Les instructions du hamas ou comment berner les médias sociaux. Par Thomas Lifson.

Publié le 29 Juillet 2014

Adaptation française Thérèse Zrihen-Dvir

Par Thomas Lifson

 

Merci aux efforts inestimables de MEMRI, qui s’est attelé à la traduction du contenu des médias arabes en anglais, nos révélant ainsi les efforts du Hamas de faire des messages des médias ses outils de propagande.

Le Blog de ​​Tsahal récapitule : Selon MEMRI, le ministère de l'Intérieur du Hamas a demandé aux Gazaouis d’employer Facebook et Twitter  « pour renforcer l’arrière garde et transmettre l'information dans le monde entier. « Les directives enseignent en effet aux usagers comment manipuler de médias sociaux pour tromper le public et propager la désinformation dans le monde entier.


Le ministère de l’intérieur : « Prenez garde – l’attention de la campagne des activistes des Media sociaux se focalise sur des instructions diffusées dans une vidéo et des affiches publiées sur les pages de Facebook et Twitter du ministère. Les Gazaouis reçoivent par leurs truchement leurs instructions, d'abord et avant tout, il faut transcrire « innocents civils » en se référant aux terroristes.

« Toute personne tuée ou martyr doit être désignée comme « civile de Gaza ou de Palestine », avant de mentionner son statut dans le djihad ou son grade militaire, informent les directives. « N'oubliez pas de toujours ajouter« citoyen innocent ou « civils innocents » dans la description des personnes tuées dans des attaques israéliennes sur Gaza. »

Les médias principaux s'en souviendront dans les rapports déformés de Gaza de victimes civiles.

Les directives informent les usagers comment tourner sur Facebook et Twitter les activités terroristes du Hamas visant à nuire aux civils israéliens pour les faire apparaître comme « légitimes ». « Commencer [vos rapports de] nouvelles actions de résistance avec l'expression en réponse à l'attaque cruelle israélienne, et conclure avec « Ces nombreuses personnes ont été persécutées depuis qu'Israël a lancé son agression contre Gaza. Veillez à toujours perpétuer le principe que le « rôle de l’occupation, c'est l'attaque, et nous en Palestine remplissons (le rôle) de la résistance ».

Les usagers de médias sociaux à Gaza ont été informés de ne pas mentionner l'abus des civils par le Hamas dont il fait des boucliers humains. Ni le fait qu'il engage les civils à ignorer les avertissements de l'armée israélienne sur les attaques imminentes.

 « Évitez de publier des photos de tirs de roquettes sur Israël depuis les centres-villes. Ce [serait] pour les israéliens un prétexte pour attaquer des zones résidentielles dans la bande de Gaza. Ne pas publier ou partager des photos ou des clips vidéo montrant des sites de lancement de roquettes ou le mouvement de la résistance [forces] dans la bande de Gaza ». 

*****

Par Alain Rubin.

 À l’attention de Madame Samia Soulah  qui est correspondante de France2 à Gaza : Information ou propagande ?

Madame

Hier soir je vous ai regardé et attentivement écoutée, pendant que vous vous déplaciez dans Gaza.

La vie continue, disiez-vous. Vous avez ainsi montré de petites portions du territoire devenu califat, avec de grandes surfaces modernes et bien achalandées, toujours livrées, quoi qu’ai affirmé le gazaoui à qui vous avez donné la parole. Selon lui, on commencerait à manquer de produits frais, puisqu’on venait de fermer le point de passage de Rafah.

Tiens, je croyais que Gaza subissait un blocus inhumain, qui en faisait un "camp de concentration", comme il était écrit sur des calicots de la manifestation appelée par le NPA, « manifestation pro Gaza » qui servit de point de départ à une première tentative de pogrom contre la synagogue de la rue de la Roquette. Faire cesser ce blocus total, alimentaire et sanitaire qui n’existe pas, ou plutôt qui existe dans les mots de la propagande du Hamas et de ses compagnons de route politiques ou médiatiques en France, c’était un toujours des slogans justificateurs de la manifestation anti-Israël de ce mercredi 23 juillet.

Drôle de camp de concentration, tout de même, vous ne trouvez-pas ?

C’est un camp de concentration où les magasins sont bien achalandés, regorgeant régulièrement de tous les produits alimentaires ?

