Les nostalgiques de "l'ancien" Front National... Par Joseph Castano. Préface de Gérard Brazon

Publié le 8 Janvier 2014

Gerard janv1   Par Gérard Brazon

Un article étonnant qui fleure le regret éternel d'un Front National d'hier. A une époque où prendre le pouvoir n'était pas une préoccupation. Alors dans cet article, je fais partie de ces nouveaux militants traités par le mépris par Monsieur Castano l'auteur de cet article: On recrute à tour de bras les « déçus » de l’UMP, du PS et autres spéculateurs arrivistes et on écarte sans le moindre ménagement les « nostalgiques de l’Algérie française »  Sans parler des nouveaux militants redoutablement assoiffés d’ambition et de pouvoir.

 

 

Je fais donc partie à le lire, de ces "arrivistes et autres spéculateurs". Surtout pas de ces militants qui ont été attirés par le discours de Marine Le Pen et son désir de faire du FN un parti de pouvoir au lieu d'être un parti du passé. Qu'importe si à 60 ans passé, beaucoup de ces nouveaux militants savent que la "carrière" n'est pas et ne sera jamais. Qu'il aurait été plus simple pour ces "carriéristes" éventuels de rester au chaud dans leur parti d'origine. Qu'il faut bien plus de courage pour quitter son parti d'origine pour entrer au FN que de sortir du FN en crachant dessus.

Non mon cher Joseph, la plupart des gens que je rencontre au FN sont des anciens d'ailleurs c'est vrai et parfois venus de la gauche et ils n'ont pas l'ambition que vous leur prêtez. La seule qu'ils ont, et d'être utile à leur pays et ils savent aujourd'hui qu'il n'y a que le Front National de Marine Le Pen. Ils n'ont pas en effet le rétroviseur sur "l'Algérie Française" et la haine de Charles De gaulle chevillée au coeur. Désolé. Ce qui ne les empêchent pas d'aimer ce pays et d'être fidéles à une "certaine idée de la Nation française".

Pour conclure je trouve triste ce lavage de linge sale "entres amis" qui souligne surtout des regrets, des rancoeurs si ce n'est des rancunes mais aussi une inadaptation claire aux réalités politiques d'aujourd'hui.

 

Gérard Brazon

 

*********

 

 

Par Joseph Castano 


Qu’ajouter de plus à cette perspicace réflexion de Bernard Antony ?  Qui mieux que cet ancien cadre et député européen du Front National, actuel président de l’Alliance Générale contre le Racisme et pour le Respect de l’Identité Française et Chrétienne (AGRIF) pouvait analyser avec une telle objectivité la nouvelle orientation politique de ce Mouvement ? Qui aurait pu imaginer que le FN « new look » de Marine Le pen aurait fait d’un gaulliste pur et dur le numéro deux d’un parti politique, jadis, emblématiquement adversaire de De Gaulle ? Mais il est vrai cependant que sitôt investie à la tête du FN, Marine Le Pen n’hésita pas à se réclamer du « grand homme » de Colombey, allant jusqu’à réaliser une véritable captation d’héritage sous l’œil médusé ou incrédule de bon nombre de militants représentant la « vieille garde » antigaulliste.


            Aujourd’hui, au grand dam de certains, au grand satisfecit d’autres, le catéchisme gaullien est de notoriété au QG de Nanterre. On recrute à tour de bras les « déçus » de l’UMP, du PS et autres spéculateurs arrivistes et on écarte sans le moindre ménagement les « nostalgiques de l’Algérie française » et ceux considérés désormais comme « trop radicaux »... autant de voix qui rejoignent au fil des scrutins locaux et nationaux la longue cohorte des abstentionnistes. Et pour réussir le holdup parfait, on pousse vers la sortie les « anciens » –cadres ou simples militants- dont la loyauté ne s’est jamais démentie,  pour nommer en lieu et place de « jeunes loups » représentant la « jeune vague bleu marine » sans le moindre charisme… mais redoutablement assoiffés d’ambition et de pouvoir.


            C’est ainsi que dans l’Hérault, par exemple, tous les anciens ayant fait les beaux jours du FN 34 ont quitté, désabusés, le Mouvement en voyant émerger une faune de jeunes arrivistes, opportunistes et courtisans aux « dents longues » qui n’ont de cesse de tirer vanité de « leurs bonnes relations » en se parant grossièrement des plumes du paon.  

 

Ces roturiers, inguérissables de ne point s’extraire de leur petitesse, ont ce besoin primitif qu’ont les âmes désemparées, de réduire par tous les moyens ceux qui leur portent ombrage en les empêchant d’accéder à cette reconnaissance dont ils rêvent tant : Un statut social avec les lueurs pâles des feux de la rampe que leur permettrait d’obtenir un mandat électoral… C’est que, quand on ne sait rien faire, il faut avoir de l’ambition !...  

