Les français au bord de l'explosion. Par Thierry Desjardins

Publié le 3 Mars 2013

Par Thierry Desjardins proposé par Nancy Verdier

Jusqu’où un président, « normal » ou pas, peut-il dégringoler dans les sondages ? Jusqu’où un taux de chômage peut-il monter ? Jusques à quand va-t-on assister à cette déliquescence générale du pays avec des citoyens de plus en plus mécontents et un pouvoir de plus en plus inexistant ?

François Hollande vient encore de perdre cinq points dans les enquêtes d’opinion. Il n’y a plus que 30 % de nos concitoyens à lui faire (plus ou moins) confiance. Ce qui veut dire que 70 % des Français ne veulent plus de lui. C’est un record absolu pour un président après seulement 9 mois de règne.

Le nombre des Français au chômage va dépasser les chiffres les plus catastrophiques de l’histoire de la Vème République, avec 3.169.000 chômeurs. Et encore en ne tenant compte que de la catégorie A, car si on ajoute les catégories B et C (salariés ayant pu travailler quelques heures au cours du mois), on arrive à 4.967.500 Français « à la recherche d’un emploi ». Et ce ne sont pas les nouvelles prévisions de croissance, 0,1%, qui permettent d’espérer la moindre amélioration du marché de l’emploi.

Face à cela, on a un gouvernement et une majorité les bras ballants, tétanisés par leur impuissance, leurs échecs, leurs doutes.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, va bientôt atteindre le niveau d’impopularité d’Edith Cresson, et tous les « ténors » de son équipe se sont déconsidérés les uns après les autres, de Montebourg qui voulait nationaliser Arcelor-Mittal à Moscovici et Cahuzac qui affirmaient qu’il n’y aurait aucune augmentation d’impôts, en passant par Sapin qui jurait ses grands Dieux que la courbe du chômage serait bel et bien inversée au cours de l’année.

Sans parler de Le Drian qui avait déclaré solennellement qu’il n’y aurait aucune troupe française « au sol » au Mali ou de Fabius qui, lui, annonçait que les troupes en question (qui étaient bel et bien « au sol ») commenceraient à évacuer le Mali dès la fin mars. Manuel Valls qu’on présentait déjà comme le successeur d’Ayrault à Matignon rase maintenant les murs devant la montée de la délinquance et il y a peu de chances que Christiane Taubira reste bien longtemps « la Madone » qu’elle fut aux yeux de la gauche pendant le débat sur le mariage des homosexuels.

L’anti-sarkozisme n’est plus un argument depuis longtemps et « l’héritage » n’est plus une excuse. Hollande est désormais le seul responsable. C’est « sa » politique, et elle seule, qui aggrave la situation. C’est lui qui fait fuir les investisseurs, qui décourage les entrepreneurs, qui oblige les classes moyennes à réduire leur consommation et qui plonge davantage encore les défavorisés dans la misère.

On dira que « c’est la crise ». Mais il est payé pour y faire face et il nous avait d’ailleurs dit qu’on en sortait. On dira que c’est l’Europe qui lui impose l’austérité. Mais il nous avait affirmé qu’il saurait refuser les diktats d’Angela Merkel, et d’ailleurs un président de la République française n’est- en principe - ni aux ordres des technocrates de Bruxelles ni à ceux des agences de notation.

Tous les « trucs » qu’il nous avait présentés comme des solutions-miracles se sont déjà perdus dans les marécages des promesses fumeuses. Personne ne croit en son « Pacte de compétitivité » ni en son « Crédit d’impôt ». Personne ne veut de ses « Emplois d’avenir » ni de ses « Contrats de génération ». Tout cela n’est que « du pipeau » et ce n’est pas avec ce pipeau-là qu’il va pouvoir charmer le serpent de la crise.

Il s’imagine que la déconfiture actuelle de l’UMP va lui donner encore de longs mois de tranquillité pour peu qu’il taxe de « populisme » aussi bien son extrême-gauche que l’extrême droite. Il ne se rend pas compte qu’à force d’être au bord du gouffre, les Français sont au bord de l’explosion.