C’est un camp de concentration où, manifestement, aucun « interné » ne souffre des affres de la sous-nutrition permanente et n’en meurt ? On n’arrête pas le progrès, même dans les camps de concentration… La durée de vie moyenne est même à Gaza, - ce « camp de concentration » était-il proclamé dans la manifestation convoquée par le NPA- la plus élevée de toute la région du Moyen-Orient. Curieux tout de même, pour un camp de concentration, vous ne trouvez pas ?

Israël n’est pas en guerre contre la population gazaouie, même si celle-ci a soutenu ou appuie encore les djihadistes frères musulmans du Hamas qui ont déclaré, ce que vous n’avez jamais dit lors de vos correspondances : Que tout israélien est devenu une cible légitime.

 

Quoi que prétende votre intervenant, la noria quotidienne des camions de ravitaillement n’a pas cessée. Et si même elle s’était interrompue, avec l’intervention terrestre contre le principal dispositif militaire des djihadistes du Hamas…une question ne se poserait-elle pas : Est-ce illégitime ?

Vous avez vu, vous, que les anglo-américains, ou les Russes, ravitaillaient Hambourg ou Berlin lors des ultimes combats contre le troisième Reich ?

 

Le Califat djihadiste des Frères musulmans gazaouis n’est pas moins dangereux que le troisième Reich pour la liberté de chacun d’entre nous, Juifs et non-Juifs. Il n’est pas moins redoutable, non plus, que le califat d’Al-Bagdadi qui répand quotidiennement des flots de sang, qui assassine, par milliers, hommes, femmes et enfants, Arméniens, Yezidis, Kurdes, chiites, sunnites non-djihadistes.

Le califat djihadiste des Frères musulmans à Gaza n’est pas moins redoutable que le califat totalitaire, pour lequel œuvre dans l’ombre les « Emirs » d’Al Qaida.

Une remarque qui appelle une réponse : étrangement, l’expansion du territoire califal syro-irakien, les tueries de soldats prisonniers et exécutés au sabre, les massacres de non-combattants de tous âges et tous sexes, auquel cette progression donne lieu, tout cela n’existe plus.

Une seule chose semble vous intéresser, ainsi que votre chaîne : relayer Al Jazeera qui se positionne en prolongement du ministère de la propagande du Hamas.

Madame, hier soir, vous avez ponctué votre reportage exclusivement à charge, sur ces paroles d’un gazaoui : « je remercie le Hamas, vous voyez, il nous protège ». Dans la bouche de cet homme, peut-être cela avait-il un double sens?

En effet, un proxénète protège aussi. Il « protège » souvent les femmes qu’il contraint, pour qu’elles lui cèdent leurs gains, à louer leur corps en monnayant des services de nature sexuelle.

Est-ce cela que voulait dire ce père de famille, maugréant contre la situation de guerre et évoquant la « protection » du Hamas ?

Il y avait en effet de quoi « remercier » le Hamas ?!

Depuis que vous couvrez ce tragique évènement qui fait qu’il ne se passe absolument plus rien à quelques dizaines et/ou centaines de kilomètres de là (en Syrie-Irak), c’est-à-dire depuis plusieurs semaines, vous n’avez jamais eu une seule seconde pour visionner les vidéos du Hamas ? En particulier, vous n’avez semble-t-il pas vu, celle montrant comment le Hamas fabrique, délibérément, les morts d’enfants qu’il impute ensuite à la sanguinaire « entité sioniste ».

Vous paraissez ignorer : que le Hamas est une machine à fabriquer des morts d’enfants, qu’il fait sciemment tuer par les « sionistes ».

En complément de ces faits, viennent les directives du ministère de la propagande du HAMAS. Vous les connaissez : dire que les victimes des combats sont toutes des civils.

En complément encore, ce que vous ne pouvez pas non plus ignorer : le Hamas efface toute trace de ses tirs partis de maisons d’habitation. Les missiles seraient partis de nulle part ? A croire qu’aucun missiles n’est jamais parti depuis Gaza ???

 

Vous donnez des chiffres de victimes, simples redîtes des communiqués du ministère Hamas ; dans le même temps (17 juillet), la télévision Al-Qods donnait d’autres chiffres : 242 « martyrs » et 1800 blessés.

