Les médias ont déjà oublié Jérémie et stigmatisent l’islamophobie. Par Caroline Corbière

Publié le 16 Août 2013

Caroline Corbières  Pour Riposte-Laïque

Jérémie, 22 ans, étudiant « ordinaire » à Marseille est mort, ce dimanche, d’une tentative d’égorgement  que les journaux ont requalifié en « coup de couteau à la gorge » ou en « poignardé ». Jérémie se rendait à la gare St Charles pour y accueillir, « ordinairement », une amie en visite.

Jérémie, jeune homme ordinaire à la vie « trop » ordinaire est décédé, sa vie d’adulte à peine commencée, pour un téléphone portable, a-t-il été supposé mais en réalité…pour rien. Ou pour un regard de travers. C’est bien ça : pour rien.

Ali a été arrêté. Ali, prénom typiquement franchouillard, est un SDF "gravement déséquilibré",  raison notoire pour laquelle Manuel Valls s’est hâté d’enjoindre à « la plus grande retenue de la part des responsables publics » et à « éviter les surenchères et les polémiques déplacées » sur la sécurité dans la cité phocéenne.

On a compris : pas d’amalgame !

Valls & racailles2Les injonctions du ministre de l’Intérieur et du « Culte  musulman » ont été suivies à la lettre par l’ensemble des principaux médias.

Revenons sur la chronologie :

- Vendredi soir, le 9 août : tentative d’égorgement en pleine rue sur un homme de 23 ans.

- Dimanche 11 août : en fin de matinée, le malheureux  décède des suites de ses blessures, et le même jour, le suspect est interpellé. L’auteur présumé de l’égorgement, gravement déséquilibré, a donc été interné sans consentement, bien sûr. Voilà les Français rassurés.

Affaire  classée. Les journaux s’en tiennent en effet,  à la plus grande retenue. Dimanche, Jérémie est mort et enterré. Circulez, y a plus rien à voir ! Ali est fou, on vous dit, il est mis hors d’état de nuire,  pas de « polémiques déplacées » !

Jérémie ? De l’histoire ancienne, sans commune mesure avec l’attentat fomenté par un extrémiste de droite.

C’est pourquoi les informations se suivent et ne se ressemblent pas.

Dès le lendemain, lundi 12 août,  à la Une des 20 h- Tf1, France 2, itélé, France 3, BFMTV : « Montée de l’islamophobie en France« , un militaire de 23 ans dénoncé par sa famille et ses collègues est arrêté pour « entreprise terroriste », il avouait son projet d’attaquer la mosquée de Vénissieux le jour de la fête du mouton l’Aid el Kébir dans 2 mois.

 Nous avons ainsi assisté, toute la journée, sur les chaînes d’information continue comme à tous les 20 h, à l’Everest de la désinformation caractérisée où les mensonges se disputaient à armes égales avec la mauvaise foi de la part de tous les personnages présentés  pétris de la même idéologie sans la plus petite intervention contradictoire.

 

Le Camp du Bien, une fois de plus, y allait de sa propagande pro musulmane apposée à celle de l’anti extrême droite, extrême-droite, nous devons le savoir, qui représente LE danger dans notre pays envers nos citoyens musulmans qui souffrent d’une montée terrible de l’islamophobie- mot tabou, apprend- on de la bouche de Marwann Muhammad au journal du Soir3- vous rendez-vous compte, 57% d’actes islamophobes en plus en 2012.

Pas 468 ni 470, non, le chiffre est sans appel : 469.

Selon Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon, il règne en France « un climat de violence« , « un climat anti musulman« , « un climat d’islamophobie, il faut dire le mot« .

http://www.france3.fr/jt/soir-3/12-08-2013

Tabou, le mot islamophobie ? Messieurs Muhammad et Kabtane auraient des pudeurs de jeunes filles ? C’est que ces messieurs très corrects, ne voudraient pas avoir l’air de traiter des honnêtes gens  d’islamophobes ? Ne se moqueraient- ils pas un peu de nous et plus particulièrement des 74 % de Français qui jugent l’islam intolérant ?

Mais, au juste, qu’est-ce qu’un acte islamophobe ?

Un acte islamophobe va de l’injure à l’agression physique, apprend-on.  Attendu que la loi Pléven (1972) a clairement introduit la limitation de la liberté d’expression, et que le ressenti d’une personne se sentant offensée prévaut sur les termes employés par « l’agresseur », nous avons vite fait de comprendre qu’émettre les moindres doutes sur la religion de paix et d’amour est à nos risques et périls. Et que 74 % des Français qui osent juger l’islam intolérant sont islamophobes et par conséquent passibles de poursuites pour opinion déplacée.

Oui, assurément, un Everest de la désinformation,  quand tous les 20 h se donnent le mot pour que l’égorgement d’un jeune homme par un suspect présumé s’appelant Ali soit balayé sans autre forme de procès par cette aubaine inespérée que représente ce militaire arrêté pour « entreprise terroriste ».

