Les leçons d'un scrutin. La droite a été mauvaise, elle le sait, que fera t'elle demain?

Publié le 22 Mars 2010

Les élections se sont terminées par une victoire de l’abstention.
La droite a perdu les élections reconnaît Xavier Bertrand. Difficile de faire autrement. Pourtant, certains élus ont présenté sur leur ville des résultats négatifs comme une victoire locale. A n'y rien comprendre.

Pour autant, si l’on additionne toutes les voix de droite et du Front National combien de région la droite aurait à gérer aujourd’hui ?

Si l’on retire les voix du FN et les abstentions que reste-t-il à la gauche ? Une majorité certes, mais vraiment pas de quoi crier victoire.

Si la participation a été meilleure qu'au premier tour, le niveau d'abstention est près de quinze points supérieurs à celui second tour des élections de 2004  écrit le Figaro

Les élections futures vont-être dures à gagner et je pense aux cantonales de l’année prochaine qui vont se retrouver sous un vent défavorables en cas de triangulaires.

 

La gauche Socialo-communiste a gagné clament tout de même ses responsables. Ceux qui avaient voté écolo ne peuvent plus ignorer qu’Europe-Ecologie est de gauche.

La droite doit changer sa politique nous abreuvent-ils sur toutes les chaînes de télé et de radios. Elle doit en finir avec les réformes, elle doit revoir sa copie, relancer la machine économique, redonner du pouvoir d’achat, faire plus de justice sociale, abolir le bouclier fiscal, relocaliser les entreprises et, comme l’appétit vient en mangeant, elle doit augmenter les retraites, le SMIC, les salaires, interdire les licenciements. Dans sa lancé victorieuse, nous avons tout de même évité les nationalisations et le rasage gratuit. Quant aux effets de la crise, c’est sûrement une vue de l’esprit. Bref, la droite est mauvaise.  

En effet, la droite est mauvaise mais pas pour des raisons de programmes politiques déclinées par la gauche.

Elle est mauvaise parce qu’elle a remis en selle le Front National pour la plus grande joie des Socialistes. Le Front national a progressé de près de 500.000 voix et de près de 3 points (17,81% contre 15,09%) entre les deux tours des élections régionales dans les 12 régions où il était qualifié ce dimanche, selon un décompte effectué par l'AFP à partir des résultats définitifs en métropole.(...) Cette année, il a manqué de peu franchir la barre des 10% nécessaires pour être présent au second tour dans plusieurs régions (Ile-de-France et Midi-Pyrénées). (Source: Figaro)

Elle est mauvaise parce qu’elle n’a pas eu le courage de dire stop aux exigences d’un Président qui ne voit personne d’autre que des socialistes à mettre sur des postes vacants.

Elle est mauvaise parce qu’elle n’arrive pas à communiquer avec son cœur et ses tripes.

Elle est mauvaise parce qu’elle n’imagine pas la longue lassitude des français et son désespoir sur les promesses non tenues. (Sécurité, immigration, islamisation, éducation nationale, identité, etc.)

Elle est mauvaise car elle demande, exige sans donner l’exemple. (Réforme des retraites hormis celles, juteuses, des élus de la république, accumulation des mandats, gratuité des voyages, (12000 € dit-on pour un voyage de François Fillon entre les deux tours pour soutenir une liste. Du plus bel effet cette dépense pour des citoyens gagnant 1000€ par mois à l’usine, etc.)

Elle est mauvaise parce qu’elle est complexé, parce qu’elle ne sait pas attaquer la gauche, elle ne sait pas se défendre non plus, elle ne sait pas créer le mouvement médiatique autrement que comme une arme contre elle,

Elle se sait pas s’adjoindre des communicants plus mordant, plus offensifs qui pourraient rappeler ce qu’est la gauche, d’où elle vient et combien son passé est aussi glauque que celui qu’elle nous accuse d’avoir eu en permanence. (L’avant guerre, la résistance, les épurations, les compromis, l’ère du roi Mitterrand, etc.)  

Elle est mauvaise parce qu’elle ne cesse pas de s’excuser, de se repentir, tétanisée, dès lors qu’elle dérape si ce n’est qu’un peu.

Elle est mauvaise parce qu’elle cède à la pression médiatique, elle n’est pas créatrice de rêve ni d’espoir pour un pays qui n’est plus souverain, (la France n’est pas, pour autant, une entreprise du CAC 40)

Elle ne soutient pas des éditorialistes comme Eric Zemmour attaqué par la meute et d’autres comme Yvan Rioufol qui défendent pourtant, à différents niveaux, des valeurs de droite, elle succombe ou courbe l’échine en s’excusant devant les diktats des associations droit-de-l’hommiste.

