Les policiers nîmois armés de... caméras pour filmer les interventions.

Publié le 1 Avril 2013

Gens Réflexion-4 Aujourd'hui, des caméras, sur l'épaule d'un policier vont vous filmer, demain ce sera des drones! Aujourd'hui des systèmes de surveillance sont dans nos rues. Bientôt, ce sera dans nos domiciles, pour notre sécurité bien sûr. Encore quelques années et 1984, l'état policier sera là sous un vernis de démocratie.

Sera là dis-je, en étant optimiste, car hélas, il semble bien qu'entre la police de la pensée, la surveillance du net, les juges du politiquement correct, nous y soyons déjà.

Comme je le dis souvent, cette situation déprimante me fait penser à Matrix. Tout va bien dans le meilleur des monde et puis, au hasard d'une lecture, d'une expérience, d'une agression, d'une injustice flagrante, vous vous trouvez devant un choix: ou vous prenez la pastille rouge, ou la verte... Et votre vie bascule dès lors que vous comprenez que vous être dans l'imposture permanente, que la démocratie n'est qu'une comédie pour citoyens gogos (voir les derniers résultats électoraux). Que l'on peut, en toute illégalité, en petit comité, vous bloquer vos comptes en banque,(Chypre) vous supprimer en partie vos retraites (Grèce, Espagne, Portugal) diminuer vos salaires, dans ces quatre pays et en partie en France, etc. Au nom de l'intérêt suprême de l'euro, de l'Europe.

Qui peut en ce moment affirmer que nous vivons dans une démocratie ou le peuple délègue sa souveraineté?

Qui peut affirmer que l'Europe est au service des peuples?

Qui peut dire que l'islam n'est pas un danger pour les libertés fondamentales?  

Les politiques le disent, les émissions de télé réalités, le disent, les journalistes également. Mais nous, nous savons oh combien, que si tout n'est pas vraiment plié, balayé, lessivé, nous n'en sommes pas loin!

Quant à savoir si vous ne pouvez pas refuser d'être filmé comme il dit dans cet article du Midi-Libre, malgré la loi sur le droit à l'image, cela m'étonne quelque peu et mériterait sans doute d'être creusé.

Gérard Brazon

Le Midi-Libre

Trois caméras vidéos ont été distribuées à une unité de 24 agents de police.
Trois caméras vidéos ont été distribuées à une unité de 24 agents de police. (Photo N. B.)

La police de Nîmes vient d’être dotée de caméras piéton, afin de filmer les interventions lors de contrôles d’identité ou routiers. L’expérimentation, une première en France, est prévue pour une durée de six mois. S’il est concluant, le dispositif sera ensuite généralisé. 

"Souriez vous êtes filmés !" La nouvelle caméra piéton, qui va équiper les policiers dans la Zone de sécurité prioritaire des quartiers est - Mas de Mingue et Chemin-bas d’Avignon - était de sortie vendredi à Nîmes, pour la première fois en France. Ces caméras vidéo sont utilisées durant les interventions des agents de police et peuvent être exploitées sous forme de preuves, notamment lors des contrôles d’identité. Et c’est dans le quartier du Mas de Mingue que les premiers contrôles d’identité ont été effectués, non sans attirer quelques curieux.

Il est obligatoire d'être filmé

Premier test devant le supermarché. Le jeune homme arrêté dans la rue va se soumettre au contrôle des policiers. "Contrôle d’identité, s’il vous plaît", débute le fonctionnaire, tout en ajoutant "vous êtes filmé". Le premier “cobaye” s’exécute en présentant ses papiers, tout en jetant un regard inquiet.

Le suivant, lui, ne souhaite pas être filmé et met en avant "son droit à l’image". "Vous n’avez pas le choix, c’est obligatoire", insiste l’agent de police. En effet, le jeune homme ne peut pas refuser d’être filmé et doit donc se plier à cette nouvelle forme de contrôle.

Une utilité en question chez les badauds

Les badauds, étonnés, se questionnent sur l’utilité de cette caméra piéton : "Qu’est-ce que ça va changer ? "À mon avis, pas grand-chose", répond un passant. Un peu plus loin, un automobiliste, arrêté pour un contrôle routier, déclare : "C’est plus l’uniforme qui fait peur que le petit objectif."

L’arrivée de ces caméras va aussi changer le mode de fonctionnement des policiers qui doivent s’habituer à ce nouvel instrument de travail. Mais, "ils ont compris qu’il était important d’apprivoiser la vidéo et de la maîtriser", précise Gil Andreau, directeur départemental de la Sécurité publique du Gard.

