Les français avancent, le gouvernement recule... cher Théodule ? par Gérard Brazon

Publié le 5 Février 2014

Gerard-Brazon-FN.jpg par Gérard Brazon 

De toutes parts on peut entendre que le gouvernement recule devant la rue, devant « l’ultra droite » comme le dit Julien Dray, cet ex gauchiste maoïste. La radio RMC ne dit pas la marque de montre de luxe à 30 000€ que ce donneur de leçons avait au poignet. (Le train de vie luxueux de Julien Dray - L’EXPRESS)

Noël Mamère (islamophile) hurle à la trahison et refuse que la gauche renonce à cette réforme de la famille et lui aussi parle de trahison. Il rend responsable les « réactionnaires » entendez par là, les familles, les manifestants des trois dernières manifestations que ces gens qualifient sans honte de fascistes. J’aurais aimé les entendre hurler de la même manière lorsque des grévistes menaçaient de polluer la seine, de faire exploser des usines. Les revendications pour la gauche sont à géométrie variable. D’ailleurs, comme cette gauche perd pied sur le terrain des revendications ouvrières et n’a plus que les syndicats gauchistes de type CGT et SUD pour la soutenir, elle favorise l’immigration de repeuplement allant à l’encontre de ce que disait Georges Marchais autrefois.

Ils rendent responsables le gouvernement qui en fait, ne fait qu’un pas en arrière sur ce texte de loi sur la famille. Ce texte sur la famille reviendra, nous le savons. Tout n’était pas mauvais dans ce texte d’ailleurs comme la place des beaux-parents. Mais les responsabilités reviennent de droit à ce gouvernement par le fait que si ce texte avait été présenté avant celui du mariage pour tous, il aurait été adopté aujourd’hui.

Les familles ont parfaitement raison de ce méfier des socialistes qui avancent toujours masqués et placent leurs pions. Aujourd’hui, ils pourraient promettre la soupe populaire pour tous, des tonnes d’or, voir la Lune, plus personne ne les croit et avec raison. « La trahison est son nom ».

Mais la droite n’a pas à crier victoire car elle est coresponsable de la situation déplorable dans laquelle la France se retrouve.

La gauche comme cette pseudo droite d’ailleurs, les politiciens en général, prennent les français pour des imbéciles. Beaucoup d’observateurs de la vie publique se demandent légitimement, si les français n’ont pas une mémoire de poisson puisque nous voyons depuis 40 ans, les mêmes politiciens détruire notre pays la France et qu’ils sont à chaque fois réélus. Même le général De Gaulle serait condamné devant la 17 iém chambre de Paris « pour incitation à la haine ».

Aujourd’hui, je crois, j’espère que les Français se réveillent et réalisent peut-être comme en 1940, que leur vie change en profondeur. Certes, il n’y a pas de drapeaux nazis sur les frontons des Mairies même si l’on a pu voir dans l’indifférence médiatique et policière, des « richesses de la France » remplacer le drapeau français par le drapeau algérien sur le fronton de la Mairie de Toulouse.

Ils réalisent que leur environnement change également. De voiles islamiques en hidjabs, de salles de prières en  mosquées, de mosquées en minarets, de lois sociétales en lois sociales, leur mode de vie change et ils sont invités et souvent brutalement à faire de la place aux immigrés de fraîche date ayant souvent, plus de droits que les français de souche. Les « face de craie » ne sont plus chez eux et ne peuvent même plus le dire sans être taxé de racistes.

Demain ce sont les villages de France qui vont connaître les évolutions que subissent aujourd’hui nos grandes villes, nos régions comme l’Île de France. Tous les français de province venant à Paris réalisent, en prenant les transports en commun, qu’ils sont minoritaires en tant que français de souche. Qu’ils ne comprennent pas les langues parlées par leurs voisins et pire, qu’ils sont considérés comme des étrangers chez eux.

Nous sommes à la croisée d’un chemin qui sera vital pour notre pays. La charte des langues régionales est un coup supplémentaire contre cet édifice qu’est la Nation France.

La destruction de la famille comme mode de fonctionnement et d’accueil de l’enfant, le refus que celle-ci soit la source de l’éducation à la vie en société est aussi une réalité.

Pressions de l’Union européenne par l’application de directives antinationales (immigration, langues régionales, etc.) pression sociétales sur les familles, destruction de l’appareil de production, éducation nationale au service d’une dictature socialisante, destruction de notre roman de l’histoire en gommant nos repères, nos personnages historiques, etc.

Les français se réveillent-ils vraiment ? Nous le verrons lors des prochaines élections municipales et européennes.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article