Les futurs cadres du FN vont à l'école de formation de l'encadrement.

Publié le 26 Février 2013

En effet, tous les candidats peuvent, s'ils le souhaitent, participer à des formations fortes afin de permettre aux futurs cadres du FN de se sentir à l'aise avec les éléments de langage, les règles électorales, les différents systèmes politique, la communication, l'économie, la propagande et j'en passe. Ces formations permettent de lisser le niveau des futurs cadres et ainsi de faire profiter à tous, une connaissance si ce n'est d'un savoir politique. 

Pour avoir été de nombreuses années à l'UMP, je dois dire que le Front National offre bien plus de possibilités. Durant toutes ces années, ce fût pour moi une formation à la petite semaine, sous les ordres et sans réfléxion réelle! Aucune tête ne dépasse sinon gare au couperet! 

En conséquence, je pense que les futurs cadres du FN grace à ces formations approfondies, auront de bien plus solides connaissances des rouages de la vie politique que n'importe lequel des militants de l'UMP et plus. 

Gérard Brazon

****

Le Point.fr

Depuis début janvier, les militants du FN retournent à l'école pour préparer les élections municipales de mars 2014. Chaque week-end, Louis Aliot, vice-président chargé de la formation, organise un "Campus bleu Marine" au siège du parti à Nanterre. L'objectif ? Structurer le parti et former des cadres pour aller à la conquête des territoires, à la manière de ce qu'avait tenté Bruno Mégret dans les années 1990. "Nous sommes déjà en campagne", clame Michel Guiniot, dirigeant du FN, à une trentaine d'"élèves" studieux, stylo en main. Un classeur contenant des fiches pratiques complémentaires - sur lequel apparaît la célèbre citation de Socrate "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien" - est remis à chaque participant.

La confidentialité est de mise, "ce que nous disons n'a pas vocation à finir sur la Toile", insiste le conseiller régional de Picardie Michel Guiniot, devenu formateur le temps des séminaires. Il fait éteindre les téléphones portables de chacun et insiste sur l'interdiction d'enregistrer le contenu des cours.

"Sacrifice financier"

Les cours dispensés sont variés : financement de campagne, constitution d'une liste électorale, aspects juridiques et politiques, stratégie de communication à adopter, budget municipal, fiscalité... Ainsi que les thèmes de campagne à exploiter tels que l'inflation immobilière, l'exode des citadins vers les banlieues, la désertification des campagnes, l'explosion du trafic de drogue même en zone rurale, l'immigration... Les participants au séminaire sont issus de toutes les catégories d'âge et sociales, et rassemblent des têtes de liste comme des colistiers. Ces Campus bleu Marine permettent de "satelliser des candidats crédibles pour les prochaines élections municipales. Il est de notre responsabilité d'être exemplaires", souligne Michel Guiniot. Ces formations correspondent à "un véritable sacrifice financier de la part du Front", insiste de son côté Louis Aliot.

D'ici au mois de juin, 600 têtes de liste ou colistiers doivent passer par cet apprentissage éclair. Une fois diplômés, les candidats sont chargés de diffuser leur savoir-faire auprès de leurs camarades dans les fédérations. D'autres formations suivront pour donner des notions de "propagande" et de communication aux futurs cadres du parti. 

Une initiative saluée par les membres du parti

Cette initiative ravit les adhérents du FN. "Le support de cours est très complet. Et si on ne trouve pas la formation suffisamment longue, c'est aussi à nous de nous informer par la suite", juge Emmanuelle, jeune colistière de Louis Aliot à la municipale de Perpignan. Tous les membres interrogés semblent juger la formation utile et sont plus motivés que jamais. De quoi, espère le FN, remporter plusieurs victoires aux prochaines élections municipales, ce qui n'est pas arrivé depuis 1995.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article