Elle est mauvaise parce qu’elle ne sait pas utiliser, unifier, réunir ou même fédérer les blogs indépendants qui lui sont favorables. Facebook et Twitter ce n’est pas l’alpha et l’oméga du Net.

Elle est mauvaise parce qu’elle n’a pas vu l’espace grandissant entre son discours et le programme politique de Nicolas Sarkozy. Nous n’en finissons pas de payer le Fouquet’s, le yacht de Bolloré et l’épisode de l’EPAD.

Bref, elle est mauvaise pour tout cela mais pas pour sa politique. Les réformes sont nécessaires. La gauche elle-même le sait bien. Le bouclier fiscal qui aurait dû être un mot positif de communicant nous fût renvoyé à la figure comme négatif. Bouclier pour les riches contre les attaques des pauvres.  Quel est le français lambda qui connaît son contenu et sa justesse à ce bouclier. La gauche a gagné la bataille de la communication sur ce sujet.

 

Demain, c’est cette bataille qu’il faudra gagner. S’adjoindre des plumes, des compétences, des valeurs, des journalistes, des éditorialistes. Des femmes et des hommes qui accepteront de monter aux créneaux de la communication pour expliquer mais aussi dénoncer les travers de cette gauche oublieuse et donneuse de leçons. Il faudra s’adjoindre des animateurs, communiquer vers la télévision (les séries télévisées trop souvent bien pensantes), vers le monde artistique et cinématographique!

Pourquoi donne t’on la parole ou n’est audible que des artistes à la sensibilité de gauche. Ces bobos qui décrètent l’opinion, étalonnent l’humanisme, dénoncent les injustices sociales mais ne vivent que très peu en France et pire, n’y déclarent même pas leurs impôts. N’y a-t-il donc aucun artiste de droite sans pour autant se montrer fier de l’être dans ce pays ? Il paraît que cela n’a pas bonne presse dans ce milieu qui sent rarement la sueur et la graisse des usines.

Nous avons deux ans devant nous et il me vient cette petite phrase célèbre grâce aux guignols de l’info en 1993, « plus que deux ans ».

La gauche a gagné par défaut, elle n’a pas gagné sur son programme. Si l’on examine en relief les résultats, les gagnants sont les abstentionnistes et le Front National. Dans un précédent article je me suis exprimé sur le Front National (qui aura donc l’audace).

Les citoyens retrouveront les chemins des bureaux de votes le jour où ils seront de nouveau persuadés (voir référendum) qu’une élection n’est pas un piège à con comme le disait autrefois Daniel Cohn Bendit avant qu’il comprenne que, dès lors que l’on n’est pas dans le camp des cons, on gagnait beaucoup à se faire élire.

 

Gérard Brazon

Résultat sur Puteaux
PREMIER TOUR DE L'ELECTION DU 01 MARS 2010

Inscrits    27.518          
Abstentions    12.910    46,91%
Votants    14.608    53,09%
Blancs ou nuls    671    4,59%
Exprimés    13.937    95,41%
(Abstention + Blanc ou nuls: 51,5%)

Valérie PECRESSE (UMP)    4.880    35,01%
Jean-Paul HUCHON (PS)    2 857    20,50%
Cécile DUFLOT (EE)    2.374    17,03%
Marie-Christine ARNAUTU (FN)    1.234    8,85%

Alain DOLIUM (MoDem)    703    5,04%

Nicolas DUPONT-AIGNAN (LDVD)  484    3,47%
Olivier BESANCENOT (LEXG)    440    3,16%
Pierre LAURENT (LCOP)    415    2,98%
Jean Marc GOVERNATORI (LAUT)    265    1,90%
Jean-Pierre MERCIER (LEXG)    114    0,82%
Axel DE BOER (LAUT)    112    0,80%
Almamy KANOUTE (LAUT)    59    0,42%
 
SECOND TOUR DE L'ÉLECTION RÉGIONALE DU 21 MARS 2010
 

Inscrits    27.518          
Abstentions    12.615    (45,84% des inscrits)     
Votants    14.903    (54,16% des inscrits)     
Blancs ou nuls    1.009    (6,77% des votants)
Exprimés    13.894
(Abstention + Blanc ou nuls: 52,61%)

Valérie PECRESSE  7.108 voix (51,16% des exprimés, 47,7% des votants)
Jean-Paul HUCHON 6.786 voix (48,84% des exprimés, 45,53% des votants)
Soit 322 voix entre les deux listes. Pas de quoi pavoiser. Les élections cantonales de l'années prochaine seront difficiles à gagner. Surtout si le Front National s'avisait à présenter un candidat et permettrait une triangulaire pour le plus grand plaisir des Socialistes.

Lire également l'analyse de Gérald Lambilliotte sur la ville de Puteaux ICI

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article