 

Bonaparte, Premier Consul, soutenait que le crime le plus grave en politique était d’avoir des ambitions plus grandes que ses capacités… (Stendhal disait de l'Empereur Napoléon 1er que son erreur était d'avoir estimé la caste dans laquelle il s'était imposé. ndlr Gérard Brazon) Dans la 9ème circonscription de l’Hérault où, candidat FN investi, j’ai connu lors des dernières élections législatives, la délation, la démagogie et la trahison de mes « camarades » frontistes -notamment à Lunel, Mauguio et La Grande Motte- les prétendants au trône ont fait de ces localités leur laboratoire expérimental. En ces lieux, le FN a préféré investir dans des crétins et des thuriféraires de niveau antédiluvien plutôt que dans des maréchaux d’empire sur quoi se dressent les belles aventures… (nous sommes dans l'autojugement si ce n'est dans le désespoir) 

 

Ces courtisans dans l’âme, quémandeurs et carriéristes sans talent auxquels des petits malins ont donné un os à ronger qu’ils ne lâcheront pour rien au monde, ferment la marche d’un long répertoire de marionnettes qui remplissent les cases d’un damier sur lequel évoluent sans le moindre scrupule ces nouveaux intrigants. Ils incarnent à merveille cette race de prétendants au trône sans valeur, sans envergure, sans talent, sans charisme… Ils sont comme une velléité de pensée, un fœtus avorté de pensée, un borborygme de pensée préférant, au débat public (dont ils sont inaptes), le soliloque du miroir.  

 

Campagne électorale aidant, ils s’actualisent au jour le jour comme la méduse au ras du flot. Ils vivotent dans l’éventuel, dans l’irréel, dégagés de tout acte supérieur à tout objet, à tout concept même.  Ils surnagent dans l’attente… dans l’attente d’une pensée, dans l’attente de la vie, dans l’attente d’une promotion usurpée… d’un succès improbable, dans l’attente de se voir, une seule fois, face à face avec leur néant et leur mauvaise odeur d’âme.

Ces arrogants qui piétinent pour mieux se hisser, sont maîtres dans l’art de louer. Un lilliputien s’il sait se rabaisser assez, les bras chargés de lauriers, et se grandir assez pour piétiner dans les éliminatoires, se retrouve vite au premier rang du défilé sur le trottoir du 14 Juillet.

MauguioLunel et La Grande Motte, ils ne sauraient y parader…  

   

José CASTANO

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Pivoine 10/01/2014 13:23


"et une dérive qui conduit à la droite molle marxisée"


C'est exact ! S'il est normal que Marine dédiabolise le F.N., en l'expurgeant de quelques éléments extrémistes, de l'autre côté, on pourrait croire qu'elle s'aligne sur l'UMP.


Pour exemple, elle ne parle pas assez des méfaits de l'immigration, et pire : elle parle de la réduire à 10000 entrées par an ! Se rend-elle compte qu'il y a beaucoup trop d'immigrés (qui ne
s'intègrent pas, en + de vivre sur les allocs), et qu'il faut inverser les flux migratoires ? Car ces gens-là, de par leur idéologie, présentent un danger pour le pays, et en se contentant de
limiter les arrivées, on ne fait juste que retarder l'échéance. Il faut savoir être ferme, car à force d'aseptiser son parti, elle va finir par en faire un UMP bis


Jean-Marie Le Pen ne s'y est d'ailleurs pas trompé, puisqu'il n'hésite pas ironiser sur la tiédeur du RBM...

ESSYLU 09/01/2014 20:39


G. BRAZON est un français dont la sincèrité et le désintéressement ne font pas de doute,  mais Le deni de réalité nous a déjà conduit dans la situation actuelle ,  sur le terrain je
constate moi la réalité de cas cités par J.CASTANO et une dérive  qui  conduit à la droite molle marxisée, certes tout n'est pas négatif loin s'en faut mais si c'est pour aller vers la
désillusion d'un UMPSFN mieux vaut rejoindre les vrais patriotes de la droite radicale qui sont bien trop ostracisés par Marine

island girl 09/01/2014 15:44


Je suis d'accord avec Gérard et j'admire Marine Le pen qui sait répondre avec intelligence à ses détracteurs ,elle a du courage et beaucoup de self controle et je sais qu'elle ferait une
admirable présidente !

LA GAULOISE 09/01/2014 08:54


MARINE EST LA SEULE FIGURE POLITIQUE A NE PAS AVOIR LA LANGUE DE BOIS . ON LA SUIT PARCE QU ELLE NOUS INSPIRE CONFIANCE ET QU ELLE NOUS FAIT ESPERER UNE FRANCE PROPRE DANS TOUS LES SENS DU
TERME.  MERCI MARINE .

mika 08/01/2014 21:22


Je suis d'accord avec Gérard. Les roues sont faites pour tourner. Un parti politique ne vit que par l'OFFRE qu'il propose et cette offre est condamnée à
évoluer parce que le monde évolue. MLP a métamorphosé le FN. Elle a un parcours irréprochable et une respectabilité sans faille au point que ses détracteurs n'ont d'autre moyen que d'évoquer les
frasques de son père pour tenter de lui nuire. On ne va quand même pas lui reprocher d'avoir fait du FN le plus jeune parti de France !