La caméra piéton pourrait être étendue à toutes les unités de police si les résultats sont probants.

COMMENT ÇA MARCHE ?

 

Fixée au gilet du fonctionnaire de police, la caméra est dotée d’un grand angle et d’un objectif orientable qui permet la captation de l’image et du son, de jour comme de nuit. Le porteur de la caméra actionne le dispositif d’enregistrement. Quand le voyant clignote, le contrôle est filmé. Les enregistrements sont stockés durant six mois dans un ordinateur en vue d’une éventuelle exploitation.  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Valhante 18/04/2013 13:11


Epicure, je n'ai pas compris votre commentaire.


Pourriez vous l'expliciter au regard du nouveau contexte de la manif. J'ai parlé aux gendarmes mobiles avant le premier gazage. En 5 minutes, ils pleuraient plus que les manifestants.


Mais je préfère ces gendarmes mobiles, remplacés par les CRS que ceux qui les remplaceront s'ils ne respectent pas les ordres de leur hiérarchie.


Le grand remplacement est en cours.

Valhante 18/04/2013 13:04


Merci Claude Germain V,


Coucou Gérard, je suis preneuse : vous pouvez communiquer mon adresse à Claude.


Vous allez trop vite pour moi : entre la lecture de vos articles, les participations aux conférences et aux manif. mes recherches sur certains articles essentiels sur votre blog, mon facebook que
je découvre, la multiplicité de mes adresses numeriques, j'ai zappé cette info. Plus exactement, je suis noyée.


C'est le risque : trop d'info, tue l'info ; ma procrastination, mais surtout mon incompétence technique fait le reste.


Découvrir un article intéressant sur mon smartphone, le déclarer favori et le rechercher ensuite pour l'exploiter sur mon ordi, n'est pas une sinécure.


Je me suis acheté une caméra Canon Legria HF R36. Difficile à cacher. Découvrir le mode d'emploi et filmer la nuit aux Invalides : échec total.


Je suis motivée et donc je m'améliore.


 

Polux 02/04/2013 08:42


Etre contrôlé ou filmé ne me pose aucun probême car je n'ai rien à me reprocher.


Par contre, le fait de doter les policiers de caméras n'est-ce pas plutôt destiné à protéger les voyous en disant aux policiers:" Attention ! Maintenant vous êtes enregistrés et il faut être
très poli avec les p'tits jeunes, les vouvoyer etc...!!! "

DURADUPIF 01/04/2013 18:29


Les Sociétés humaines, les seules du monde des vivants qui sont en dehors du monde animal, ne vivent-elles pas dans les Sociétés policées ?


De plus en plus de grands pas pour l'Humanité....Orwell, on y arrive plus vite qu'il ne l'a décrit.

Claude Germain V 01/04/2013 17:51


Pour Valhante et Philo , pour quoii vous faire du souçi ???? AUCUN PROBLEME , Si Gerard Brazon est daccord , je met 2 ou 3 adresses de Camera porte clefs . Prix : entre 5 et 15 euros . Grosse
comme une clef de voiture , vous enregistrez le son et l'image pendant 3/4 d'heure tres discretement . Il faut bien leur rendre la reciproque  .....l' obligation de se laisser filmer va dans
les deux sens .


Quand aux drones ,par malheur pour son proprietaire si l'engin sert a reprimer LE BIEN , C'EST A DIRE NOUS , aucun probleme pour
l'envoyer au sol en quelques dizaines de seconde.......... alors inutile pour les Nazis-Fachos-Gauchos de jouer a ce jeux là . ILS SONT SUR DE PERDRE SI ILS S' ATTAQUE AUX HONNETES GENS
....


Maintenant si il est prouvé que c'est pour nous proteger du mal , aucun probleme sinon GARE !!!!

Epicure 01/04/2013 17:31


Je me répète.... mais quand on est con, on reste con.


Flics, gendarmes (Hauts Gradés de la Hiérarchie) inclus....


Eviter le travail est une spécialmité administrative française, entout cas sinon le Travail lui-même, du moins toute Responsabilité et Courage dans l'exercice du boulot.

philo 01/04/2013 17:06


On n'est pas loin de la "DICTATURE"

Valhante 01/04/2013 16:49


Si le but est d'éviter les exactions et de prouver les non-exaction de la police contre la racaille des cités, cela peut se justifier. Mais aujourd'hui, la racaille, c'est nous.

Gérard, informez-vous sur la provenance de cet appareil, il pourra nous servir aussi lors de nos prochaines actions.