Un type qui avait lancé un cocktail molotov dans un coin extérieur d’une mosquée à Libourne (aucune victime) il y a un an, qui projetait d’en attaquer une autre lors de l’une des prochaines fêtes musulmanes (l’attentat a été évité), qui était admirateur de Dominique Venner, historien dit d’extrême- droite pour qui l’intégration multiethnique était une utopie, un type qui s’intéressait à celui qui voulait tuer Chirac- le mec pour qui les racines de la France sont autant musulmanes que chrétiennes-  est, pour toute la presse sans exception, LE représentant d’une France de plus en plus islamophobe et d’une montée en puissance d’actes d’extrême-droite.

Un Everest de manipulation des foules quand France 2 annonce en second titre, juste après l’arrestation du militaire, la mort d’un tortionnaire nazi à Budapest.

Surtout, faites l’amalgame !

Ne serait-il pas temps de se poser de sérieuses questions à propos de toutes les associations antiracistes de France subventionnées à coup de quelques centaines de milliers d’euros dont la palme d’or revient à SOS Racisme ( 579 000 euros de deniers publics en 2009) ? En 29 ans d’existence, SOS Racisme brille autant par son inefficacité qu’elle est la championne toute catégorie pour empocher beaucoup d’argentpuisque le montant total de ses crédits s’élèvent à 904 996 euros. 1 million, quoi ! Ce qui dément formellement le dicton : l’argent ne fait pas le bonheur.

http://www.nationspresse.info/les-subventions-accordees-a-sos-racisme-elements-chiffres-datant-de-2009/

En revanche, SOS racisme emploie des méthodes dignes d’un état fasciste, terme dont elle abreuve toux ceux qui ne pensent pas comme elle.

«  Nous savons qui vous êtes, où vous êtes et ce que vous faites … « L’heure du grand coup de filet approche… » :

http://24heuresactu.com/2012/08/22/sos-racisme-menace-les-internautes-de-droite/

Face à un tel climat de terreur que près d’un million d’euros ne parvient pas à éradiquer, les musulmans de France réclament la présence de la police (ils le valent bien)  lors de leurs fêtes religieuses, la prochaine d’entre elles étant la fête du sacrifice ou de  l’égorgement des moutons ( ou de béliers, ou de vaches, ou de chèvres, tout dépend de ce que les familles ont sous la main, l’essentiel de la chose, ce jour-là, étant d’égorger façon halal), appelée l’Aïd el Kébir qui aura lieu le 15 octobre 2013.

Si on comprend bien Marwann Muhammad, porte-parole du CCIF (1), nous vivons dans un pays persécuteur de musulmans, pauvres victimes d’une idéologie d’extrême- droite banalisée et d’actes islamophobes en augmentation. Et ceci dans une relative impunité ( attention, il n’a pas dit « totale », il reste honnête, Muhammad)  mais, quand même, les pouvoirs publics ont du mal à en prendre acte, la preuve en est que Manuel Valls pratique un double discours ( tiens, lui aussi l’a remarqué ) en condamnant mais timidement, les actes anti musulmans tout enstigmatisant les musulmans  sur la question de la laïcité.

Nous n’avons donc jamais entendu Valls, avec son air d’être perpétuellement en colère (sait-il seulement sourire ? ), les juger « intolérables » et affirmer que ces actes portaient « gravement atteinte à la dignité des musulmans« . Il n’a jamais dit non plus que « s’attaquer à une religion, c’était s’attaquer à la République ».

Nous avons du le rêver.

En vérité, ce que nous voyons se profiler vitesse grand V  avec une appréhension croissante, c’est la prise de pouvoir totale d’une communauté utilisant la victimisation pour obtenir toujours plus de revendications, la prise de pouvoir de ladite communauté par une inversion constante des causes et des conséquences.

Car si nous réprouvons sans aucune réserve le sinistre projet de ce militaire- un déséquilibré aussi, très certainement- nous savons bien que l’islamophobie dont il est question est la traduction de craintes parfaitement justifiées à l’égard d’une pseudo religion dont une partie grandissante de ses adeptes n’a cure de la laïcité ou de la démocratie.

La vérité, ce que nous constatons, c’est que l’un des  bras armés de l’idéologie islamo socialiste n’a aucun état d’âme à passer à la trappe l’égorgement d’un garçon ordinaire à la vie ordinaire ; la vérité est que les journalistes indignes de ce nom ne témoignent d’aucune compassion ni envers la victime elle-même, ni ne prononcent un mot de condoléances pour sa famille. La vérité, cruelle et effrayante, c’est qu’à partir d’un acte isolé projeté par un déséquilibré, la horde des journaleux aux ordres du pouvoir en place distille son habituelle et si prévisible propagande nauséabonde, machine infernale de lavage de cerveau, salissant la France et les Français encore et encore.

C’est ça, les principes humains à la sauce socialiste.

Caroline Corbières

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mika 16/08/2013 23:32


Manifestation
contre l'islam en France, les médias censures ! 



https://www.youtube.com/watch?v=HlgO7XYQyPo