Les Frères Musulmans “crucifient” les opposants et attaquent les Média laïques. Traduction Nancy verdier

Publié le 20 Août 2012

par Raymond Ibrahim

Investigative Project on Terrorism 
August 15, 2012

 

 

photo 5281BTraduction Nancy Verdier

La semaine dernière en  Egypte, quand les partisans des Frères Musulmans  ont terrorisé les media laïques,  plusieurs sites arabes comme  Arab News , Al Khabar News , Dostor Watany , et Egypt Now ont rapporté que des gens avaient été « crucifiés » . Voici l’extrait concerné (traduit depuis l’arabe par Raymond Ibrahim):

‘Un correspondant au Caire de Sky News Arabe a confirmé que des manifestants  membres des Frères Musulmans s’en sont pris à des opposants au Président égyptien Mohammed Morsi,  en les crucifiant nus à des arbres en face du palais présidentiel, tandis qu’ils commettaient des sévices sur d’autres. Egalement, des partisans des Frères Musulmans ont bouclé les accès des locaux de production de la chaîne  ‘6 octobre’ (un média important dans la région du Caire) où ils ont attaqué plusieurs journalistes très connus.’

 

216.jpgLes Forces de Sécurité se portent au secours de l’une des victimes de l’acharnement des partisans des Frères Musulmans. (de Dostor Watany).

Les faits relatifs à ces violentes attaques  - à la fois en face du palais présidentiel et dans les locaux de grands medias – ont été largement couverts par la presse. Un reportage du 9 août par  El Balad , un site web très suivi en Egypte, fournit les détails suivants :

Mercredi dernier 8 août "des milliers de partisans des Frères Musulmans”  ont attaqué les locaux de 6-Octobre, ont frappé Khaled Salah, le rédacteur en chef du journal privé et laïque Youm 7, ont empêché  Yusif al-Hassani, un directeur de programme de On TV de pénétrer dans le bâtiment et d’une manière générale  « ont terrorisé les employés »

El Balad ajoute que les partisans de Tawfik Okasha, un autre opposant au Président Morsi—celui-même qui avait largement diffusé une vidéo (graphic video) d’un apostat musulman égorgé aux cris de "Allahu Akbar"—se sont rassemblés autour du palais présidentiel  et se sont retrouvés encerclés par des partisans des Frères Musulmans qui les ont  "attaqués à coups de  cannes, de couteaux, et de cocktails Molotov, en ont crucifiés certains à des arbres ce qui a conduit à la mort de deux d’entre eux , tandis que des dizaines d’autres ont été blessés. "

Loin de condamner les terroristes,  l’Université Al Azhar,  l’Institution Islamique qui fait autorité en Egypte, a simplement lancé une fatwa (a fatwa)  appelant à plus de violence et de répression, et a déclaré que « combattre les opposants aux manifestations islamiques de la Confrérie prévues le 24 août est une obligation religieuse »  

La plupart des sites arabes mentionnés plus haut  remarquent que ces attaques font partie de la campagne des Frères Musulmans pour intimider et ainsi censurer les médias laïques d’Egypte et les empêcher de publier le programme islamiste de la confrérie, ce que Youm 7, On TV et Okasha font quotidiennement. [A noter : cette dernière chaîne a été récemment fermée en dépit des précédentes assurances  de Morsi “qu’aucune station ni aucun média ne serait fermé sous ma présidence” previous reassurances ]

Ces menaces ne sont pas nouvelles; déjà en avril dernier, une organisation du nom de “Jihad pour nettoyer le pays”( "Jihad Group to Cleanse the Country") avait menacé ces médias de « punitions douloureuses et sévères » . Apparemment, à présent que Morsi est devenu le maître d’Egypte, les menaces deviennent une réalité, et du même coup les promesses sont rompues.

Et ces menaces sont suivies d’effet. Sky News qui fut le premier à relater les crucifixions a retiré son article original - bien que l’URL apparaisse toujours à l’adresse avec les mots arabes pour « contestataires crucifiés en face du palais présidentiel d’Egypte »  ( still appears )

On pourrait arguer que Sky News a retiré l’article parce qu’il s’était révélé infondé, on peut également arguer qu’il s’est auto-censuré de peur d’être le prochain sur la liste de la campagne de terreur  contre les médias.

En réalité, il y a peu de raison de douter de la véracité de cette histoire de crucifixion.   La crucifixion des opposants par les milices islamiques est un trait habituel du monde musulman.
Des cas récents ont été signalés :

-        En Côte d’Ivoire où deux frères chrétiens ont été crucifiés dans les mêmes circonstances par les partisans d’un président musulman qui avait évincé un chrétien ( two Christian brothers were crucified);

-        En Indonésie où des séparatistes islamistes ont crucifié un de leur frère musulman accusé d’être un informateur de l’armée.(Islamic separatists crucified a fellow Muslim);

-        Et en Irak où des musulmans ont crucifié des enfants chrétiens (Muslim militants crucified Christian children)

217.jpg

 

En outre, ceux qui ont été crucifiés en Egypte l’ont été selon la loi coranique qui indique précisément qui mérite d’être crucifié. Selon Allah, « Les seules punitions envers ceux qui mènent la guerre contre Allah et Son  Messager et qui s’efforcent de mener des actions néfastes  dans le pays sont celles-ci : ils seront assassinés ou crucifiés ou leurs mains et leurs pieds seront coupés. » (Koran 5:33)

"Mener des actions néfastes dans le pays" c’est précisément ce dont les medias laïques sont accusés  car ils dénonçent constamment les Frères Musulmans et  incitent le peuple à protester. Jusqu’au ’ Groupe Jihadiste pour Nettoyer le Pays’ qui menace de “liquider” de nombreux medias laïques, et les accuse de “créer le chaos pour imposer le programme américain et sionniste”.

Finalement, il est significatif que pour la première fois dans l’histoire de l’Egypte moderne, un Membre du Parlement égyptien a proposé il y a quelques mois,  d’institutionnaliser les punitions les plus draconiennes de la Charia – dont la crucifixion. (including crucifixion)

En Egypte sous le règne des Frères Musulmans, le bouchon du flacon a sauté et le génie islamique a été libéré. Le pire  reste  à venir.  

 


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article