Les "Printemps arabes" aboutissent à des dictatures islamistes! Par Gérard Brazon

Publié le 2 Février 2012

Les occidentaux n'ont toujours pas compris ou, font semblant de ne pas comprendre que les révolutions arabes ou ce qu'ils appellent les "Printemps arabes" aboutissent à des dictatures islamistes!

Alors le Juppé, grand ami des Frères Musulmans, va porter la bonne parole à l'ONU pour jouer les ministres humanitaires, marquer une page d'histoire et émettre ses vives protestations contre la Russie et la Chine! Grand bien lui fasse...

Ce brave Ministre des affaires étrangères qui laisse sa ville s'islamiser à petit feu, souhaite que les choses aillent plus vite au Moyen-Orient! Heureusement, la Russie n'est pas impressionnée par la France. Alain Juppé n'arrive même pas à la hauteur de la semelle  du grand Napoléon 1er. La Russie se moque bien de l'homme dont Chirac disait qu'il était le plus intelligent de France. Il est vrai que Jacques Chirac avait sans doute déjà ses faiblesses cognitives.

Comme la Russie, la Chine s'en moque ! La France? C'est quoi disent-ils? Combien de divisions, quelle force économique? La France n'est plus ce qu'elle était et n'a plus les moyens de se la jouer grande puissance et gonfler ses biceps!

Les Russes et les Chinois se sont fait rouler dans la farine par les occidentaux lors de la "révolution libyenne". Ils avaient laissé faire en Libye en pensant que les Français et les anglais n'interviendraient pas directement! Ils ont compris la leçon et ne laisseront pas une intervention se réaliser contre l'un de leur allié! Qui plus est, accepter que l'ONU prenne l'habitude d'intervenir dans les affaires intérieures d'un pays pourrait à terme se retourner contre eux!

Si la France veut dépenser des millions d'Euros de dettes supplémentaires pour bombarder la Syrie comme elle l'a fait sur la Libye, c'est sans eux et surtout sans leur accord ! Et ma foi, lorsque je vois comment tournent les régimes politiques après les fameux "printemps arabes", je me dis qu'il vaut mieux, n'en déplaise à la bien pensance, une dictature laïque qu'une dictature religieuse! L'une évoluera par la force de l'économie tandis que l'autre fera entrer les pays arabo-musulmans dans l'obscurantisme le plus absolu pour le restant du siècle !

A voir ce qui se passe en Tunisie quand on se souvient de ce qu'était la Tunisie il y a à peine trois ans! Les femmes étaient des citoyennes libres! Demain elles seront voilées et enfermées! A ce propos, elles peuvent remercier les 40% de "français de papiers" tunisiens qui ont brisé les espoirs de liberté des vrais Tunisiens! 

Que la Russie et la Chine tiennent bon! Les occidentaux ont des raisons qui ne sont pas des raisons bien claires si ce n'est des raisons du type Qatar, sunnite, Wahhabites et fondamentalistes! Bien pire que tout le reste!

 

Gérard Brazon

********** 

Figaro.fr

La Russie, qui est opposée au texte soutenu par la Ligue arabe, a redit qu'elle apposerait son veto au Conseil de sécurité à toute proposition de résolution sur la Syrie qu'elle juge «inacceptable». Les négociations se poursuivent.

• La répression a fait plus de 6000 morts

De retour de New York, où il assisté à la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU dédié à la Syrie, le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé qu'en dix mois la répression a tué 6000 personnes, dont 384 enfants «massacrés» par le régime de Bachar el-Assad. 15.000 opposants ont été emprisonnés et 15.000 Syriens ont fui leurs villages.

Mercredi, les combats entre déserteurs et militaires ont encore fait 23 morts - dont huit civils- à Homs, un des fiefs de la rébellion. Par ailleurs, 23 personnes, dont une enfant, ont été tuées par des tirs des forces de l'ordre dans des localités de la province de Damas, tandis qu'une personne a été abattue par des tirs de sniper à Idleb. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme annonce également 50 défections dans les rangs de l'armée, dont 30 dans la province de Damas et 20 à Idleb.

 

 

• La Russie redit son opposition à une résolution de l'ONU

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a prévenu que Moscou opposera son veto au Conseil de sécurité à toute proposition de résolution sur la Syrie qu'elle juge «inacceptable». Quelques heures plus tôt, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, avait indiqué que les discussions se poursuivent à l'ONU et qu'aucun vote n'aura lieu dans les jours qui viennent. La Russie exaspère les pays occidentaux en s'opposant au projet de résolution sur la Syrie présenté par le Maroc et soutenu par la Ligue arabe. Ce texte demande notamment le transfert des pouvoirs du président syrien Bachar el-Assad à son vice-président. La Ligue arabe a imploré mardi les Nations unies de sortir de leur inaction face à «la machine à tuer» du régime syrien.

Vitali Tchourkine a néanmoins noté un point positif, jugeant que les puissances occidentales semblaient disposées à prendre en compte les «lignes rouges» fixées par la Russie. Il a cependant jugé que les «conversations étaient assez dures» au Conseil de sécurité. Ses propos tranchent avec ceux d'Alain Juppé qui entrevoyait, à l'issue de la réunion de mardi, une lueur d'espoir sur les intentions russes. «Pour la première fois, l'attitude la Russie et l'attitude des Brics (Brésil, Chine, Russie, Afrique du Sud, Inde), a été moins négative», déclarait le chef de la diplomatie française. «Nous allons donc travailler d'arrache-pied pour essayer d'arriver à une résolution qui permettra ensuite à la Ligue arabe de s'investir pleinement dans la recherche de cette solution», poursuivait-il.

• Réunion infructueuse au Conseil de sécurité de l'ONU

Mardi soir, le conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni pour tenter de mettre fin au bain de sang en Syrie. Le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil Elarab, qui intervenait aux Nations unies, a appelé de ses voeux des «mesures rapides et décisives». Le chef du gouvernement qatari a estimé que «la machine à tuer est toujours à l'oeuvre» en Syrie, et a demandé au Conseil de sécurité d'assumer ses responsabilités et d'apporter son soutien au plan de la Ligue arabe. Le plan, soutenu par les Occidentaux, prévoit la fin des violences et le transfert des pouvoirs du président à son vice-président avant l'ouverture de négociations avec l'opposition et la formation d'un gouvernement d'union. Mais la Russie et la Chine, qui détiennent un droit de veto, refusent toujours à une résolution qui réclamerait un changement de régime, dénonçant des ingérences dans les affaires syriennes.

• Appel à commémorer le massacre de Hama

L'opposition syrienne a appelé à manifester massivement jeudi et vendredi dans l'ensemble du pays pour marquer le 30ème anniversaire du massacre de Hama. «Nous souhaitons «marquer notre solidarité avec les victimes de cette tuerie qui a été passée sous silence durant 30 ans et pour réaffirmer notre volonté de renverser le régime actuel». L'opposition appelle à «faire juger les régimes de Hafez et de Bachar el-Assad en raison des massacres contre l'humanité commis contre le peuple syrien». La ville de Hama est un symbole de la lutte contre le régime du clan Assad depuis la terrible répression en 1982 d'une révolte du mouvement interdit des Frères musulmans contre le président Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar el-Assad. Les violences avaient coûté la vie à 20.000 personnes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article