Les plus gros trafiquants d'être humains par Jean Vercors

Publié le 23 Juin 2012

Mettre fin aux idées reçues diffusées par une "gauche humaniste" au tropisme inquiétant qui ne voit que la paille africaine et ne voit pas la poutre moyen orientale. Sans compter la condamnation à perpétuité au bagne de l'horreur absolu des européens blancs forcément esclavagistes et négriers par essence, et à détruire en urgence. Ces malades humanistes, masochistes, autrefois pacifistes sont de dangereux fabriquant d'une explosion future. Celle de notre civilisation...

Gérard Brazon

carte-trafic

Carte représentant le niveau de répression de la traite des êtres humains

Source : Département d’état Américain dans son dernier rapport de juin 2012

Le proche orient est bien pire que l’Afrique sur cette question
 

Les niveaux :
Niveau 1 : les Pays dont les gouvernements respectent  entièrement l’Acte de Protection Victimes de Traite selon des normes minimales (TVPA).

Niveau 2 : les Pays dont les gouvernements ne respectent pas entièrement les normes minimales du TVPA’S, mais font des efforts significatifs pour se mettre en conformité avec ces normes.

Niveau 3 : les Pays dont les gouvernements ne respectent pas entièrement les normes minimales et ne font pas d’efforts significatifs à ce sujet

Il semble y avoir seulement un pays classé Niveau 1 dans la région entière : Israel.

La traite désigne le commerce des êtres humains considérés comme des esclaves.

Elle consiste à réduire des individus à l’état d’esclave et à les exploiter au maximum de ce qui est possible, pour en tirer le plus grand profit.

Comme toujours, tous les moyens imaginables sont utilisés par les trafiquants pour y parvenir : tromperie, corruption, violence, contrainte, séquestration, chantage, menace, privation de liberté, confiscation des pièces d’identité…

il est de notoriété publique que l’esclavage moderne est essentiellement le fait de musulmans; mais il est interdit de le dire la police de la pensée vous surveille.

Jean Vercors

 

 

http://www.state.gov/documents/organization/192587.pdf

voir page 56

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

koufarpride 24/06/2012 18:57


Autre source:


(Résultats recherche: "genocide nuba dinka")


http://www.instituteforthestudyofgenocide.org/oldsite/newsletters/29/fein.html


Ce que personne ne dit, à ma connaissance, est que les populations "cibles" sont traitées conformément aux "lois" du jihad, à savoir mâles en age de porter les armes (au-dessus de 14 ans)
massacrés, femmes et enfants réduits en esclavage et déportés!


Cela se passe non pas il y a 10 siècles, mais maintenant sous nos yeux....

koufarpride 24/06/2012 17:53


Chère Nancy,


En réponse à votre demande, ci-après un article sur le sujet trouvé au débotté sur le net, que je n'ai pas encore relu étant un peu pressé par d'autres obligations ce jour:



The genocide in southern Sudan


Sat 13 Jun 2009 by abagond



The worst genocide since Hitler took place in
Sudan. No, not in Darfur, but in southern Sudan and the Nuba mountains. From 1983 to 2000 at least 1.9 million died, all of them
black Africans, most of them Christians.


Sudan is two countries that the British made into one: the north is Muslim and Arabic-speaking. The people are dark but not black Africans. The south is black and mostly Christian. It has
two-thirds of Sudan’s oil.


The government that carried out the genocide was run by Arab-speaking Muslims from the north. It was not just a case of genocide: it was also a jihad, a Muslim holy war,
the largest in living memory.


As a genocide it is upstaged in the Western press by Rwanda, where 800, 000 were killed, and even Darfar, where 300,000 have
died so far. Both are much smaller genocides.


As a jihad it is upstaged by the one fought by Al Qaeda and the Taliban, which, so far, has been far less deadly, though it is directed against
Western interests.


The genocide was directed against the Dinka, Nuer, Shilluk and Nuba. It sold tens of thousands of them as slaves. It destroyed Christian churches,
schools and hospitals. It wanted to clear the lands where there was oil.


The government kept food from reaching the south knowing full well that people there were dying of hunger.


For example in 1998 in Bahr al-Ghazal, the very province that Alek Wek fled more than ten years before, government bombings spread terror and caused 700,000
Dinka to flee their homes. Then the government stopped Westerners from flying in food, causing 70,000 to die of hunger.


In the Nuba mountains in the centre of the country the Nuba were sent to “peace villages” where the women were raped by government soldiers – to make their offspring lighter (the
Nuba are very dark). Their children were taken from them and sent to the north to serve as slaves. Over 100,000 Nuba “disappeared” never to be seen again.


The south was fighting a war of independence against the north, it is true, and the rains in those years were not always the best. But if you look at scale of the killing and who was killed and
what the government did and did not do, it is clear that it was bent on wiping out its own citizens based on race and religion.  That is genocide.


For some reason all this got very little press in the West and few knew about it. I find that very odd. Darfur and Rwanda had no trouble getting plenty of press.


In any case word of it in America spread mainly through churches. It became an issue with the Christian right, a big part of President Bush’s base. And so America pushed for a
peace deal for southern Sudan and got one in 2005. But now the Sudanese government is doing the very same thing in Darfur, where the people are black too, but in
this case not Christian.


 


 

koufarpride 24/06/2012 17:39


Le document ainsi n'est en fait qu'un extrait du rapport en question. Celui-ci fait  61 pages et le cas du reste de l'Afrique et du monde y est aussi traité, avec le Soudan en bonne place.


En fait ce document issu de l'administration Obama a été écrit avec une plume trempée dans de l'encre estampillée politico-correcte. Il ne concerne que l'esclavagisme "normal" celui des enfants
et femmes exploités, obligés de travailler dans des conditions atroces. Par contre, aucune allusion à la traite proprement dite qui se poursuit encore aujourd'hui.   Les estimations
présentées ne comprennent pas les victimes des guerres jihadistes pourvoyeuses d'esclaves razziés selon les règles de la charia, auxquelles je faisais référence et qui se comptent en dizaines
sinon en  centaines de milliers, avec bien évidemment les précautions à prendre à ce sujet, les témoins sont rares...

koufarpride 23/06/2012 12:24


Comment se fait-il que le Soudan n'apparaisse pas sur cette carte? C'est à ma connaissance la principale source actuelle du trafic d'êtres humains organisé par des musulmans en application de la
sharia: massacre des hommes en age de porter une arme, déportation et  réduction en esclavage pour les femmes et les  enfants.


En cours au Darfour et au sud où les peuplades Dinka et Nuba en sont les premières victimes à une échelle de centaines de milliers d'individus qui en sont ou en ont été dans un proche passé les
victimes!

Gérard Brazon 23/06/2012 13:56



L'étude ne concerne que les pays du pourtour du bassin méditerranéen. Evidemment, il faudrait prendre en compte tous les pays africains et autres, d'Asie notamment. La régression est partout.
Israël apparaît comme un "joyau" au milieu de ce chaos. Si vous avez une étude à ce sujet, notamment sur le Soudan, nous la passerions volontiers. 


Cordialement, Nancy VERDIER