Les forces islamiques qui menacent Israël de toutes parts

Publié le 17 Novembre 2012

Cette galaxie islamo-djihadiste qui menace Israël

Ces européens qui soutiennent les palestiniens de Gaza sont complices de terroristes islamo-djihadistes. Sous de faux prétexte humanitaires ils soutiennent en fait le Djihad international contre l’Occident car les ennemis d’Israël sont les mêmes que ceux qui veulent conquérir l’Europe, l’islamiser et imposer la Charia.

Quelques explications sur les diverses factions islamistes présentes à Gaza, sponsorisées par des pays musulmans et qui rivalisent dans l’escalade militaire contre Israël. 

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, est débordé par des ultras soutenus par l’Iran.

 

Plusieurs factions gazaouies sponsorisées par des pays musulmans rivalisent dans l’escalade militaire contre Israël.

• Le Hamas

Issu de la confrérie des Frères musulmans, le parti gère la bande de Gaza depuis qu’il en a ravi le contrôle par la force, en 2007, à l’Autorité palestinienne. Ces derniers mois, l’Iran lui a coupé son aide financière (500 millions de dollars versés chaque année) en riposte aux critiques des dirigeants du Hamas en exil à Damas, opposés à la répression des opposants menée par Bachar el-Assad.

Pour boucler ses fins de mois, il doit désormais se retourner vers ses sponsors égyptien et surtout qatarien. Mais depuis la dernière opération israélienne à Gaza, en janvier 2009, sa branche militaire a largement renouvelé ses stocks.

Grâce à l’Iran, la portée et la sophistication des missiles du Hamas se sont considérablement renforcées au point d’atteindre désormais Tel-Aviv. Outre des roquettes Katioucha, l’arsenal du Hamas compte des missiles Grad et Fajr, ainsi que la version irano-chinoise de la Katioucha (à plus longue portée). Pour se préparer à une guerre souterraine, comme celle que mena le Hezbollah à Tsahal en 2006 au Liban, ses unités combattantes ont été équipées d’un système de communication sophistiqué et leurs missiles d’un système de guidage fourni par l’Iran.

Le Hamas dispose également de cadres formés aux engins explosifs improvisés, qui provoquent de lourds dégâts contre des convois militaires. Avant sa rupture avec Téhéran et Damas, le Hamas envoyait chaque année en formation des dizaines, voire des centaines, d’activistes en Syrie et en Iran. Ses combattants suivraient également des instructions au Soudan, pays que Tsahal visa à plusieurs reprises, ces dernières années.

Fin 2011, les renseignements nigérians interceptèrent treize conteneurs d’armes iraniennes destinées au Hamas, camouflées en matériaux de construction. Les pièces détachées de missiles sont acheminées à Gaza via les tunnels de contrebande qui s’ouvrent sur le Sinaï égyptien.

• Le Djihad islamique

C’est lui qui a revendiqué le tir de missiles Fajr 5 de fabrication iranienne qui, pour la première fois jeudi, a atteint Tel-Aviv.

Le Djihad est la formation palestinienne la plus proche de l’Iran, mais sa capacité de nuisance est beaucoup plus faible que celle du Hamas. Il n’a rompu ni avec l’Iran ni avec la Syrie. Sévèrement touché par les sanctions internationales, Téhéran lui a toutefois restreint son aide financière depuis 2009.

Il n’a plus revendiqué d’attentat contre Israël depuis 2008, concentrant ses efforts sur des tirs de roquettes contre l’État hébreu. Ce qui contraignit le Hamas à agir contre lui, entraînant ces derniers mois une nette détérioration de leurs relations. Poussé par Téhéran et Damas, le Djihad compte profiter de la crise pour durcir sa posture face au Hamas, afin d’apparaître comme le fer de lance de la guerre contre «l’ennemi israélien».

 

les factions islamistes A Gaza

les factions islamistes A Gaza

• La mouvance djihadiste

Elle a prospéré après la lutte fratricide à laquelle se sont livrés le Hamas et l’Autorité palestinienne, après 2007. Une demi-douzaine de groupuscules (Armée de l’islam, Compagnons d’Allah) rassemble quelques centaines de membres.

Ils recrutent à partir des déçus du Hamas, devenu gestionnaire de la bande de Gaza, et marginalement auprès d’étrangers qui y pénètrent, via les tunnels. Ces groupes se réclament d’al-Qaida, mais aucun d’entre eux n’a encore été adoubé par son chef, Ayman al-Zawahiri. Ils auraient acquis des roquettes parvenues à Gaza après les razzias effectuées dans les stocks de Kadhafi, l’an dernier, après sa chute. Ils reprochent au Hamas de les freiner dans leurs tirs contre Israël.

L’Iran est accusé d’avoir profité du relâchement de la surveillance de l’armée égyptienne sur le Sinaï pour y aider des groupes djihadistes ayant des relais dans certains camps de réfugiés de la bande de Gaza.

Par Georges Malbrunot

Europe-Israel.org

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

DURADUPIF 17/11/2012 22:15


Mais que fait le Vatican, quand il apprend que des musulmans de la RATP égorgent ses ouiallles  ? Il réfléchit à Vatican III, nous dit-on ! On est à se demander s'il ne faut pas réssusciter
Borgia ?

Dorothee13 17/11/2012 21:06


Et pour finir, un excellent article sur FIP de Franck Dupont, "HALTE A L'INVASION", décrit bien que le danger sera ISRAEL et le HAMAS, et celui qui est installé et attendant bien sagement à
l'intérieur de notre pays.

Dorothee13 17/11/2012 21:02


La revue britanique The Economist a bien montré la France avec ces baguettes, mais a oublié de mettre la mèche au dessus de ces baguettes, l'image aurait plus objective, entre l'économie qui bat
de l'aile, et l'ouverture tout zazimut à la perversité culturelle, nous sommes bien assis hélàs sur une bombe à retardement.