des heures supplémentaires en 2011, contre 1,495 milliard d'euros en 2010 et 1,431 en 2009, soit une hausse de 4,5 % entre 2009 et 2010 puis une nouvelle hausse de 2,3 % entre 2010 et 2011 ». Pas moins de 680 826 agents, soit près d'un tiers des fonctionnaires d'Etat, ont réalisé des heures supplémentaires entrant dans le cadre de la loi TEPA en 2011, pour un montant total de près de 1,6 milliard d'euros, soit 2 299 euros par bénéficiaire d'heures supplémentaires (hors militaires et enseignement privé sous contrat). « Les principaux bénéficiaires restent les agents du ministère de l'Éducation nationale tant en termes d'effectifs (58 %) qu'en termes de montants versés (66 %), loin devant le ministère de la Justice et le ministère de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités territoriales » relève le rapport.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Marie-claire Muller 02/02/2013 18:53


CNN se paye François Hollande


1 février 2013 | Classé dans: France,Présidence Hollande | Posté par: Jean-Patrick Grumberg



 
in Share2


 





« En huit mois de pouvoir, Hollande n’a pratiquement rien fait ! » attaque bille en tête le professeur de politique John Gaffney, co-directeur du Centre Aston pour l’Europe à
l’université Aston en Grande Bretagne.



Il est comme un petit lapin paralysé par les phares des voitures qui arrivent sur lui – et les voitures s’appellent « les dures réalités économiques »



CNN : « La France est le 5e plus riche pays au monde, le 6e exportateur mondial. Il a le second plus grand réseau diplomatique après les USA. Il est membre du conseil de sécurité. Il est le
pays le plus visité au monde – 82 millions de touristes en 2012. C’est une puissance nucléaire majeure. Le vrai fondateur de l’Europe…. et il est dans un gros caca. »


CNN : « Hollande a trois problèmes fondamentaux :


Son premier problème : Il n’a aucun plan.


Des dizaines de milliers de français perdent leur travail chaque semaine et ça va être de pire en pire (JPG : et tout ce qu’il trouve à faire, c’est imposer le mariage pour tous). La France est
en plein crise budgétaire : la sécurité sociale, les retraites, la dette qui atteint 90% du PIB, et il n’a pas mis en place la moindre petite mesure adéquate, et n’en a même pas proposé une seule
– en 8 mois.


Son second problème : Personne ne croit plus ce qu’il dit !


Il a promis qu’il règlerait tous les problèmes de la France sans difficulté et en taxant les plus riches. Il n’a fait ni l’un ni l’autre, alors il taxe tout le monde. Il n’a pas le courage
politique de faire sauter les verrous qui bloquent la société : rendre l’industrie plus compétitive, réduire les dépenses de l’état (JPG : et non pas la partie qui est redistribuée aux français).
Il ne fait rien de tout cela parce qu’il prendrait de front l’énorme secteur public, c’est à dire ceux qui ont voté pour lui.


Son troisième et plus gros problème : il ne comprend pas son métier.


S’il comprenait, il pourrait peut-être trouver des solutions. Dans son message de nouvel an, il s’est présenté comme le capitaine du navire. Dire qu’il l’est, ça ne suffit pas. Il faut qu’il le
soit. La présidence de la république française est un poste hautement complexe, un mélange de politique et de symbole, mais fondamentalement, c’est un poste de leader (JPG : que n’est pas
Hollande) et non de suiveur…


Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les
nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.


Aucun autre président n’a été aussi puissant que François Hollande, ajoute John Gaffney pour terminer.


Les socialistes contrôlent la présidence, le gouvernement, les deux chambres, les régions, la capitale, les grosses villes, les médias – et la justice, qui a appelé sans honte à voter
Hollande piétinant ainsi la séparation des pouvoirs, lui est inféodée.

Il devrait réformer le système bancaire, encourager l’innovation, encourager la création d’entreprise, régler le problème oublié des miséreux des grandes villes, et il n’a pas besoin pour
cela de se convertir au libéralisme intransigeant.

Il devrait se concentrer sur les jeunes qui veulent entreprendre. S’intéresser à aider les petites entreprises.

Eloigner la France de sa maladie à tout régenter, tout réguler, ce qui asphyxie l’innovation.



Mais par dessus tout, il devrait utiliser sa présidence pour faire preuve d’un minimum d’imagination :


Pour commencer, il pourrait établir une communication directe avec les Français. Aucun autre poste au monde, même celui de président des Etats Unis, n’offre cette opportunité d’intimité entre
le président et la population.

Il devrait utiliser la voie du référendum pour établir un dialogue qui mène vers le changement et l’innovation. Si les bénéficiaires des avantages acquis bloquent tout, qu’il fasse intervenir
le peuple !

Avec l’aide du référendum, il pourrait briser toutes les impasses dans lesquelles se trouve la France, au lieu de chercher à faire plaisir à presque tout le monde.


En fait, il devrait avoir un plan qui rend tout le monde furax : les français adoreraient ça !



Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info


http://edition.cnn.com/2013/01/14/opinion/opinion-gaffney-hollande-leadership/index.html

Claude Germain V 02/02/2013 16:45


Que nos braves fonctionnaires ( entre 6 et 8 millions en France ) se taisent et rasent les murs , la majorité ,celle qui nourrit les syndicats parasites , n'a qu'a sen prendre a elle meme et se
demerde , ILS ONT VOTE HOLLANDE ................

mika 02/02/2013 15:16


C'est vrai, mais que dire de ceux du privé !


A fonction égale, 377 euros de moins sur le salaire et une Retraite calculée non pas sur la moyenne des 6
derniers mois mais des 25 meilleurs années... quand ils ont eu la chance d’échapper au chômage.



http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/3433-fonctionnaires-reclament-hausse-salaires-manifestations