 

Elle donnait aussi des images des tunnels bétonnés et des opérations réalisées à partir d’eux (envois de missiles et opérations de guerre sur le territoire israélien, par les brigades Al-Din Al-Qassam). Pourquoi ces informations, qui vous sont connues, ne sont pas données aux personnes qui vous regardent et qui attendent de vous des informations complètes ?

Parce que ces informations destinées au public arabe donneraient une autre image de la situation à Gaza et des objectifs de guerre à outrance du Hamas pour lequel semble bien battre votre petit cœur?

J’imagine que vous n’avez pas su, ou que vous n’avez pas eu le temps. Sans quoi, c’est sûr, c’est certain, vous auriez informé le téléspectateur de toute cette abomination fanatique.

N’est-ce cependant pas gênant ?

Votre crédibilité et celle de votre chaîne ne sont-elles pas en cause ?

Vous êtes sur place, à Gaza, et vous ne savez pas, et vous ne dîtes pas : que le Hamas a donné l’ordre de ne pas évacuer la petite partie de Gaza qui concentre ses installations militaires répertoriées par Israël : des kilomètres labyrinthiques d’installations souterraines, des silos de stockage de missiles et de munitions. Quant aux installations de tirs, on les trouve, vous le savez, au beau milieu de logements habités autant que sous les immeubles d’habitation ou au milieu des sables, par les orifices aménagés des tunnels.

Je ne vous ai jamais entendu parler de cet aspect de la situation.

Peut-être est-ce pour ne pas contredire ces manifestants affirmant, le plus sérieusement du monde, qu’Israël frappe un petit pays sans arme ?

Au fait, Madame la correspondante, avec quel ciment le Hamas fait-il construire sa ligne Siegfried, puisque le blocus israélien empêche, dit-on, l’entrée de produits et de matériaux de construction ?

Gaza manquerait cruellement de ciment et de courant électrique, et pourtant – sous certaines parties- se déploient à vingt mètres sous terre, sous les sables, des kilomètres et des kilomètres de dédales de tunnels bétonnés, certains électrifiés, d’autres non… vous n’étiez pas au courant ?

Tiens, comme c’est bizarre ?

Madame, s’il y a des morts d’enfants, à aucun moment vous n’avez mentionné ce fait, cette constante réalité politique du califat gazaoui : l’enfance gazaouie est militarisée. Ce ne sont pas seulement les adolescents qui sont militarisés, -comme ce jeune d’à peine seize ans capturé il y a quelques jours, les armes à la main, lors de la bataille des tunnels, jeune homme blessé et soigné actuellement dans un hôpital israélien-, ce sont aussi les tout petits.

Vous n’avez jamais vu, -au moins en photos-, ces rassemblements de jeunes et d’enfants en tenues de « martyr », portant chacun une kalachnikov parfois plus grande que celui qui la tient fermement, et le front ceint du bandeau du djihad et du martyr sur la « voie d’Allah » ?

La presse égyptienne publie des photos.

Correspondante locale, vous ne les avez jamais vues, ou vous ne voulez pas en parler ? Vous ne lisez pas la presse égyptienne ? Pourquoi ? Parce qu’elle ne partage pas l’engouement du PCF, du PG, du NPA, d’EELV, de quelques socialistes et tutti quanti, pour le djihadisme Hamas ? parce qu’elle contredit la ligne éditoriale de vos reportages et celle de votre chaîne au sujet de la situation à Gaza et de la terrible responsabilité et culpabilité du Hamas?

La presse égyptienne accuse.

Elle pointe du doigt les Frères musulmans, comme étant organisateurs de crimes contre la population qu’ils gouvernent.

Elle reproche aussi à cette dernière, la population gazaouie, de n’avoir pas le courage et l’énergie de se débarrasser de la dictature fanatique et djihadiste.

Mais peut-être n’est-ce pas votre ligne éditoriale que de dire : qu’il serait peut-être dans l’intérêt des gazaouis et de la paix, - une paix réelle, pas une trêve - de faire à Gaza ce qu’ont fait à 15 millions, en juin-juillet 2013, dans les rues d’Égypte, hommes, femmes (non-voilées comme voilées), jeunes gens et jeunes filles, d’Égypte, exigeant et obtenant : Dehors Morsi ! Dehors les frères musulmans !!

A vous lire, peut-être. Bien cordialement.

 

Alain Rubin 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article