Tout le monde rend aujourd’hui hommage à Stéphane Hessel et à son petit livre au succès planétaire « Indignez-vous ». On oublie de préciser qu’après son appel à l’indignation, le vieil homme avait aussi écrit «Engagez-vous » et « A nous de jouer ». Certes, on peut contester bon nombre de prises de position d’Hessel mais il avait raison en prônant l’indignation et, plus encore, en affirmant que cette indignation devait conduire à l’engagement car c’est, en effet, « A nous de jouer ».

Aujourd’hui, dans cette ambiance délétère et presque pré-insurrectionnelle, les Français sont indignés mais ne savent pas encore où s’engager et quel jeu jouer. 

Thierry Desjardins ("à la une")

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Yves IMBERT 05/03/2013 09:26


Le général Lalane Bertoudicq, ancien patron du 3e REI,  me paraît un bon chef pour faire Camerone face aux islamo-marxistes cela me permettra de reprendre les armes et finir comme je l'ai
toujours souhaité

raymond 04/03/2013 09:33


je suis tout a fait d'accord avec "aupied" de toutes facons ,tout cela va se tranformer en violence et ce sera bien grace a cette equipe de cretins qui sont au "gouvernement" avec guignolhande a
sa tete,,que represente aujourdhui cette gauche de merde completement inutile  a part vivre grassement du travail et  du sang des Francais,mais bon Dieu qu'attends la FRANCE pour se
reveiller et foutre tout ca a la potence

aupied 04/03/2013 03:24


Oui, les Français ont au bord de l'explosion , un jour tout cela partira en vrille , et cette fois je pense , que ce seras grave . Les Français en on marre s des  hollande , ayrault et
compagnies(  et surtout ne me parlait de taubira) pour arrivez a quelque choses il faut un soulévement ( prendre L'Elysée avec ses occupants en otages , comme nous , nous sommes pris par ce
gouvernement de merde )virer tout les étrangers de France ( nés ou non  français , la preuve ils ne respectes pas le pays qui a accueilli leurs parents quand ils étaient dans la merde dans
leurs propres pays , avec le risque d'êtres égorgées , ce qui se pratique aisément là-bas) , nos entreprises reviendrons en France et les Français retrouverons la fièrté de dirent je suis
FRANCAIS , sortons de l'europe et de l'euro et nous redeviendrons un pays libre et non plus sous domination étrangéres , il faut faire comme en mai 1968 , mais là ses la population entiére qui
doit se battre 

Pouf 03/03/2013 22:34


Vous n'allez quand même pas reprocher à FH qui n'aime pas les riches, d'aimer les pauvres...et donc de prendre des mesures pour les multiplier...


C'est triste à dire et à vivre mais il est cohérent quelque part !...et après tout, les Français ont l'air d'apprécier puisque personne ne bouge !

Claude Germain V 03/03/2013 22:16


Qui sont les CRONS qui ont decreté 3.200.000 chomeurs , puisque quelques mois avant son depart l 'UMPS COLLABO DE SARKOZY en avait reconnu officiellement autours de 5.200.000 ; ce qui veut dire
qu'en realité il y a en Francarabia au moins 7.500.000 chomeurs et precaires . C'est ce qu'avait reconnu deja l'IFRAP du temps de Chirac le gauchiste ..... Alors pourquoi ce mensonge qui cache en
realité une verité EXPLOSIVE ...sans parler des 3 ou 4 ou millions d'immigres qui ne justifient plus de leurs presences en Francarabia .... ( Francarabia veut dire simplement france offerte aux
arabes selon Sarkozy )...

FRANHENJAC 03/03/2013 22:04


S´il vous plaît, essayez d´éviter d´avoir recours dans vos articles à cet être abject qu´était et restera He SS el, ce nom en fait vomir pas mal !


Laissez le "au diable" !