Les musulmans doivent réaliser que le Coran est le problème majeur pour nos libertés.

Publié le 12 Janvier 2015

"Environ 20% des musulmans voient dans le Coran un permis de tuer" lâche l'imâm de Drancy Chalghoumi.

Sur Atlantico l'imâm de Drancy Hassan Chalghoumi ose enfin mettre les pieds dans le plat : "A l’origine, il y a un livre, le Coran. Environ 20% des musulmans, qu’on appellera les radicaux fondamentalistes, y voient un livre de guerre et d’intolérance, un permis de tuer au nom de Dieu."

Est-ce à dire que sur les 6 millions de musulmans en France (estimation officielle basse), 1,2 millions sont des djihadistes en puissance

Extrait de la sourate IX, traduction de Jean Grosjean approuvée par l'université islamique Al Azhar (Egypte), la plus respectée par les sunnites. 

Copy and WIN : http://bit.ly/copy_win

coran.jpg

 

Atlantico

Face aux agissements de l’extrémisme islamique, face à la barbarie qui peut frapper à tout moment chez nous ou à l’autre bout du monde, face à la guerre planétaire qu’on nous sert actuellement pour des raisons religieuses, mais aussi économiques et politiques, comment faut-il réagir ?

Comment enrayer l’escalade, souhaitée par les belligérants ?

Répliquer plus fort ? C’est le ressort même de l’escalade et c’est ainsi faire le jeu des extrémistes.

S’entendre avec l’agresseur ? C’est ce que firent Chamberlain et Daladier avec Hitler et Mussolini. On a vu le résultat des accords de Munich.

Rester indifférent ?

 

 

C’est se soumettre et donc perdre.

Si on ne peut avoir recours aux missiles, à la conciliation ou au silence, que reste-t-il ?

Pour répondre à cette question, une remise à plat est nécessaire.


Par Hassan Chalghoumi:  

A l’origine, il y a un livre, le Coran.

Environ 20% des musulmans, qu’on appellera les radicaux fondamentalistes, y voient un livre de guerre et d’intolérance, un permis de tuer au nom de Dieu.

Environ 80% des musulmans, qu’on appellera la majorité pacifique, y voient un livre de paix et de tolérance, une source d’inspiration spirituelle.

 (Lire ce qu'en pense Brigitte Gabriel libanaise qui lutte contre l'islam radicale. Ndlr Gérard Brazon

 Respectons la foi quand elle reste dans le cadre de l’intime. La relation personnelle avec Dieu est le principe même de toute religion.

En ce sens, elle est indiscutable. Intéressons-nous donc à la foi qui dépasse le cadre de la sphère privée pour menacer tous ceux qui ne la partagent pas.

Les radicaux qui la portent en bandoulière font du jihad un combat à mort et tuent au nom de Dieu. Un Dieu de haine ? Un Dieu assassin ? Alors ce n’est pas le même Dieu que celui de la majorité pacifique.

Mais un tel Dieu existe-t-il ? Il est permis d’en douter, car il se contredirait lui-même par rapport aux versets qui prônent la paix et la tolérance, ce qui est impossible puisque par essence, Dieu est perfection. Il y a donc usurpation, mensonge et manipulation de la part de ceux qui, en son nom, brandissent un couteau ou un fusil d’assaut.

 On constate qu’il y a instrumentalisation du Coran.

Instrumentalisation par les fondamentalistes qui revendiquent un messianisme conquérant largement médiatisé.
 

Instrumentalisation par les dictateurs arabes qui arment secrètement ces fondamentalistes tout en faisant semblant de les combattre.
 

Instrumentalisation par l’Occident qui encourage une économie de guerre et ferait tout pour du pétrole.

Les fondamentalistes, les gouvernements, les multinationales en cause ont tous le même objectif : affermir leur pouvoir.

Ils sont minoritaires à l’échelle planétaire mais ce sont eux qui dirigent, exploitent, embrigadent, torturent, décapitent, massacrent.

Alors quel est ce moyen dont dispose la majorité silencieuse et pacifique pour lutter contre la minorité hurlante et belliqueuse ? (Vidéo de Brigitte Gabriel)

Sortir de l’ignorance. Car la connaissance qui mène à la vérité est une arme que les radicaux ne possèdent pas et qu’ils ne pourront jamais acquérir sous peine d’ébranler leur fanatisme et risquer de passer dans l’autre camp.

Pour frapper l’obscurantisme, la barbarie et la tyrannie, la vérité est plus percutante qu’un missile qui ne fait que nourrir la haine de l’ennemi.

La vérité est toujours ignorée dans un premier temps, puis dénigrée, puis violemment combattue jusqu’au jour où elle s’impose comme une évidence.

La vérité finit toujours par l’emporter. Il suffit de la vouloir.

Les Tunisiens l’ont bien compris. La vérité rend libre.

Imam Hassan Chalghoumi.

 

Commentaire de l'auteur:

Comment ne pas être frappé par une argumentation qui part du postulat que les radicaux instrumentalisent le Coran et éviter dans le même temps de démonter la mécanique coranique qui justifie la mort des "mécréants", celle des juifs et des chrétiens qui refusent de se convertir et la mort des apostats.

Tout cela est contenu dans le Coran. Qui instrumentalise qui ?

Désormais le Coran est ouvert à tous.

La critique de ce livre est flagrante. Les sourates meurtrières foisonnent.

Il est inutile d'instrumentaliser le Coran pour en faire une justification des meurtres. 

Le Coran est un appel aux meurtres de tous ceux qui ne sont pas musulmans, qui refusent la loi d'Allah, qui ne croient pas au jour dernier sauf le leur, qui ne croient pas au paradis d'Allah et n'ont pas d'affinité avec le prophète Mahomet grand esclavagiste, et assassin en son temps.

Aujourd'hui, nous pouvons, vous pouvez démonter la mécanique et constater que jamais, un journaliste ne met en évidence les contradictons entre la violence du message coranique au service de l'islam politique et sociétal, et le discours d'un islam d'amour, de paix et de tolérance.

Gérard Brazon



Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 12/01/2015 19:43


On peut otujours rêver ... !


La grande majorité des musulmans ignorent tout du coran mais sont élevés avec des oeillères. En revanche ce livre est la référence justificatrice de ceux dont la conformation mentale n'est que
puissance par le sang.! 

Pivoine 12/01/2015 19:20


Mercredi 7 janvier, sur Arte, dans l'émission 28 mn, Vincent Géret, journaliste du Monde, et bien-pensant, n'a pas hésité à dire qu'il y avait des versets violents dans le coran
(preuve qu'il l'a lu), et les invités présents sur le plateau ont répliqué en disant que les musulmans devaient faire leur aggiornamento...


Un jour ou l'autre, les musulmans y seront confrontés, et ne pourront se dérober !

L'EN SAIGNANT 12/01/2015 19:18


Comme cela est bien dit mais ... il manque cruellement les références desdits textes "pacifiques, d'amour et de paix ... " mieux une foison d'extraits qui pourraient dédouaner l'Islam de son
image sanglante et les responsables représentatifs musulmans de celle de fondamentalistes tortionnaires-assasins .!